Imágenes de páginas
PDF
EPUB

conta de quelle maniere une jeune fille lui étoit venu demander une retraite.

Zanubio , quoique très-défiant , n'eut pas le moindre soupçon de la supercherie. Il fut seulement curieux de voir l'In. connue , qui le pria de la dispenser de lui dire son nom , disant qu'elle devoit ce ménagement à la famille, qu'elle des. honoroit en quelque sorte par sa fuite. . Puis elle débita un Roman avec tant d'esprit, que le Capitaine en fut charmé. Il se sentit naître de l'inclination pour cette aimable personne. Il lui offrit fes services, & se flattant qu'il en pourroit tirer pied ou aile , il la mit auprès de sa femme.

Dès qu'Aurore vit Don Garcie, elle rougit & se troubla fans sçavoir pourquoi. Le Cavalier s'en apperçut. Il julgea qu'elle l'avoit remarqué dans l'Eglise où il l'avoit vue. Pour s'en éclaircir , il lui dit , fi-tôt qu'il put l'entrete. nir en particulier : Madame , j'ai un frere qui m'a souvent parlé de vous. Il vous a vue un moment dans une Eglise, Depuis ce moment, qu'il se rappelle mille fois le jour , il est dans un état digne de votre pitié.

A ce discours, Aurore envisagea Don Garcie plus attentivement qu'elle n'a

HO voic

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

je crois

voit fait encore , & lui répondit: Vous resemblez trop à ce frere , pour que je fois plus long-temps la dupe de votre stra. tagême. Je vois bien que vous êtes un Cavalier déguisé. Je me souviens qu'un jour , pendant que j'entendois la Mesle, ma mante s'ouvrit un instant , & que vous me vîtes. Je vous examinai par curiosité. Vous eûtes toujours les yeux attachés sur moi. Quand je fortis, je crois que vous ne manquâtes pas de me suivre, pour apprendre qui j'étois, & dans quelle rue je faisois ma demeure. Je dis ,

, parce que je n'osai tourner la tête pour vous observer. Mon mari qui m'accompagnoit, auroit pris garde: à cette action, & m'en eût fait un crime. Le lendemain , & les jours suivans, je retournai dans la même Eglise. Je vous revis , & je remarquai si bien vos traits, que je les reconnois malgré votre déguisement

Hé bien ! Madame , repliqua Don Garcie , il faut me démarquer. Oui, je suis un homme épris de vos charmes. C'est Don Garcie Pacheco , que l'amour introduit ici fous cet habillement. Et vous espérez sans doute, reprit Aurore , qu'approuvant votre folle ardeur , je favoriserai votre artifice , &

con

contribuerai de ma part à entretenir mon mari dans son erreur. Mais c'est ce qui vous trompe. Je vais lui découvrir tout. Il y va de mon honneur,

& de mon repos : d'ailleurs je suis bien aise de trouver une fi belle occasion de lui faire voir que sa vigilance est moins sûre que ma vertu;

& que tout jaloux, tout défiant qu'il est , je suis plus difficile à surprendre

que lui.

A peine eut-elle prononcé ces derniers mots, que le Capitaine parut, & vint-se mêler à la conversation. De quoi vous entreteniez-vous, Mesdames, leur

, dit-il ! Aurore reprit aussi-tôt la parole. Nous parlions, répondit-elle, des jeunes Cavaliers qui entreprennent de se faire aimer des jeunes femmes qui ont de vieux époux, & je difois , que si quelqu'un de ces galans étoit allez témérais re pour s'introduire chez vous sous quela que déguisement, je sçaurois bien punir son audace.

Et vous, Madame', reprit Zanubio en se tournant vers Don Garcie , de quelle maniere en useriezvous avec un jeune Cavalier en pareil cas ? Don Garcie étoit fi.troublé, fi déconcerté , qu'il ne sçavoit que répondre au Capitaine , qui le seroit apperçu de son embarras, ft dans ce moment un Valet ne fût venu lui dire, qu'un homme arrivé de Ma. drid demandoit à lui parler. Il fortit pour aller s'informer de ce qu'on lui vouloit.

dans.

Alors Don Garcie se jetta aux pieds d'Aurore, & lui dit : Ah ! Madame quel plaisir, prenez-vous à m'embarralser > Seriez-vous affez barbare, pour me livrer au ressentiment d'un époux furieux ? Non, Pacheco, répondit-elle en souriant, les jeunes femmes qui ont de vieux maris jaloux, ne sont pas si cruelles. Rassurez-vous. J'ai voulu me divertir , en vous causant un peu de frayeur; mais vous en serez quitte pour cela. Ce n'est pas trop vous faire acheter la complaisance que je veux bien avoir de vous souffrir ici. A des paroles fi confolantes, Don Garcie sentit évanouir toute sa crainte, & conçut des espérances qu'Aurore eut la bonté de ne pas démentir.

Un jour qu'ils se donnoient tous deux, dans l'appartement de Zanubio, des marques d'une amitié réciproque , le Capitaine les furprit. Quand il n'auroit pas été le plus jaloux de tous les hommes , il en vit assez pour juger avec fondement que fa belle inconnue étoit un Cavalier

dé.

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

déguisé. A ce spectacle, il devint fu-.
rieux. Il entra dans son cabinet pour
prendre des pistolets ; mais pendant ce

;
temps-là, les Amans s'échapperent, fer-
merent par dehors les portes de l'appar-
tement à double tour, emporterent les
clefs , & gagnerent tous deux en diligen-
ce un Village voisin, où Don Garcie
avoit laiffé fon Valet de chambre & deux
bons chevaux. Là il quitta ses habits
de fille, prit Aurore en croupe, & la
conduisit à un Couvent, où elle le pria
de la mener, & où elle avoit une Tan-
te Supérieure. Après cela il s'en retour-
na à Madrid, attendre la suite de cette
avanture.

Cependant Zanubio se voyant enfera
mé, crie, appelle du monde. Un Va-
let accourt à la voix: mais trouvant les
portes fermées , il ne peut les ouvrir.Le
Capitaine s'efforce de les brifer , & n'en
venant point à bout assez vîte à son gré
il cede à son impatience, se jette brul-
quement par une fenêtre avec ses pisto.
lets à la main, Il tombe à la renverle, fe
blesse à la tête , & demeure étendu par
terre fans connoiffance. Ses Domesti-
ques arriverent , & le porterent dans
une salle sur un lit de repos. Ils lui jet-
terent de l'eau au visage ; enfin à force

de

[ocr errors]
« AnteriorContinuar »