De l'art de la comédie, nouv. éd: Ouvrage dédié a monsieur, Volumen2

Portada
P.-D. Pierres, et se vend chez la veuve Ducheane, 1786

Dentro del libro

Comentarios de la gente - Escribir un comentario

No encontramos ningún comentario en los lugares habituales.

Páginas seleccionadas

Otras ediciones - Ver todas

Términos y frases comunes

Pasajes populares

Página 135 - Non, non, vous vous laissez tromper à l'apparence, Et je ne suis rien moins, hélas! que ce qu'on pense. Tout le monde me prend pour un homme de bien ; Mais la vérité pure est que je ne vaux rien.
Página 148 - ... n'est-il point ici? qui est-ce ? arrête. (A lui-même, se prenant par le bras.) Rends-moi mon argent, coquin... Ah! c'est moi! mon esprit est troublé, et j'ignore où je suis, qui je suis, et ce que je fais. Hélas! mon pauvre argent! mon pauvre argent ! mon cher ami ! on m'a privé de toi; et, puisque tu m'es enlevé, j'ai perdu mon support, ma consolation, ma joie : tout est fini pour moi, et je n'ai plus que faire au monde.
Página 57 - Leur sexe aime à jouir d'un peu de liberté ; On le retient fort mal par tant d'austérité; Et les soins défiants, les verrous et les grilles Ne font pas la vertu des femmes ni des filles : C'est l'honneur qui les doit tenir dans le devoir, Non la sévérité que nous leur faisons voir.
Página 171 - C'eft par-là que Molière illuftrant fes écrits , Peut-être de fon art eût remporté le prix , Si moins ami du peuple en fes doctes peintures . Il n'eût point fait fouvent grimacer fes figures , Quitté pour le bouffon l'agréable & le fin , Et fans honte à Térence allié Tabarin. Dans ce fac ridicule où Scapin s'envelope , Je ne reconnais plus l'auteur du Mifantropc.
Página 136 - On ne saurait aller nulle part où l'on ne vous entende accommoder de toutes pièces. Vous êtes la fable et la risée de tout le monde ; et jamais on ne parle de vous que sous les noms d'avare, de ladre, de vilain et de fesse-mathieu.
Página 126 - L'amour pour l'ordinaire est peu fait à ces lois, Et l'on voit les amants vanter toujours leur choix: Jamais leur passion n'y voit rien de blâmable, Et dans l'objet aimé tout leur devient aimable; Ils comptent les défauts pour des perfections, Et savent y donner de favorables noms.
Página 133 - Pensez-vous, continuait-il, parce que vous me voyez vêtu en homme de bien, que je n'aie pas été toute ma vie un larron, le scandale des autres et la perdition de moi-même? Vous êtes trompés, mes frères, faites-moi le but de vos injures et de vos pierres et tirez sur moi vos épées.
Página 127 - L'orgueilleufe a le cœur digne d'une couronne ; La fourbe a de l'efprit ; la fotte eft toute bonne ; La trop grande parleufe eft d'agréable humeur ; Et la muette garde une honnête pudeur. C'eft ainfi qu'un amant, dont l'amour eft extrême, Aime jufqu'aux défauts des perfonnes qu'il aime.
Página 96 - Je dirai que l'amour sied bien à vos pareils ; Que ce tribut qu'on rend aux traits d'un beau visage De la beauté d'une âme est un clair témoignage , Et qu'il est malaisé que , sans être amoureux , Un jeune prince soit et grand et généreux.
Página 73 - Laure fit un long éclat de rire, & enfuite deux ou trois de pareille étendue, à quoi la vieille ne comprenoit rien. Enfin, quand la grande envie qu'elle avoit de rire...

Información bibliográfica