Imágenes de páginas
PDF
EPUB

ya caché.

partement. C'est une Veuve, & l'hom. me que vous voyez avec elle est fon oncle, qui loge au second étage. Admirez la pudeur de cette Veuve: elle ne veut pas prendre sa chemise devant son oncle', elle passe dans un cabinet , pour se la faire mettre par un Galant qu'elle

Il demeure chez le Greffier un gros Bachelier boiteux, de ses parens , qui n'a pas son pareil au monde pour plaisanter. Volumnius, fi vanté par Ciceron pour les traits piquans & pleins de sel , n'étoit pas fi fin railleur. Ce Bachelier, nommé par excellence dans Madrid le Bachelier Donoso, eft recherché de toutes les personnes de la Cour & de la Ville qui donnent à manger. C'est à qui l'aura. Il a un talent tout particulier pour réjouir les Convives. Il fait les délices d'une table. Aufli va-t'il tous les jours dîner dans quelque bonne maison, d'où il ne revient qu'à deux heures après-minuit. Il est aujourd'hui chez le Marquis d'Alcanizas où il n'est allé que par hazard. Comment par hazard , interrompit Léandro ? Je vais m'expliquer plus clairement , repartit le Diable. Il y avoit ce matin sur le midi , à la porte du Bachelier , cinq

QLI

[ocr errors][merged small]

>

ou fix carosses , qui venoient le chere cher de la part de différens Seigneurs. Il a fait monter leurs Pages dans son appartement , & leur'a dit, en prenant un jeu de cartes : Mes amis , comme je ne puis contenter tous vos Maîtres à la fois , & que je n'en veux point préférer un aux autres, çes cartes en vont décider. J'irai dîner chez le Roi de trefle.

Quel dessein, dit Don Cléofas, peut avoir, de l'autre côté de la rue, certain Cavalier qui se tient assis sur le feuil d'une porte ? Attend-il qu'une Soubrette vienne l'introduire dans la maison. Non

répondit Asmodée. C'est un jeune Castillan qui file l'amour parfait. Il veut par pure galanterie, à l'exemple des Amans de l'Antiquité passer la nuit à la porte de fa Maîtresfe. Il racle de temps en temps une guitarre, en chantant des Romances de fa composition ; mais son Infante , couchée au second étage, pleure, en l'écoutant, l'absence de fon Rival.

Venons à ce bâtiment neuf , qui contient deux corps de logis séparés. L'un est occupé par le propriétaire, qui est ce vieux Cavalier , qui tantôt se promene dans son appartement , & tan

B 4 tôt

non

[ocr errors][ocr errors]

;

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

fôt se laille tomber dans un fauteuil. Je juge , dit Zambulo , qu'il roule dans sa têre quelque grand projet. Qui est cet homme-là? Si l'on s'en rapporte à la richesse qui brille dans sa maison , ce doit être un Grand de la premiere Clafse. Ce n'est pourtant qu'un Cantador, répondit le Démon. il a vieilli dans des emplois très-lucratifs. Il a quatre millions de bien. Comme il n'est pas fans inquiétude sur les moyens dont il s'est fervi pour les amafler, & qu'il se voit sur le point d'aller rendre ses comp. tes dans l'autre monde, il est devenu scrupuleux. 11 songe à bâtir un Monas. tere. Il le flatte , qu'après une fi bonne oeuvre, il aura la conscience en repos. Il a déjà obtenu la permission de fonder un Couvent ; mais il n'y veut mettre que des Religieux qui foient tout en. semble chaftes , fobres , & d'une extrême humilité. Il est fort embarrassé sur le choix.

Le second corps de logis est habité par une belle Dame qui vient de se bai. gner dans du lait , & de fe mettre au lit toute à l'heure. Cette voluptueuse personne est veuve d'un Chevalier de S. Jacques , qui ne lui a laissé pour tout bien , qu'un beau nom. Mais heureu

sement,

[merged small][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]

sement , elle a pour amis deux Comseillers du Conseil de Castille, qui font à frais communs la dépense de la maison.

Oh ! oh ! s'écria l'Ecolier , j'entends retentir l'air de cris & de lamentations. Viendroit-il d'arriver quelque malheur ? Voici ce que c'est , dit l'Esprit : Deux jeunes Cavaliers jouoient ensemble aux cartes, dans ce Tripot où vous voyez tant de lampes & de chandelles allumées. Ils se font échauffés sur un coup ; ont mis l'épée à la main , & se font blessés tous deux mortellement. Le plus âgé est marié, & le plus jeune est fils unique. Ils vont rendre l'ame. La femme de l'un , & le

pere

de l'autre, avertis de ce fun'efte accident, viennent d'arriver. Ils rempliffent de cris tout le voisinage. Malheureux enfant, dit le

pere en apostrophant son fils qui ne sçauroit l'entendre combien de fois t'ai-je exhorté à renoncer au jeu ? Combien de fois t'ai-je prédit qu'il. te coûteroit la vie ? Je déclare que ce n'est pas ma faute si tu peris misérablement. De son côté, la femme fe defefpere. Quoique son époux ait perdu au jeu tout ce qu'elle lui a apporté en mariage , quoiqu'il ait vendu toutes les pier

[ocr errors][ocr errors]

B.5.

reries

1

[ocr errors]

reries qu'elle avoit & jusqu'à ses han bits, elle est inconsolable de la perte. Elle maudit les cartes qui en sont la cause : elle maudit celui qui les a inventées ; elle maudit le Tripot, & tous ceux qui l'habitent.

Je plains fort les gens que la fureur du Jeu poffede , dit Don Cléofas : ils ont souvent l'esprit dans une terrible Situation. Graces au Ciel, je ne suis point entiché de ce vice-là. Vous en avez un autre qui le vaut bien , reprit le Démon. Est-il plus raisonnable, à votre avis, d'aimer les Courtisanes Et n'avez-vous pas ce soir couru risque d'être tué par des Spadassins ? l'admire Mellieurs les hommes ! Leurs propres défauts leur paroissent des minuties, au lieu qu'ils regardent ceux d'autrui avec un microscope.

*Il faut encore , ajoûta-t'il , que je vous présente des images tristes. Voyez dans une Maison à deux pas du Tria pot ce gros homme étendu sur un : lit. C'est un malheureux Chanoine qui vient de tomber en apoplexie. Son valet & la petite niece, bien loin de lui: donner du lecours, le laissent mourir & fé saisissent de fes meilleurs effets qu'ils vont porter chez des Receleurs

après

« AnteriorContinuar »