Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors]

dans un endroit un Seigneur Musulman fortant du bain , & environné de toutes les femmes de son Sérail , qui s'empresa foient à lui rendre leurs services. On découvroit dans un autre , iin Gentila homme Anglois , qui présentoit ga. lamment à la Dame une pipe & de la biere.

On y démêloit aussi des joueurs mer veilleusement bien représentés : les uns animés d'une joie vive, remplissoient leurs chapeaux de pieces d'or & d'argent ; & les autres, ne jouant plus que sur leur parole , lançoient au Ciel des regards facriléges, en mangeant leurs cartes de desespoir. Enfin, l'on y voyoit autant de choses curieuses, que sur l'admirable Bouclier que le Dieu Vulcain fit, à la priere de Thétis. Mais il y avoit

у cette différence entre les ouvrages de ces deux Boiteux , que les figures du Bouclier n'avoient aucun rapport aux ex. ploits d’Achille ; & qu'au contraire, cel les du manteau étoient autant de vives images de tout ce qui se fait dans le monde par la suggestion d’Asmodées,

[ocr errors]

CHA

[ocr errors][merged small][merged small]
[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors]

E Démon s'appercevant que fa vue

ne prévenoit pas en la faveur l'E. colier , lui dit en souriant : Hé bien , Seigneur Don Cléofas Leandro Pérez. Zambulo , vous voyez le charmant Dieu des. Amours., ce souverain Maître des cours. Que vous semble de mon air & de ma beauté ? Les Poëtes, ne font ils pas d'excellens Peintres ? Eranchement », répondit Don Cleofas , ils. font un peu flatteurs. Je crois que vous

, ne parûtes pas tous ces traits devans Plyché. Oh ! pour cela non, repartit le Diable l'empruntai ceux d'un petit Marquis François , pour me faire ai-. mer brusquement. Il faut bien couvrir le vice d'une apparence agréable ; autrement il ne plairoit pas. Je prens. toutes les formes que je veux, & j'aur.

me montrer plus beau corps fantastique ; mais, puisque je me suis donoé tout à vous , & que j'ai dessein de, ne vous rien dégui. ser , j'ai voulu que vous me viffiez lous:

[ocr errors]

rois pu

à vos yeux

fous un

[ocr errors]

la figure la plus convenable à l'opinion qu'on a de moi & de mes exercices.

Je ne suis pas surpris, dit Léandro, que vous soyez un peu laid : pardonnez, s'il vous plaît , le terme ; le commerce que nous allons avoir ensemble , demande de la franchise. Vos trais s'accordent fort avec l'idée que j'avois de vous. Mais apprenez-moi

de

grace , pour quoi vous êtes boiteux ?

C’est, répondit le Démon, pour avoir eu autrefois en France un différend avec Pillardoc, le Diable de l'intérêt. Il s'agissoit de sçavoir qui de nous posséderoit un jeune Manceau, qui venoit à Paris chercher fortune. Comme c'étoit un excellent sujet, un garçon qui avoit de grands talens , nous nous en difputâmes vivement la poffeffion. Nous nous battîmes dans la moyenne région de l'air. Pillardoc fut le plus fort, & me jetta sur la terre , de la même façon que Jupiter , à ce que disent les

culbuta Vulcain. La confor. mité de ces avantures fut cause que mes Camarades me surnommerent le Diable Boiteux. Ils me donnerent en raillant ce sobriquet , qui m'est resté depuis ce temps-là. Néanmoins, tout estropié que je suis , je ne laisse pas.

d'aller

Poëtes,

[ocr errors]
[merged small][merged small][ocr errors][merged small]

9

[ocr errors]

#alfer bon train. Vous serez témoin de mon agilité.

Mais, ajoûta-t'il , finiffons cet entretien. Hâtons - nous de sortir de ce ga. letas. Le Magicien y va bientôt monter, pour travailler à l'immortalité d'une bel le Sylphide , qui le vient trouver ici toute tes les nuits. S'il nous furprenoir, il ne manqueroit pas de me remettre en bouteille , & il pourroit bien vous y mettre aussi. Jettons auparavant par la fea nêtre les morceaux de la phiole brisée afin que l'Enchanteur ne s'apperçoive pas de mon élargissement.

Quand il s'en apperceyroit après no. tre déparr , dit Zambulo , qu'en arriveroit-il ? Ce qu'il en arriveroit, répondit le Boiteux. Il paroît bien que vous n'a. vez pas lù le Livre de la Contrainte. Quand j'irois me cacher aux extréinités de la Terre , ou de la Région qu'habitent les Salamandres enflammées : quand je descendrois chez les Gnomes, ou dans les plus profonds abîmes des Mers, je n'y serois point à couvert de fon reflén timent. Il feroit des conjurations fi for: tes, que tout l'enfer en trembleroit. J'aus rois beau vouloir lui delobéir , je ferois obligé de paroître, malgré moi, devant

, pour subir la peine qu'il voudroit m'imposer.

Cela

lui,

Cela écant , reprit l'Ecolier, je crains fort que notre liaison ne soit pas de lone gue durée. Ce redoutable Négromancien découvrira bien-tôt votre fuite. C'est ce que je ne sçai point, repliqua l'Esprit , parce que nous ne sçavons pas. ce qui doit arriver. Comment , s'écria Léandro Pérez , les Démons ignorent l'avenir ? Assurément , repartit le Dia. ble : les personnes qui se fient à nous. là-dessus font de grandes dupes. C'est ce qui fait que les Devins & les Devineresses ditent tant de sortiles, & en font. tant faire aux femmes de qualité qui. vont les consulter sur les événemens futurs. Nous ne sçavons que le passé & Le présent. J'ignore donc si le Magicien s'appercevra bien-tôt de mon ablence; mais j'espere que non. Il a plusieurs. phioles semblables à celle où j'étois ene fermé : il ne foupçonnera pas qu'elle y manque. Je vous dirai de plus , que je Luis dans son Laboratoire comme un Livre de Droit dans la Bibliotheque d'un. Financier : il ne pense point à moi ; &. quand il y penseroit, il ne me fait ja-, mais l'honneur de m'entretenir ; c'est le plus. fier Enchanteur que je connoille.. Depuis le temps qu'il me tient prison, nier, il n'a pas.daigné me parler une feule fois

Quel

:

« AnteriorContinuar »