Imágenes de páginas
PDF
EPUB

malin. Il paroît que vous avez bien profité des leçons de Morales qui vous ont été données à Alcala. Je vous en félicite. Vous direz ce qu'il vous plaira , interrompit à son tour Don Cleofas. Que l'Auteur de ce ridicule ouvrage fasse les plus beaux raifonnemens du monde. Je m'en moque. Je suis Espagnol. Rien ne me semble fi doux que la vengeance. Et puisque vous m'a vez promis de punir la perfidie de ma Maîtresse , je vous somme de me tenir parole.

Je cede avec plaisir au tranfport qui vous agite , dit le Démon. Que j'aime ces bons naturels, qui suivent tous leurs mouvemens fans fcrupule ! Je vais vous fatisfaire toute-à-l'heure ; auffi-bien be temps de vous venger est arrivé. Mais je veux auparavant vous faire voir une chose très-réjouissante. Portez la vue au-delà de l'Imprimerie , & observez bien ce qui se paffe dans un appartement tapissé de drap musc. P'y remarque, répondit Léandro, cinq ou fix femmes

comme à l'envi, des. bouteilles de verre à une espece de valet ; & elles me paroissent furieusement agitées. Ce font , reprit le Boiteux, des Déa

qui donnent

[merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors]

votes, qui ont grand sujet d'être émues.
Il y a dans cet appartement un Inquisi-
teur malade. Ce vénérable personnage ,
qui a près de trente-cinq ans, est cou-
ché dans une autre chambre que celle
où sont ces femmes. Deux de ses plus
cheres pénitentes le veillent. L'une fait
ses bouillons; & l'autre, à son chevet
a foin de lui tenir la tête chaude, &
de lui couvrir la poitrine d'une couver-
ture composée de cinquante peaux de
mouton. Quelle est donc sa maladie
repliqua Zambulo ? Il est enrhumé du
cerveau , repartit le Diable ; & il est
à craindre que le rhume ne lui tombe
sur la poitrine.

Ces autres Dévotes, que vous voyez dans son antichambre, accourent avec des remedes, sur le bruit de son indifposition. L'une apporte, pour la toux, des Syrops de Jujubes, d'Althéa , de Corail & de Tussilage ; l'autre, pour conserver les poumons de fa Révéren. ce , s'est chargée de Syrops de Longuevie , de Véronique, d'Immortelle & d'Elixir de propriété. Une autre pour lui fortifier le cerveau & l'eftomac, a des Eaux de Mélisse , de Ca. nelle orgée, de l'Eau Divine & de l'Eau Thériacale, avec des Efiences de

Muf.

[ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

9

[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

Muscade & d'Ambre gris. Celle-ci vient
offrir des Confections Anarcadines &
Bézoardiques ; & celle-là, des Tein-

i
tures d'Oeillets , de Corail , de Mille.
fleurs, de Soleil & d'Emeraudes. Tou-
tes ces Pénitentes zelées vantent au va-
let de l'Inquisiteur les choses qu'elles
apportent. Elles le tirent à part tour à
tour, & chacune lui mettant un ducat
dans la main , lui dit à l'oreille : Lau-
rent, mon cher Laurent, fais en forte,
je te prie, que ma bouteille ait la préfé-
rence.

Parbleu ! s'écria Don Cleofas , il faut
avouer que ce sont d'heureux mortels,
que ces Inquisiteurs ! Je vous en ré.
ponds , reprit Asmodée. Peu s'en faut
que je n'envie leur fort : & de même
qu'Alexandre disoit un jour , qu'il au-
roit voulu être Diogene , s'il n'eût pas
été Alexandre , je dirois volontiers,
que si je n'étois pas Diable, je voudrois
être Inquisiteur.

Allons, Seigneur Ecolier , ajouta-t'il, allons présentement punir l'ingrate qui a fi mal payé votre tendresse. Alors Zambulo saisit le bout du manteau d'Af modée, qui fendit une seconde fois les airs avec lui , & alla se poser sur la maison de Dona Thomosa,

Cette

[ocr errors]

1

[ocr errors]

Cette friponne étoit à table avec les quatre Spadaffins qui avoient poursuivi Léandro fur les gouttieres. Il frémit de courroux, en les voyant manger deux perdreaux & un lapin qu'il avoit payés & fait porter chez la traîtreffe , avec quelques bouteilles de bon vin. Pour surcroît de douleur, il s'appercevoit que la joie régnoit dans ce repas, & jugeoit aux démonstrations de Thomosa , que la compagnie de ces malheureux étoit plus agréable que la sienne à cette scélérate. O les bourreaux, s'écria-t'il d'un ton furieux ! Les voilà qui se régalent à mes dépens ! Quelle mortification four moi !

Je conviens , lui dit le Démon, que ce fpectacle n'est pas fort réjouiffânt pour vous. Mais , quand on fréquente les Dames galantes, on doit s'attendre à ces avantures. Elles sont arrivées mille fois en France, aux Abbés, aux Gens de Robe , & aux Financiers. Si j'avois une épée , reprit Don Cléofas, je fondrois fur ces coquins , & troutblerois leurs plaisirs. La partie ne seroit pas égale , reprit le Boiteux , fi vous les attaquiez tout seul. Laissez-moi le foin de vous venger. J'en viendrai mieux à bout que vous. Je vais met

tre

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]

tre la division parmi ces Spadafsins, en leur inspirant une fureur luxurieuse : Ils vont s'armer les uns contre les autres. Vous allez voir un beau vacar,

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

>

A ces mots, il fouffla , & il sortit de sa bouche une vapeur violette , qui descendit en ferpentant comme un feu d'artifice , & se répandit sur la table de

Dona Thomosa. Aufli-tôt un des Con• vives , fentant l'effet de ce souffle , s'apa

procha de la Dame , & i'embrassa avec transport. Les autres entraînés par la force de la même vapeur , voulurent lui arracher la Grivoise. Chacun demande la préférence. Ils se la disputent. Une jalouse rage s'empare d'eux. Ils en viennent aux mains. Ils tirent leurs épées , & commencent un rude combat. Cependant Dona Thomosa pousse d'horribles cris. Tout le voisia nage est bientôt en rumeur. On crie à la Justice. La Justice vient. Elle enfonce la porte. Elle entre ,

& trouve deux de ces Bréteurs étendus sur le plancher. Elle le saisit des autres & les mene en prison avec la Courtisane. Cette malheureuse avoit beau pleurer s'arracher les cheveux , & se desespérer , les gens qui la conduisoient n'en

étoient

« AnteriorContinuar »