Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors]
[ocr errors]

coûta bientôt la vie au téméraire qui l'avoit faite , car deux ou trois Archers firent feu sur lui dans le moment & le jetterent par terre tout roide mort, pour venger leur Officier. A l'égard de Julio , il se laissa prendre sans résistance ; & il ne fut pas besoin de l'interroger, pour sçavoir de lui fi Don Kimen étoit dans le Château. Ce valet avoua tout ; mais voyant son Maître fans vie, il le chargea de toute l'iniquité.

Enfin, il mena le Commandant & ses Archers à la cave , où ils trouverent Lizana couché sur la paille , bien lié & garrotté. Ce malheureux Cavalier, qui vivoit dans une attente continuelle de la mort, crut que tant de gens armés n'entroient dans la prison que pour le faire mourir ; & il fut agréablement surpris , d'apprendre que ceux qu'il prenoit pour fes bourreaux étoient les libérateurs. Après qu'ils l'eurent délié & tiré de la cave , il les remercia de la délivrance & leur demanda comment ilsavoient sçu qu'il étoit prisonnier dans ce Château. C'eft, lui dit le Commandant , ce que je vais vous conter en peu de mots.

La nuit de votre enlevement, poursuivit-il, un de vos raviffeurs , qui avoit une Amie à deux pas de chez Don Guil

lem

[ocr errors]

2

[ocr errors][ocr errors]

lem, étant allé lui dire adieu avant son
départ pour la campagne , eut l'indiscré-
tion de lui révéler le projet de Stepbani.
Cette femme garda le secret pendant
deux ou trois jours; mais comme le bruit
de l'incendie arrivé à Miédes se répandit
dans la Ville de Siguença , & qu'il pa-
rut étrange à tout le monde, que
à

les domestiques du Sicilien eussent tous péri dans ce malheur, elle se mit dans l'elprit, que cet embrasement devoit être l'ouvrage de Don Guillem. Ainsi, pour venger fon Amant, elle alla trouver le Seigneur Don Félix votre pere , & lui dit tout ce qu'elle fçavoit. Don Félix í effrayé de vous voir à la merci d'un hom. me capable de tout, mena la femme chez le Corregidor. qui, après l'avoir écoutée, ne douta point que Stephani n'eût envie de vous faire souffrir de longs & cruels tourmens, & ne fûnt le diabolique auteur de l'incendie. Ce que voulant approfondir , ce Juge m'a ce matin envoyé ordre, à Retortillo où je fais ma demeure, de monter à cheval , & de me rendre avec ma Brigade à ce Château , de vous y chercher, & de prendre Don Guillem mort ou vif. Je me suis heureusement acquitté de ma commisfion, pour ce qui vous regarde ; mais

je

[merged small][ocr errors]

je suis fâché de ne pouvoir conduire à Siguença le coupable vivant. Il nous a mis, par la résistance, dans la nécessité der le tuer.

L'Officier ayant parlé de cette forte, dit à Don Kimen : Seigneur Cavalier je vais dresser un procès-verbal de tout ce qui vient de se passer ici ; après quoi nous partirons, pour satisfaire l'impatience que vous devez avoir de tirer votre famille de l'inquiétude que vous lui causez. Attendez , Seigneur Commandant, s'écria Julio dans cet endroit je vais vous fournir une nouvelle matiere pour grossir votre procès-verbal. Vous avez encore une autre personne prisonniere à mettre en liberté. Dona Emerenciana eft enfermée dans une chambre obscure, o` une Duegne impitoyable lui tient sans cesse des discours mortifians , & ne la laisse pas un mo. ment en repos. O Ciel ! dit Lizana ; le cruel Stephani ne s'est donc pas contenté d'exercer sur moi fa barbarie! Allons promptement délivrer cette Dame infortunée, de la tyrannie de fa gouverDjante.

Là-dessus, Julio mena le Commandant & Don Kimen , suivis de cinq ou fix Archers, à la chambre qui seryoit à

de

[ocr errors]
[ocr errors]

de prison à la fille de Don Guillem. Ils fraperent à la porte , & la Duegne vint ouvrir. Vous concevez bien le plaisir que Lizana se faisoit de revoir sa Maîtresse , après avoir désespéré de la posséder. Il sentoit renaître son espea rance, ou plutôt, il ne pouvoit douter de son bonheur, puisque la seule personne qui étoit en droit de s'y opposer, ne vivoit plus. Dès qu'il apperçut Emerenciana , il courut se jetter à ses pieds. Mais. qui pourroit exprimer la douleur dont il fut saisi , lorsqu'au lieu de trouver une Amante disposée à ré. pondre à ses transports, il ne vit qu'une Dame hors de son bon sens. En effet , elle avoit été tant tourmentée par la Duegne , qu'elle en étoit devenue folle. Elle demeura quelque temps rêveuse ; puis s'imaginant tout-à-coup être la belle Angélique , affiégée par les Tartares dans la Forteresse d’Albraque, elle regarda tous les hommes qui étoient dans sa chambre comme autant de Paladins qui venoient à son secours. Elle prit le Chef de la Sainte Confrérie pour Roland , Lizana pour Brandimat, Julio pour Hubert du Lion , & les Archers pour Antifort, Clarion , Adrien, & les deux fils du Marquis Olivier. El

le

[ocr errors]
[ocr errors]

le les reçut avec beaucoup de politesse, & leur dit : Braves Chevaliers , je ne crains plus à l'heure qu'il est l'Empereur Agrican , ni la Reine Marphise. Votre valeur est capable de me défendre contre tous les Guerriers de l'Uni

vers.

[ocr errors]

A ce discours extravagant , l'Officier & les Archers ne purent s'empêcher de rire. Il n'en fut pas de même de Don Kimen. Vivement affligé de voir sa Da. me dans une fi triste situation pour l'a. mour de lui , il pensa perdre à son tour le jugement. Il ne laissa pas toutefois de se flatter qu'elle reprendroit l'usage de sa raison ; & dans cette espérance, ma chere Emerenciana, lui dit-il ten drement , reconnoissez Lizana. Rappellez votre esprit égaré. Apprenez que nos malheurs font finis. Le Ciel ne veut pas que deux coeurs qu'ila joints soient séparés, & le pere inhumain qui nous a li maltraités, ne peut plus nous être contraire,

La réponse que fit à ces paroles la fille du Roi Galafron fut encore un discours adreffé aux vaillans défenleurs d'Albraque , qui pour le coup n'en rirent point. Le Commandant même quoique très-peu pitoyable de son natu

rel,

« AnteriorContinuar »