Imágenes de páginas
PDF
EPUB

& que

observe que

qu'on n'adorất qu'elle dans tous ses Etats, elle tomba dans de grandes calamités , qui lui ayant fait faire de sages reflexions , elle commanda à ses Sajers d'honorer Junon au lieu d'elle ;

c'est

pour cela qu'elle fait signe de la main qu'on ne doit rendre un culte religieux qu'à la Déesse qui est dans le Temple. Il ne faut pas oublier au reste, que Vollius croit qu'il y a eu trois Semiramis ; 1 femme de Ninus , la fille de Belochus, & une autre : & que ce qui a porté tant de confusion dans cette Histoire, c'est qu'on les a confondues dans la suite. J'ai dit

que
de sçavans hommes étoient persuadés que

Derceto ou Atergatis étoit la inême qu'Astartė; & voici les raisons fur lesquelles ils se fondent. Srabon (1) parlant des chan- De Dea

Syria. gemens qui font arrivés dans les noms ,

d'Atergaris ou Arergata, on a fait Athera , & que cette Déesse est la même que celle que Ctesias appelle Derceto : or Ctesias ayant demeuré long-temps en Perfe , devoit connoître les Dieux de la Syrie. Artemidore assure que les Syriens mangent du poisson, à l'exception de ceux qui adorent Aftarté ; ce qui prouve que cet Auteur confond cette Déesse avec Dercero , puisqu'il dit des adorateurs d'Aftarté, ce qui ne conviendroit qu'à ceux de Derceto , si l'une étoit differenté de l'autre. L'Auteur du second Livre des Machabées femble fupposer ce que je dis ici, puisque parlant d'Astaroth-Carnain , il dit qu'il y avoit dans cette ville un Temple d'Atergata. Pline paroît être du même sentiment, lorsqu'il dit qu'on croyoit qu'Återgaris étoit la même Déesse que les Grecs nommoient Derceto : ibi prodigiosa Atergatis, Græcis autem Derceto dieta, viderar (2). Enfin Selden, qui a traité à fond l'Histoire de (2) Liv. 16. ces Divinités de Syrie, ajoure encore de nouvelles preuves à celles que je viens de rapporter, comme on peut le voir dans fon Ouvrage. Cet Auteur prouve aussi que la fable de Dercero, ou Atergatis , est la même que celle de Dagon , Dieu des Philiftins, qui étoit representé sous la figure d'un poiffon, puisque selon lui (3), le nom d'Atergatis,

est com- (3) Syat. 2 pofé d'Adir-dagon , grand'poison, ou poisson magnifique. S. Je-C 3. rôme femble favoriser l'opinion du fçavant Anglois, lorsqu'il dit que Dagon signifie piscis mærorés, poison de deuil ou de triftese : mais pour ce dernier article , je prefere le sentiment

Сccc ij

de Vossius, qui croit que le nom d'Atergatis veut dire, quafi sine piscibus , sans poissons, parce que ceux qui honoroient cette Déesse , s'abstenoient d'en manger , comme nous venons de le dire; & dès là nous la distinguons de Dagon, comme on va le voir dans le Chapitre suivant.

CHAPITRE I V.

D

Dagon.
AGON étoit une des plus celebres Divinités des Phi-

listins , & une de celles dont l'Ecriture Sainte parle le plus souvent. Si nous nous en rapportons à Sanchoniathon, l'origine de ce Dieu est fort ancienne. Le Ciel, dit cet Auteur (a), eut plusieurs enfans , & entr’autres Dagon , ainsi nommé du niot Dagan, qui en Phenicien veut dire du froment. Comme il fut l'inventeur de la charue, & qu'il apprit aux hommes à se servir de bled pour faire du pain , il fur après la mort surnommé Jupiter Agrotès, ou le Laboureur, Saturne , continue cet Auteur, dans le temps qu'il faisoit la guerre à Colus, ou Ouranos , ayant fait prisonniere une de les femmes, il la fit épouser à Dagon. Suivant cette opinion, Dagon n'est plus un Dieu moitié homme , moitié poisson, comme l'ont imaginé les Rabbins : ce n'est plus l’Återgatis ou la Derceto , dont je viens de parler ; c'est le Dieu du bled, l'inventeur du labourage, qui merita après sa mort les honneurs divins. Son nom ne vient point du mot Hebreu Dag, un poison, mais c'est un nom Phenicien, Dagan, qui dans cette langue veut dire du froment. ,

Bochart persuadé que c'est à l'Auteur Phenicien qu'il faut s'en rapporter pour l'origine des Dieux de son pays, a donc raison de ne regarder que comme des fábles Rabbiniques tout ce qui a été debité sur la figure de Dagon, En effet, quelques-uns de ces Docteurs de la Loy., confondant ce Dieu avec Atergatis ou Derceto , disent qu'on le representoit comme

(a). Voyez le Fragment de cet Auteur que nous avons rapporté dans l'Article des Theogonies.

[ocr errors]

(3) Rabbi

un homme, dans la partie superieure de son corps, & comme un poisson de la ceinture en bas (1); pendant que d'autres veur- (1) Rabbi

Kimchi. lent au contraire qu'il ait eu la forme de poisson dans le haut du

corps, & la figure humaine des cuisses en bas (2). Quel- (4) Aburbaques-uns prétendent (3) qu'il étoit tout poisson ; quelques autres que la figure étoit celle d'un homme, depuis la tête juf- Silom. qu'aux pieds ; & ceux-là ont sans doute plus de raison. C'est l'idée qu'en donne l'Ecriture Sainte , lorsqu'elle raconte (4): (1) r. Reg. qu'à la presence de l'Arche du Seigneur , que les Philistins avoient mise dans le Temple de ce Dieu, après la défaite des Ifraëlites, son Idole fut renversée , & qu'on trouva fa tête & ses mains sur le seuil de la porte de ce Tenple, pendant que le reste du corps étoir demeuré sur le pied-d'estal

. Caput Dagon qe dua palma manuum ejus abscisse erant super limen. Porrò Dagon folus truncus remanserat in loco fuo. Voilà donc une tête, des mains , & un tronc; & si on ajoute des pieds , comme ont fait les Septante , en disant que la tête, les mains & les pieds de l'Idole s'étoient trouvés ensemble, separés du tronc, ce fera une figure humaine dans toutes fes parties.

Quoiqu'il en soit, les Philiftins avoient une grande veneration pour Dagon, & fes-Temples étoient magnifiques

. It falloit

que celui qu'il avoit à Gaza fùt très-vaste, puisque Samfon qu'on y avoit conduit en le retirant de la prison où il étoit , pour insulter à ce redoutable ennemi, qu'ils croyoient avoir perdụ toutes ses forces par la trahison de Dalila ; ayant .. renversé les colomnes qui le soutenoient, il écrasa sous ses ruines plus de trois mille hommes. Le Temple que ce Dieu, avoit à Azoth , n'étoit pas moins celebre., & ce fur dans ce

fut mise en depôt l'Arche du Seigneur , où arriva le miracle

que je viens de rapporter. La tête de Saül fut aussi, deposée dans un des Temples de ce même Dieu, comme on le voit dans le Livre des Juges (5), & ses armes dans celui. (5) Chap. 6. ďAstaroth; nouvelle preuve, pour le dire en passant, que Da- V. 23. & 24

. gon & Astaroth ou Aftarté, étoient deux Divinités differentes.

lui-ci que

Cccc üj

[ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][merged small]
[ocr errors]

L

ES Philistins avoient encore une autre Divinité, dont (1) Ep, ad Latam.

S. Jerôme (1) ne donne pas une grande idée, puisqu'il dit que ce Dieu enfermé dans son Temple, en craignoit con tinuellement la ruine. Marnas Galæ luget inclufus, ey ever from nem Templi pertimefcit ; mais il y a apparence que ce faint Docteur à voulu en cet endroit , comme en plusieurs autres , railler les Payens sur leurs faux Dieux. Car dans le fond, Max nas étoit regardé par les habitans de Gaza , comme un de leurs grands Dieux, puisque c'étoit parmi eux Jupiter lui-mê me. Son nom dans la langue Syriaque , veut dire Seigneur ; ce qui convient à ce pere des Dieux & des hommes (a). Mais quel étoit le Jupiter qui portoit le furnom de Marnas ? C'eft ce qu'il est difficile de decider. Cependant 'les Sçavans croient que

e c'étoit le Jupiter de Crete, celui-là même qui enleva Europe , & c'est le sentiment de Stephanus, c'est-à-dire Mi nos premier du nom. Il y a des Aureurs qui prétendent que Marnas étoit le Secretaire de ce Prince , qui s'en servit pour

rediger le Code de ses Loix, comme nous le dirons dans son (2) l'ome III. Histoire (2). Ceux qui enleverent Europe pour la conduire en

Crete, emmenerent apparemment Marnas avec eux ; car certainement il devoit être né dans la Syrie, son nom en eft une preuve. Ce même nom devint celebre dans l'ine de Crete, & on le donna aux filles, qu'on appelloit Marna, comme qui diroit Madamé.

Quoiqu'il en foit, Marnas étoit fort honoré dans la ville de Gaza : il y avoit un Temple, &-on celebroit en son honneur des Jeux & des Courses de chariots. La ville même de Gaza , joignoit quelquefois dans ses Medailles le nom de ce Dieu avec le fien, ΓΑΖΑ ΜΑΡΝΑ.

ifi.

(a) Voyez Bochart, Chan. Liv. 1. C. 15.

CHAPITRE V I,

De quelques autres Dieux Syriens & Pheniciens , qu'on ne

connors

2 2

O

C. I.

par l'Ecriture Şainte.
N trouve dans l'Ecriture Sainte les noms de quelques

Dieux dont les Auteurs profanes ne nous donnent aucune connoissance. Selden dans le Traité curieux qu'il a composé sur les Dieux des Syriens, les divise en deux Classes (1); (1) Synt. za Il met dans la premiere ceux dont il est parlé dans le Pentateuque, tels que sont Gad , ou la bonne fortune , les Teraphims , Baalszephon, le Veaụ d'or , Baalpeor & Moloch ; & dans la seconde, ceux dont il est fait mention dans les Prophetes, comme Baal, ou Beli, Aftarté ou Astaroth, Dagon, Miphlotzeth, Beel-zebut , Succot Benoth, Nergel & Thammus ; c'est, ajoute cet Auteur, dans les Dieux de ces deux Clafles que sont renfermés le Soleil , la Reine du Ciel, la Milice du Ciel, & les Planetes, dont le culte est li souvent reproché aux Payens, par les Écrivains facrés.

Je vais tâcher de donner une idée exacte de ceux de ces Dieux dont je n'ai pas encore parlé. Je devrois commencer par

la Fortune , ou Gad, la premiere des Divinités payennes que nomme Moyse; mais j'en ai parlé suffisamment lorsque j'ai tâché de decouvrir l'origine de l'Idolâtrie.

ARTICLE PREMIER.

Des Teraphims.
LES Hebreux nommoient Teraphims les Idoles que Rachel

(2) Genere, avoit derobées à son pere Laban (2), & il n'est que ce ne fussent ses Dieux , puisqu'en se plaignant à Jacob,

lui dit : Cur furatus es Deos meos ? Pourquoi m'avez - vous derobé mes Dieux (3) ? Les Interpretes de l'Ecriture sainte & (3) Verf. 30. les Rabbins, ont debité beaucoup de conjectures, pour sçavoir ce que c'étoit que ces Teraphims , & Selden laisse peu de choses à desirer sur ce sujet. Mes Lecteurs n'attendent pas

pas douteux

C. 31. V.19. 20.

[ocr errors]
« AnteriorContinuar »