Imágenes de páginas
PDF
EPUB

و

lieu, on y trouva des os & des cranes d'hommes , qu’on en retira, pour les faire voir au Peuple de cette grande Ville.

J'ai dit que ces mysteres étoient aussi impies qu'abominables. En effet pour leur donner plus de credit dans les premiers fiecles du Christianisme , temps auquel ils furent le plus en vogue , on voulut y imiter les faintes pratiques des Chrétiens , principalement le Baptême , & le mystere de l'Eucharistie ; & pour cela on jettoit de l'eau sur les initiés, & on leur présentoit du pain & du vin, afin , difoit-on , de les regenerer , & de leur donner une nouvelle vie. Je ne citerai pour le prouver que le seul Tertullien , quoique bien d'autres Aureurs aient dit la même chose: Per lavacrum , dit-il, Mithra signat illic in frontibus milites fuos , celebrat panis oblationem, imaginem refurrectionis induit , &c. (1).

(1) de Baptif

mo, ch.. Remarquons avant que de finir cet article , sur lequel je me suis un peu étendu", que la principale fête de Mithras étoit celle de la naissance, qu'un Kalendrier Romain plaçoit au 8. des Kalendes de Janvier , c'est-à-dire au 25. Decembre , jour auquel, outre les myfteres qu’on celebroit avec la plus grande folemnité , on donnoit aussi les Jeux du Cirque, qui étoient consacrés au Soleil, ou à Mithras. Il eft vrai que le Kalendrier ne nomme pas ce Dieu ; & qu'il dit simplement , 80. Kal. Jan, n. Invitti, c'eft-à-dire, le jour de la nailfance de l'Invincible ; mais les Sçavans ont fort bien jugé par l'épitete d'Invičti , qui lui eft fi fouvent donnée dans les Inscriptions & sur les marbres, qu'il s'agissoit de Mithras.

Il ne faut pas cependant sur cette particularité s'imaginer ni qu’on ait affecté de celebrer cette fête le jour où l'Eglise celebre celle de la naissance de Jefus-Christ ; encore moins dire avec le Pere Hardouin que les Chrétiens d'Occident aient, à cause de cette fête , transferé à ce même jour celle de Noël, qu'ils celebroient, dit-il, auparavant dans le mois de Septembre. Car le sçavant Evêque que j'ai fi souvent cité dans ce Chapitre , demontre que la fête de Jesus-Christ a toûjours été fixée par l'Eglise Latine, au 25. Dacembre. La seule raison qu'eurent les Romains pour fixer le jour de la naissance de Mithras au même jour, étoit tirée de la Physio que & de l'Astronomie. Ils vouloient marquer par-là que le

Nnnn ij

و

Soleil , après s'être éloigné de notre Hemispere depuis l'Equinoxe d'Automne , alloit après le Solstice d'Hyver se rapprocher , & porter partout la chaleur & la fecondité. Car il n'est nullement douteux, après ce que j'ai dit en expliquant les Bas-reliefs de Mithras , qu'on n'eût mêlé dans les attributs de ce Dieu beaucoup d'idées Physiques & Astronomiques.

Énfin il est bon d'observer que le culte de Mithras fit de grands progrès dans la suite , & passa dans plusieurs Pays Strabon l'affûre de la Cappadoce , comme nous l'avons déja dit. Il fut aulli connu dans la Grece, & Pompée en porta la connoissance à Rome , d'où après s'être répandu dans l'Italie, il passa dans les autres Provinces de ce vaste Empire. Les marbres & les Inscriptions qu’on a trouvés en tant d'endroits differents , le prouvent sans replique. Car fans parler de ceux qu'on a decouverts à Antium , à Naples, à Milan , & dans

plusieurs autres Villes d'Italie, ainsi qu'on peut le voir dans (4) Recherch. Gruter; ni de celui qui , selon M. Spon (1), a été deterré à d'Ánt. Diff 3. Lion , on en a trouvé d'autres chez les Daces (2) (2) Gruter p.

dans la Pannonie , où Aurelius Justinianus rétablir un Temple de ce Dieu; chez les Noriques , Peuples voisins de la Carinthie

. Ce que nous avons dit , il y a un moment, d'après Socrate & Sozomene, prouve que les Egyptiens, & en particulier les

Peuples d'Alexandrie , honoroient la même Divinité. S. Epi(3) Hær. 42. phane parle d'un Prêtre de Mithras dans l'Ille de Crete (3);

ainsi on ne peut pas douter que le culte de ce Dieu n'ait été très-étendu. Il dura aussi très-long-temps , & il ne fut pas détruit , lorsque les Empereurs embrasserent le Christianisme , puisque nous avons des Inscriptions , où il est fait mention de ceux qui celebrerent ces mysteres du temps de Valens, & du

jeune. Valentinien, l'an 376. comme il paroît par les Consu(4) Voyez lats qui y sont designés. (4) Enfin ce culte fut totalement aboli M. della Tor- par les soins de: Gracchus , Préfet de la Ville de Rome , l'an

de Jesus-Christ 378. comme le prouve le sçavant Evêque d'Hadria.

34.

r. p. 244.

ARTICLE I I.

[ocr errors]
[ocr errors]

De quelques autres Dieux des Perses ; de ceux des Parthes ,

des Cappadociens , & des Armeniens, Le

Es Dieux des Peuples que je viens de nommer , si on

excepte ceux des Perses , nous sont très-peu connus, & ce n'est que par occasion que les Anciens en parlent: if y a même beaucoup d'apparence que ces Peuples avoient reçu feur Religion des Perfes , à laquelle chacun d'eux avoit fait quelque changement. En effet , la Déesse Anaïtis , & les Dieux Ánanus & Anandratus, dont il sera parlé dans ce Chapitre , & qui étoient honorés par les Medes , par les Lydiens, & par les Armeniens , venoient originairement de Perse , ainsi que l'affûre Strabon.

Mais avant que d'entrer dans l'Histoire de ces Dieux , je dois dire quelque chose de la Déesse Sakea , parce que je crois , qu'elle étoit la même qu'Anaïtis. Parmi les Divinités des Payens , il n'y en a point qui soit si peu connue que cette Déesse. Les Anciens n'en font aucune mention , mais com me ils parlent d'une fête , nommée auxér, Sacea , celebrée également par les Perses & par les Babyloniens , ainsi que nous le dirons dans la suite, les Interprétes de l'Ecriture Sainteont cru trouver dans Jeremie (1), le nom de cette Déesse: (1) Cap. 29 voici ce que dit ce Prophete. Ainsi a dit le Seigneur. Prends verlo ss. de ma main l'a Coupe du vin de ma fureur , du fais-en boire d toutes les Nations... le Roi Sefac en boira avec eux. Puis dans un autre endroit,il ajoûte:Comment a été prise Sefac?... Como ment Babylone est-elle devenue l'étonnement de toutes les Nations:

Tous les interprétes , qui conviennent que dans ces deux passages Sejac designe également le Roi & la Ville de Babylone , sont persuadés que ce Sesac étoit une des Divinités des Babyloniens, & que Jeremie a pretendu designer la Ville même par le nom de cette Divinité' ; ce qui est assez ordi: naire aux Prophetes , ainsi que nous l'avons prouvé par ce passage d'Isaïe où il eft dit (1); Bet est tombé sur les genoux

(1) C. 45 Nonn jij

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

Nebo est tombé sur le nez : car il n'est pas

douteux que ce Prophete n’ait voulu marquer par ces expressions , la chute de Babylone , & celle des Moabites.. Grotius croit même que le nom de Mizac, ou Meschak , que portoit un des Compagnons de Daniel , étoit composé de celui de cette Divinité ; ce qui paroît assez vraisemblable , puisqu'il étoit assez ordinaire , ainsi que nous l'avons déja dit , qu'on joignoit les noms des Dieux à ceux des Rois , & même des particuliers. Cette coutume même étoit en usage parmi les Hebreux , comme il paroît par les noms de Jehonatas, de Jehosaphat, d'Ezechiel, & de quelques autres.

Voilà tout ce qu'on peut dire pour prouver l'existence de cette Divinité : pour la fête Sacea ou Sakea, elle est plus connue. Cette fête duroit cinq jours , & pendant tout le temps qu'on la celebroit , les Maîtres servoient leurs Valers, comme dans tes Saturnales. Berose & Ctesias qui avoit demeuré

long-temps en Perse, parlent de cette fête , ainsi que nous ! (2) Liv. 4. l'apprenons d’Athenée. « Berose , dit cet Auteur (2), rapporte

» dans le premier Livre de son Histoire de Babylone , que

le lixiéme du mois Loüs, on celebre dans cette Ville la w fête Sakea , qui dure cinq jours ; pendant lesquels les

Maîtres obéissent à leurs Valets, dont l'un qu'ils appellent
Zoganès est revétu d'un habit Royal , & agit comme

s'il étoit veriblablement le Maître de la maison ». Ctefias parle aussi de cette fête , dans le second Livre de l'Hiftoire de Perse. Dion Chrysostome (3) fait sans doute mention de la même fête , qu'il appelle la fête des Sacs. Nevous fouvenez-vous pas, dit-il, de la fête des Sacs que les Perses celebreni, & dans laquelle ils prennent un homme condamné à mort, le mettent sur le Throne du Roi, & après lui avoir fait goûter toutes fortes de plaisirs , le dépouillent de les habits Řoyaux , lui font donner le fouet, eg. le pendents

Strabon eft celui de tous les Anciens qui paroît nous ramener à la veritable origine de cette fête , & nous apprendre en même-temps à quelle Divinité elle étoit consacrée: & comme il devoit être très-instruit des coutumes & de la Religion des Peuples qui celebroient cette folemnité, étant

[ocr errors]

D

(3) Orat. 4. de Reg.

[ocr errors]
[ocr errors]

O

[ocr errors]
[ocr errors]

né en Cappadoce , je vais rapporter ce qu'il en dit (1). « Par- (2) Liv. II. # mi les Scythes qui occupoient les environs de la Mer Cafpienne, il

y en avoit que l'on nommoit Sakes ou Saques. si Ces Saques faisoient des courfes dans la Perse , &

penetroient quelquefois si avant dans le pays , qu'ils alferent

jusques dans la Batriane & dans l’Armenie , & se rendirent v maîtres d'une partie de cette Province , qu'ils appellerent

de leur nom Sakasene, d'où ensuite ils s'avancerent dans

la Cappadoce , qui confine le Pont-Euxin. Un jour qu'ils o celebroient une fête , le Roi de Perse les ayant attaqués

les défit à platte couture. Pour éterniser la memoire de » cette Victoire, les Perses éleverent un monceau de terre # sur une pierre, dont ils formerent une petite montagne

qu'ils environnerent de murailles , & bấtirent dans l'enceinte un Temple qu'ils consacrerent à la Déesse Anaitis., & aux Dieux Amanus & Anandratus , qui font

les Genies des Perses ; & établirent en leur honneur une » fête appellée Saca , qui se celebre encore par ceux qui hao bitent le Pays de Zela ; car cest ainsi qu'ils nomment ce

lieu

Ce même Auteur qui compiloit differentes Relations, en rapporte , peu de lignes après , une autre qui attribue à Cyrus cette Victoire, & l'établissement de cette fête. Ceux qui sou tiennent que cette fête étoit celebrée par les Babyloniens du temps de Jeremie , & avant Cyrus , prétendent que cette seeonde Relation rapportée par Strabon, ne sçauroit se soutenir ; mais n'est-ce pas là ce qu'on appelle petition de principe ? Disons plâtor qu’on ignore par quelle raison le Pro. phere donne au Roi de Babylone , & à cette Ville, le nom de Sesac; qu'il n'y eut jamais de Divinité de ce nom; &

que celle en l'honneur de qui on celebroit la fête. Sakea, étoit la Déesse Anaïçis , dont nous avons parlé au commencement de ce Chapitre. En effet , les Perses ayant été presque inconnus avant Cyrus , c'est à ce Heros qu'il faut attribuer la Victoire sur les Saques , dont parle Strabon.

Mais dans quel genre de Divinités devons-nous mettre Anaïtis, Amanus ou Omanus , & Anandratus, dont l'Auteur

que je viens de citer , fait mention en plulieurs endroits de son

[ocr errors]
[ocr errors]
« AnteriorContinuar »