Imágenes de páginas
PDF
EPUB

Les couplets font galants & délicats, s'écria l'Ecolier. Ils vous semblent tels dit le Démon , parce que vous êtes El

. pagnol. S'ils étoient traduits en François, par exemple , ils ne jetteroient pas un trop beau coton. Les Lecteurs de cette Nation n'en approuveroient pas les expressions figurées , & y trouveroient une bizarrerie d'imagination qui les feroit rire. Chaque Peuple est entêté de son goût & de son génie. Mais laissons-là ces couplets ; continua-t'it, vous allez entendre une autre Musique.

Suivez de l'oeil ces quatre hommes; qui paroissent fubitement dans la rue. Les voici qui viennent fondre sur les Symphonistes. Ceux-ci se font des boucliers de leurs instrumens , lesquels ne pouvart résister à la force des coups , volent en éclats. Voyez arriver à leur fecours deux Cavaliers , dont l'un eft le patron de la Sérénade. Avec quelle furie ils chargent les Aggresseurs ! Mais ces derniers , qui les égalent en adresse & en valeur les reçoivent de bonne grace. Quel feu sort de leurs épées ! Remarquez qu'un défenseur de la fymphonie tombe. C'est celui qui a donné le Concert. Il est mortellement bleffé.

Son

[ocr errors]

Son compagnon , qui s'en apperçoit, prend la fuite; les Aggresseurs, de leur côté, fe fauyent , & tous les Musiciens disparoissent. Il ne reste sur la place, que

l'infortuné Cavalier , dont la mort est le prix de la Sérénade. Considérez en même temps la fille de l'Alcalde. Elle est à la jalousie d'où elle a observé tout ce qui vient de se passer. Cette Dame eft' fi fiere & fi vaine de sa beauté , quoiqu'assez commune , qu'au lieu d'en déplorer les effets funestes, la cruelle s'en applaudit, & s'en croit plus aimable. - Ce n'est pas tout , ajouta-t'il , regar

, dez un autre Cavalier qui s'arrête dans la rue auprès de celui qui est noyé dans fon sang : pour le secourir , s'il est poffible. Mais pendant qu'il s'occupe d'un foin fi charitable , prenez garde qu'il est furpris par la Ronde qui furvient. La voilà qui le mene en prison, où il demeurera long-temps ; & il ne lui en cou

; tera gueres moins que s'il étoit le meurtrier du mort.

Que de malheurs il arrive cette nuit, dit Zambulo ! Çelui-ci , reprit le Diar ble , ne sera pas le dernier. Si vous étiez présentement à la porte du Soleil yous leriez effrayé d'un spectacle qui s'y prépare. Par la négligence d'un Domestique , le feu est dans un Hôtel, où il a déjà réduit en cendres beaucoup de meubles précieux. Mais , quelques riches effets qu'il puisse confumer, Don Pédro de Escolano, à qui appartient cet Hôtel magnifique, n'en regrettera point la perte , s'il peut sauver Séraphine , fa fille unique, qui se trouve en danger

prés fuses de plufieurs personnes, dont les unes crioient au feu, & les autres de mandoient de l'eau. Ils remarquerent

Don Cléofas fouhaita de voir cet incendie, & le Boiteux le transporta dans l'instant même à la porte du Soleil, sur une grande maison qui faisoit face à cel. le où étoit le feu.

de périr.

[ocr errors][ocr errors][merged small]

De l'Incendie ; & de ce que fit Asmodée en cette occasion, paramitié pour Don Cleofas.

I

Ls entendirent d'abord les voix con

pels

6

« AnteriorContinuar »