Imágenes de páginas
PDF
EPUB

donna mille louanges au brave Cavalier qui avoit fait un li beau coup. Quand la témérité eft heureuse, elle ne trouve plus de censeurs, & ce prodige parut à la Nation , un effet très-naturel du cou, rage Espagnol.

Comme la Dame étoit encore éva. nouie, son pere n'osa se livrer à la joie. Il craignoit , qu'après avoir été li heureusement délivrée du feu, elle ne mourût à ses yeux, de l'impression terrible qu'avoit dû faire en son cerveau le péril qu'elle avoit couru. Mais il fut bientôt rassuré. Elle revint de fon évanouifsement les soins qu'on prit de le disliper ; elle envisagea le Vieillard, & lui dit d’un ait tendre : Seigneur , je serois plus affligée que réjouie , de voir mes jours conservés, a les vôtres ne l'étoient pas. Ah ! ma fille , lui répon- , dit-il en l'embrassant, puisque je ne vous ai pas perdue , je suis consolé de tout le reite. Remercions , poursuit - il en lui présentant le faux Don Cleofas, remercions tous deux ce jeune Cavalier. C'est votre libérateur. C'est à lui que vous devez la vie. Nous ne pouvons lui té. moigner assez de reconnoissance, & la somme que j'ai promise , ne sçauroit nous acquitter envers lui.

Le

, par

[ocr errors]

Le Diable prit alors la parole , & dit à Don Pedre d'un air poli : Seigneur , la récompense que vous avez proposée, n'a eu aucune part au service que j'ai eu le bonheur de vous rendre. Je suis noble & Castillan : le plaisir d'avoir efsuyé vos larmes , & arraché aux flammes l'objet charmant qu'elles alloient consumer , est un salaire qui me fuffit.

Le désintéressement & la générosité du Libérateur firent concevoir pour lui une estime infinie au Seigneur de Escolano, qui le pria de le venir voir , & lui demanda son amitié , en lui offrant la fienne. Après bien des complimens de

part & d'autre , le pere & la fille se retirerent dans un corps de logis qui étoit au bout du Jardin. Ensuite le Déa mon rejoignit l'Ecolier, qui le voyant revenir sous sa premiere forme , lui dit : Seigneur Diable , mes yeux m'auroientils trompé ? N'étiez-vous point tout de l'heure fous ma figure ? Pardonnez-moi, répondit le Boiteux ; & je vais vous apprendre le motif de cette métamorphose. J'ai formé un grand dessein : Je prétens vous faire épouser Séraphine. Je lui ai déjà inspiré, fous vos traits , une passion violente pour votre Seigneurie. Don Pedre est aussi très-satisfait de vous,

parce

[ocr errors]
[ocr errors]

parce que je lui ai dit fort poliment, qu'en délivrant sa fille , je n'avois eu en vue que de leur faire plaisir à l'un & à l'autre , & que l'honneur d'avoir heu- . reusement mis à fin une fi périlleuse avanture, étoit une affeż belle récom pense pour un Gentilhomme Espagnol. Le bon homme a l'ame noble; il ne vou. dra pas

demeurer en reste de générosité; & je vous dirai , qu'en ce moment is délibere en lui-même, s'il vous fera son gendre , pour mesurer la reconnoiffance au service qu'il s'imagine que vous lui avez rendu.

En attendant qu'il s'y détermine, ajouta le Boiteux , gagnons un endroit plus favorable que celui.ci

celui.ci , pour continuer nos observations. A ces mots il emporta l'Ecolier sur une haute Eglise remplie de Mausolées.

[ocr errors]

Fin du premier Tome.

TA

DES CHAPITRES

DU PREMIER TOME.

[ocr errors]

Chap. I.

Uel Diable c'est que le

Diablé Boiteux. &

par quel hazard Don Cléofas Léan-

dro Pérez Žambulo fit connoissance

avec lui.

page 1

Chap. II. Suite de la délivrance d'Asmo-
dée.

13

Chap. III. Dans quel endroit le Diable

Boiteux transporta l'Ecolier , & des

premieres choses qu'il lui fit voir. 18

Chap. IV. Histoire des Amours du Comte

de Belflor, & de Léonor

de Cespedes. 38

Chap. V. Suite & conclusion des Amours
du Comte de Belflor.

77
Chap. VI. Des nouvelles choses que vit
Don Cleofas ; & de quelle maniere il

i

fut vengé de Dona Thomofa. 108

Chap. VII. Des Prisonniers. 119

Chap. VIII. Asmodée montre à Don Cléo-

fas plusieurs personnes , & lui révele les
actions qu'elles ont faites dans la jour-
née.

151

.

« AnteriorContinuar »