Imágenes de páginas
PDF
EPUB

>

[ocr errors]

lorsque Don Cléofas Léandro Pérez Zambulo , Ecolier d'Alcala , fortit brus. quement par une lucarne d'une maison où le fils indiscret de la Déesse de Cithere l'avoit fait entrer. Il tâchoit de conserver sa vie & son honneur

2

en s'efforçant d'échapper à trois ou à quatre Spadaflins qui le suivoient de près pour le tuer , ou pour lui faire épouser par force une Dame avec laquelle ils venoient de le surprendre.

Quoique seul contr'eux, il s'étoit défendu vaillamment , & il n'avoit pris la fuite, que parce qu'ils lui avoient enlevé son épée dans le combat. Ils le poursui. virent quelque temps sur les toits ; mais il trompa leur poursuite à la faveur de l'obícurité. Il marcha vers une lumiere qu'il apperçut de loin, & qui, toute foible qu'elle étoit , lui servit de fanal dans une conjoncture si périlleuse. Après avoir plus d'une fois couru risque de se rompre le cou ; il arriva près d'un grenier d'où sortoient les rayons de cette lumiere, & il entra dedans par la fenêtre, aufli transporté de joie qu'un Pilote qui voit heureusement surgir au port lon vaisseau menacé de naufrage.

Il regarda d'abord de toutes parts, & fort étonné de ne trouver personne dans

ce

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors][merged small][ocr errors][merged small][ocr errors]

ce galetas , qui lui parut un appartement assez singulier , il se mit à le considérer avec beaucoup d'attention. Il vit une lampe de cuivre attachée au plafond , des livres & des papiers en confusion sur une table , des phioles & des quadrans de l'autre : ce qui lui fit juger qu'il de. meuroit au-dessus quelque Afrologue , qui venoit faire les observations dans ce réduit.

Il rêvoit au péril que son bonheur lui avoit fait éviter , & délibéroit en luimême s'il demeureroit-ià jusqu'au len demain, ou s'il prendroit un autre par. ti , quand il entendit pousser un long soupir auprès de lui. Il s'imagina d'abord que c'étoit quelque fantôme de son espric agité, une illusion de la nuit ; c'est pour quoi, fans s'y arrêter, il continua toutes ses réflexions.

Mais ayant oui foupirer pour la fe* conde fois, il ne douta plus que ce ne fût une chose réelle ; & bien qu'il ne vît personne dans la chambre, il ne laissa pas de s'écrier : Qui diable soupire ici ? C'est moi, Seigneur Ecolier , lui répondit aussi. tôt une voix qui avoit quelque chose d'extraordinaire. Je suis depuis six mois, dans une de ces prioa les bouchées. Il loge en cette maison

A 2

[ocr errors]

ans

[merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][ocr errors]
[ocr errors]

un sçavant Aftrologue , qui eft Magicien. C'est lui qui par le pouvoir de son Art, me tient enfermé dans cette étroite prison. Vous êtes donc un esprit , dit Don Cleofas un peu troublé de la nouveauté de l'avanture. Je suis un Démon repartit la voix. Vous venez ici fort à

propos pour me tirer d'esclavage. Je languis dans l'oisiveté ; car je luis le Diable de l'Enfer le plus vif & le plus laborieux.'

Ces paroles cauferent quelque frayeur au Seigneur Zambulo ; mais comme il étoit naturellement courageux

il se Taffura & dit d'un ton ferme à l'Efprit : Seigneur Diable , apprenez-moi, s'il vous plaît , quel rang vous tenez parmi vos Confreres : si vous êtes un Dé. mon noble ou roturier. Je suis un Diable d'importance , répondit la voix, & celui de tous qui a le plus de réputation dans l'un & l'autre Monde. Seriez-vous par hazard, repliqua Don Cléofas, le Démon qu'on appelle Lucifer ? Non, repartit l'Esprit : C'est le Diable des Charlatans. Etes-vous Uriel , reprit l'Ecolier? Fi donc , interrompit brusquement la voix ; c'est le Patron des Marchands, des Tailleurs, des Bouchers , des Boulangers, & des autres voleurs du Tiers-Etat.

Vous

[ocr errors]
[ocr errors]

و

[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

و

Vous êtes peut-être Belzébut dit
Léandro. Vous mocquez-vous ,

rée pondit l’Esprit ? c'est le Dénion des Duegnes & des Ecuyers. Cela m'ém tonne , dit Zambulo ; je croyois Belzébut un des plus grands personnages de votre Compagnie. C'est un de les moindres Sujets , repartit le Démon. Vous n'avez pas des idées justes de notre Enfer.

Il faut donc reprit Cleofas que vous soyez Léviathan , Belphégor, on Astarot. Oh ! pour ces trois-là dit la voix ce sont des Diables del premier ordre. Ce sont des Esprits de Cour. Ils entrent dans les Conseils des Princes, animent les Ministres, forment: les ligues , excitent les foulevemens : dans les Etats, & allument les flambeaux de la guerre. Ce ne sont pas-là des maroufles, comme les premiers que vous avez nommés. Eh ! ditesmoi, je vous prie , repliqua l'Ecolier quelles sont les fonctions de Flagel Il est l'ame de la Chicane , & l'Esprit

& du Barreau , repartit le Démon. C'est lui qui a composé le Protocolle des Huisliers & des Notaires. Il inspire les Plaideurs, possede les Avocats , & obsede les Juges.

A3

Pour

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

Pour moi j'ai d'autres occupations : je fais des mariages ridicules ; j'unis des Barbons avec des Mineures, des Maî. tres avec leurs Servantes, & des Filles mal dotées avec de tendres Amans qui n'ont point de fortune. C'est moi qui ai introduit dans le monde le luxe , la débauche, les jeux de hazard & la Chimie. Je suis l'inventeur des Carousels, de la Danse, de la Musique, de la Comédie & de toutes les modes nou. velles de France. En un mot, je m'appelle Asmodée , furnommé le Diable Boiteux.

Hé quoi ! s'écria Don Cléofas, vous feriez ce fameux Asmodée , dont il est fait une fi glorieuse mention dans Agrippa & dans la Clavicule de Salomon? Ah ! vraiment , vous ne m'avez pas dit tous vos amusemens. Vous avez oublié le meilleur. Je sçai que vous vous divertissez quelquefois à soulager les Amans malheureux. A telles enfeignes que l'année passée, un Bachelier de mes amis obtint par votre secours , dans la Ville d'Alcala les bonnes graces de la femme d'un Docteur de l'Université, Cela est vrai , dit l'Esprit. Je vous gardois celui-là pour le dernier. Je suis le Démon de la Luxure , ou pour para

ler

« AnteriorContinuar »