Imágenes de páginas
PDF
EPUB

me fens

en

connoît que

ipheres que

l'on pourroit supposer parfaites dans le mê

que la matiere subtile est un fuide parfait , & faisant d'ailleurs abstraction de toute cause écrangere à cette matiere.

En effet il est nécessaire que les corpufcules de la matiere subtile , puissent en même tems avoir des mouvemens divers & même contraires ; & que cependant ces mouvemens ne diminuent pas ; car li ces corpufcules perdoient à chaque instant un seul petit degré de leurs forces, en peu de tems ils perdroient toutes leurs forces , en peu de tems l'Univers seroit détruit.

Il faut donc concevoir que ces corpuscules puissent, sans se choquer, se résister mutuellement par leurs forces centrifuges ; de telle sorte que de deux corpufcules qui se touchent, l’un ne l'emporte pas fur l'autre ; car fi l'un l'emporte fur l'autre, il n'y aura plus d'équilibre. Et comment allier toutes ces idées, si l'on ne re

la matiere subtile est composée d'une infinité de Tourbillons, ou de fpheres très-Auides de toue tes sortes de grandeurs, qui remplissent l'Univers , & fe

contrebalancent par leurs forces centrifuges ? * v. Loix du Ajoutez à cela (comme je l'ai déja remarqué ailleurs*) choc Art.nz. que les angles, les élevations , les enfoncemens , en va

mot toutes les irregularitez qui se trouvent dans les figures qui ne sont pas spheriques , causeroient sans cesse quelque obstacle & quelque diminution au mouvement d'une matiere, qui étant indéfiniment Auide & agitée, doit avoir toutes les facilitez poslibles, pour couler & se mouvoir en tous les sens.

Donc, en faisant abstraction de toutes compressions, & autres causes étrangeres à la matiere subtile, les Tourbillons, & sur-tout les plus petits, dont il s'agit dans ce Traité, doivent être de figure spherique, & doivent

tendre à conserver cette figure qui leur convient.. *V. Mem. de

M. de Mairan *, dans son excellent Memoire de la Rel'Acadh 1722. flexian des corps , prouve (comme je l'ai remarqué dans l'ArP. 49

ticle que je viens de citer) que le corps qui fait le sujet de

[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

la lumiere , consiste en de veritables globules. Ainsi deux voies
très-differentes semblent se réunir,

pour nous conduire à une
même consequence, & confirmer nos Principes.
IL

L ne s'agit pas ici d'examiner si ces globules sont des V1:
corpuscules durs, ou si ce font de petits Tourbillons. Il

Idée des cor. me suffit de faire remarquer que le plus petit des Tour- puscules dont les billons, comme le plus grand, doit être composé d'un Tourbillons sont nombre indéfini de corpuscules très-agitez, & chaque

composez.
corpuscule d'un nombre indéfini de très-petites parties
qui sont dans un repos respectif, sans être engagées les
unes dans les autres ; & qui ne sont pas des atomes , parce
qu’une infinité d'atomes ou de néants d'étenduë, ne for-
meroient jamais une étenduë. Sans approfondir cette
idée, je crois pouvoir en tirer les consequences qui sui-

[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

vent.

[ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small]

I. Les parties d'un corpuscule de la matiere subtile, se
feparent très-facilement, lorsqu'il est plus pressé d'un
côté
que
d'un

autre ; parce que le repos n'a pas de force
pour résister au mouvement.

II. Un corpufcule de la matiere subtile est de figure fpherique , lorsqu'il est également pressé de tous côtez.

III. Un corpuscule a des figures irregulieres , lorsque les pressions font inégales , & qu'elles ne font

pas

allez inégales, pour feparer fes parties.

IV. Un corpuscule est comme infiniment dur dans l'instant qu'il est également pressé ; & si dans l'instant qui suit , l'égalité des pressions cesse , il peut

devenir indéfiniment moll, ou indéfiniment fluide.

V. Suivant les differens besoins, un corpuscule peut être divisé en un million d'autres ; & un million de cor

VII. puscules peuvent se réunir , pour en former un seul.

Tous les points

de la CHaque Tourbillon est environné d'un nombre indé- L'un même Toure fini d'autres Tourbillons de toutes sortes de grandeurs, billon , ont des & il peut changer à chaque instant de situation à leur forces centrifiségard. Celui qui en touche maintenant un autre vers ges égales.

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]

son équateur , pourra bien-tôt le toucher vers son pole. Si un Tourbillon n'avoit pas une égale force centrifuge en tous ses points , comment dans toutes les situations differentes qu'il peut avoir à l'égard des Tourbillons qui le compriment dans toute sa lurface, pourroit-il se faire qu'il les contrebalançât tous , & qu'il conservât la figure spherique qui lui convient ?

Il est donc clair que les points de la surface d'un Tourbillon, ne doivent

pas

faire leurs revolutions en même tems , de la même maniere que les points de la surface d'une boule, tournent en même tems autour de son axe. Si cela étoit , les corpuscules qui circulent vers l'équateur , auroient beaucoup plus de force centrifuge que tous les autres , & ceux qui circulent vers les poles n'en auroient point ou très-peu. Ceux-ci seroient donc repoussez vers le centre du Tourbillon , sans aucune résiftance de leur part ; & ceux-là s'écarteroient du même centre avec beaucoup de force. Que deviendroit le Tourbillon ?

Deflors que l'on admet l'idée des Tourbillons (& peuton se dispenser de l'admettre ? ) il faut , sans balancer, reconnoître cette verité qui en est une suite évidente, sçavoir , que toutes les parties de la surface d'un même Tourbillon, doivent avoir une égale force centrifuge, pour résister également aux impressions des Tourbillons voisins qui les pressent également, &

pour

se maintenir avec eux dans un exact équilibre.

Il ne s'agit pas ici d'examiner d'où peut provenir cette égalité de forces centrifuges, & comment l'équilibre des Tourbillons peut se maintenir. Cet examen impor

tant fera le sujet d'un de mes Traitez. Les Tourbillons se touchent R len n'empêche donc que les Tourbillons ne puissent également dans le toucher ausl-bien à leurs poles qu'à leurs équateurs ; tous les points de soit, 1°. qu'ils tournent dans le même sens

; soit, 20 aux poles comme qu'ils tournent en sens contraire. Quelque respect que ailleurs, j'aie pour M. Descartes, je ne puis croire sur fa parole,

VIII.

que les Tourbillons doivent s'incorporer dans le premier cas, & se détruire dans le second. Je m'en tiens à mes Principes que je viens de déduire de ceux de ce très-illustre Auteur.

Les mêmes raisons qui prouvent qu'il y a de grands Tourbillons , prouvent qu'il y en a de petits ; & si l'on admet l'idée des Tourbillons grands & petits , ce sont des spheres de toutes sortes de grandeurs, qui rempliffent fUnivers , qui se touchent dans tous les points physiques de leurs surfaces ; enfin qui peuvent se toucher aux poles comme par tout ailleurs, puisqu'ils ont autant de forces centrifuges à leurs poles, que dans le reste de leurs surfaces.

Tous ces principes sont des consequences que je déduis de l'idée seule des Tourbillons : Et l'idée des Tourbillons n'est pas une idée purement Metaphysique ; j'ai prouvé qu'il faut la reconnoître dans la Nature.

En considerant les corps élastiques, j'y ai trouvé de petits Tourbillons ; & en considerant les petits Tourbillons dans tous les corps élastiques, je vais maintenant y chercher la cause physique des ressorts, soit parfaits, soit imparfaits.

[ocr errors][ocr errors]

CHAPITRE V.

Des petits Tourbillons considerez dans les corps

à ressort parfait.

v. Loix du I. Description d'un corps à ressort parfait. II. Changemens ..hoc. Art. 34 qui arrivent aux petits Tourbillons , lorsque les corps qui 35.& 36.

les contiennent sont comprimez. III. La matiere subtile Sort des corps au premier tems du choc , sans faire aucune résistance , par un effet de fa fluidité naturelle. IV. 14 matiere subtile rentre dans les corps dont elle étoit sortie, par un effet de la force centrifuge de ses petits Tourbillons, V. C'est par un effet de cette même force , que les corps parfaitement élastiques qui se sont choquez avec des forces égales , retournent en arriere avec des forces égales à leurs forces primitives.

Ent objets que l'on a fans cesse sous les yeux, 1. Description

une éponge, par exemple, une mie de pain, lę d'un corps a ref

dedans d'un os ; sur-tout si l'on a soin de les re. fort parfait.

garder de près avec un Microscope , peuvent fournir à l'imagination des images imparfaites, mais sensibles de toutes les choses que je vais essayer de décrire dans cet Article , & de faire appercevoir à l'esprit pur.

Toutes les parties integrantes d'un corps élastique, sont réunies ensemble dans quelques-uns de leurs points, lignes ou surfaces , & sont separées dans le reste par un nombre indéfini de pores & de petits canaux. Les pores font ordinairement spheriques , parce que peu à peu

ils doiveņt avoir été arrondis par le mouvement des Tour, billons de la matiere subtile. Je conviens cependant qu'ils peuvent avoir d'autres figures, par exemple, des figures cylindriques, elliptiques, &c. Mais pour m'exprimer plus clairement, je supposerai que tous les pores d'un

corps,

« AnteriorContinuar »