Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors]

plutôt d'examiner ce qui se présente á notre vûe. Que signifient ces étincelles de feu qui sortent de cette cave ? C'est une des plus folles occupations des hommes , répondit le Diable. Ce Pere sonnage qui dans cette cave , est auprès de ce fourneau embrasé, est un Souffleur. Le feu consume

peu

à

peu son riche patrimoine, & il ne trouvera jamais ce qu'il cherche. Entre nous la Pierre philosophale n'est qu'une belle chimere , que j'ai moi-même forgée pour me jouer de l'esprit humain, qui veut paffer les bornes qui lui ont été prescrites.

Ce Souffleur a pour voisin un bon Apothicaire, qui n'est pas encore couché. Vous le voyez qui travaille dans fa boutique , avec son épouse furannée & son garçon. Scavez-vous ce qu'ils font ? Le mari compole une pillule prolifique, pour un vieil Avocat qui doit se marier demain ; le garçon fait une ptisa. ne laxative ; & la femme pile dans un mortier des drogues aftringentes.

J'apperçois dans la maison qui fait fa. ce à celle de l'Apothicaire , dit Zambulo un homme qui fe leve & s'habille à la hâte. Malepeite , répondit l'Elprit , c'est un Médecin qu'on appelTome I.

B

le

[ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

le pour une affaire bien pressante. On vient le chercher de la part d'un Prélat, qui depuis une heure qu'il est au lit , a touffé deux ou trois fois.

Portez la vûe au-delà sur la droite, & tâchez de découvrir dans un grenier, un homme qui se promene en chemite à la sombre clarté d'une lampe. J'y fuis s'écria l'Ecolier : à telles enseignes, que je ferois l'inventaire des meubles qui sont dans ce galetas. Il n'y a qu'un grabat, un placet , & une table , & les murs me paroissent tout barbouillés de noir. Le personnage qui loge si haut est un Poëte , reprit Áfmodée , & ce qui vous paroît noir , ce sont des vers tragiques de la façon donc il a tapiffé fa chambre , étant obligé, faute de papier , d'écrire ses Poëmes lur le mur.

A le voir s'agiter & se démener comme il fait en se promenant , dit Don Cléofas , je juge qu'il compose quelque ouvrage d'importance. Vous n'avez pas tort d'avoir cette pensée, repliqua le Boiteux : il mit hier la derniere main à une Tragédie intitulée , Le Déluge universel. On ne sçauroit lui reprocher qu'il n'a point observé l'unité de lieu , puisque tou

[ocr errors]

te

li Noé.

EX mik e 2012 ei peut

[ocr errors]

cel

ra te l'action se passe dans l'Arche de

Je vous assure que c'est une Piece ot

excellente ; toutes les Bêtes y parlent comme des Docteurs. Il a deslein de la dédier ; il y a six heures qu'il travaille à l'Epitre Dédicatoire. Il en est à la derniere phrafe , en ce moment. On peut dire que c'est un chef d'oeuvre, que cette Dédicace : toutes les vertus mo. Tales & politiques, toutes les louanges qu'on peut donner à un homme illustre

par ses ancêtres & par lui même, n'y 11

font point épargnées : jamais Auteur

n'a tant prodigué l'encens. À qui préT,

tend il adresser un éloge fi magnifique , reprit l'Ecolier ? Il n'en sçait rien encon re, repartit le Diable; il a laiflé le nom en blanc. Il cherche quelque riche Sei. greut , qui soit plus libéral que ceux à qui il a déjà dédié d'autres Livres. Mais les gens qui payent des Epitres Dédia catoires , font bien rares aujourd'hui. C'eft un défaut dont les Seigneurs se font corrigés ; & par-là , ils ont rendu un grand service au public , qui étoit accablé de pitoyables productions d'efprit, attendu que la plûpart des Livres ne se faitoient autrefois que pour le produit des Dédicaces.

[ocr errors]

d poi

,

der

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

COM

[ocr errors]
[ocr errors]

A propos d'Epitres Dédicatoires ; ajouta le Démon , il faut que je vous rapporte un trait affez fingulier. Une femme de la Cour ayant permis qu'on lui dédiât un ouvrage, en voulut voir la Dédicace avant qu'on l'imprimât ; & ne s'y trouvant pas assez bien louée à son gré, elle prit la peine d'en com. poser une de la façon , & de l'envoyer à l'Auteur , pour la mettre à la tête de fon Quvrage.

Il me semble , s'écria Léandro, que voilà des voleurs qui s'introduisent dans une maison

, par un balcon. Vous ne vous trompez point , dit Asmodée ; ce sont des voleurs de nuit. Ils entrent chez nn Banquier. Suivonsles de l'oeil. Voyons ce qu'ils feront. Ils visitent le comptoir. Ils fouillent par-tout. Mais le Banquier les a préve. nus : il partit hier pour la Hollande, avec tout ce qu'il avoit d'argent dans ses coffres.

Examinons , dit Zambulo, un autre voleur qui monte par une échelle de foie à un balcon. Celui-là n'est pas ce que vous pensez , répondit le Boiteux. C'est un Marquis qui tente l'escalade , pour se couler dans la cham. bre d une fille qui veut ceffer de l'être.

11

[ocr errors][merged small]
[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors]

... pour

Il lui a juré très légerement qu'il l'épousera , & elle n'a pas manqué de se rendre à ses fermens ; car,

dans le commerce de l'amour , les Marquis sont des Négocians qui ont grand crédit sur la place.

Je suis curieux, reprit l'Ecolier , d'ap. prendre ce que fait un certain homme, que je vois en bonnet de nuit & en robe de chambre. Il écrit avec application; & il y a près de lui une petite figure noire , qui lui conduit la main en écrivant. L'homme qui écrit , répondit le Diable , est un Greffier , qui , obliger un Tuteur très-reconnoiffant , altere un Arrêt rendu en faveur d'un Pupille; & la petite figure noire qui lui conduit la main est Griffaël, le Dé. mon des Greffiers. Ce Griffaël , repliqua Don Cleofas, n'occupe donc cet emploi que par interim ; puisque Flagel est

; l'Esprit du Barreau ; les Greffes , ce me semble , doivent être de son département. Non , repartit Asmodée. Les Greffiers ont été jugés dignes d'avoir leur Diable particulier ; & je vous jure qu'il a de l'occupation de reste.

Considérez dans une maison bourgeoise auprès de celle du Greffier, une jeune Dame qui occupe le premier ap

parte

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

B 3

« AnteriorContinuar »