Imágenes de páginas
PDF
EPUB

pauper tandem fuit: habuit enim ædiculas in carinis & fundum in Labicano. Nos igitur ditiores sumus , qui plura habemus ? Utinam quidem eslemus. Sed non æstima-tione censûs , verùm victu , atque cultu terminatur pecuniæ modus.

Non esse cupidum , pecunia est: non esse emacem. ,, vectigal eft.. Contentum verò suis rebus esse, maximæ funt certissimæque divitiæ. Etenim si isti callidi rerum æftimatores prata, & areas quasdam magno æstimant , quod ei generi poflessionum minimè quasi noceri poteft ; quanti elt æstimanda. : virtus , quæ nec eripi , nec surripi poteft unquam , neque naufragio neque incendio amittitur, nec tempestatum , nec temporum permutatione mutatur?

Quâ præditi qui funt, foli sunt divites. Šoli enim poflident res & fructuofas , & fempiternas : folique

plus que lui, en sommes-nous plus opulens? plût au Ciel ! mais ce neft point par les revenus qu'il faut juger des richesses d'un homme, ce n'est que par la dépenfe qu'il fait

pour

fa table & pour les meubles.

Ne rien fouhaiter, c'est avoir de l'or & de l'argent; n'être point du caractere de certaines gens qui veulent acheter toutes les nouveautés qui paroillent, c'est avoir des revenus afsurés; être content du bien que l'on a , c'est poffeder les plus grands trésors. Si ceux qui fe piquent de se connoître en tout , prétendent qu'en fait de biens, il n'y a rien de comparable aux prairies & aux terres, parce qu'elles ne sont exposées à aucun inconvenient , quel cas ne devons-nous pas faire de la vertu , elle qu'il est impoffible de nous enlever ou de nous arracher, & qui cft à couvert des naufrages, des incendies, des tempêtes & de toutes les injures des tems. Concluons donc qu'il n'y a que les

(quod est proprium divitiarum contenti sunt rebus suis. Satis efle putant quod est: nihil appetunt : nullâ re egent : nihil fibi deesse fentiunt: nihil requirunt. Improbi autem, & avari, quoniam incertas, atque in casu positas posseffiones habent, & plus semper appetunt , nec eorum quisquam adhuc inventus est, cui, quod haberet, eller facis ; non modò non copiofi ac divites, fed etiam inopes. ac pauperes existimandi funt.

FINIS.

[ocr errors]

fages qui soient veritablement riches.
En effet, il n'y a qu'eux qui poflc-
dent des biens folides & durables, il
n'y a qu'eux qui joüiflent de cette
fatisfaction interieure qui est insepa-
rable des vrais richesses , il n'y a
qu'euxqui ne souhaitent rien,quin'am-
bitionent rien, qui ne manquent de
rien , & qui en soient pleinement con-
vaincus ; enfin il n'y a qu'eux qui sça-
chent se contenter de ce qu'ils ont ,&
mettre des bornes à leurs desirs : iln'en
eft
pas

de même des mechans & des avares; comme leurs biens sont fujets à l'instabilité & aux revers de la fortune, plus ils en ont, plus ils en veulent avoir; on n'en a jamais vû un seul qui ait crû en avoir assez: ainsi au lieu de les regarder comme des gens riches , on doit les mettre au nombre des pauvres & des indigens,

FIN

Jöttstugternet
TABLE DES MATIERES
Contenuës dans ces trois Ouvrages
& dans les Notes.

[ocr errors]

211

D.

A.
A Frique, Theatre de l'a

ceron)

Guerre entre les Ro-

mains , Note , Page 7.

Années

Climacteriques

tales,

n. P. 21

Afie Mineure,

n. p. 77

Appius Claudius, 1. p.

108 109

Avidité de l'Homme in-

fatiable, P. 1.896

Avis de Ciceron à son Fre-

re Quintus , n. p.

Amour dre Senat pour ci-

n. p. 253

Alassinat de Romulus,

n. p. 54

B.

B

Ataille de Pharsale,

n. p. 173

Biens de la fortune pe-

rißables, 11. p. 215

Belles qualités de Quin-

P. 89

C.

C Arthage

Ville fameuse

d'Afrique , n. p. is

Comparaison du Ciel avec

un grand Temple, a.

P. 261

Cafaraétes du Nil, n.p.44.

Conseil de

ceron à Quin-

n. p. 97

Caffius > Cheripe e La-

ifference entre les E-

toiles Goles Planetes y

n. p. 36. 37.

Dialogues de Ciceron qui

ne sont parvenus jusqu'à

n. P.4

Description de l'Asie Mic

A. p. 87

Définition des Lieux com-

n. p. 178

Ne désirer ni or, ni arger.t,

c'est étre riche, P. 307

E.

E

'Nnius Poëte Latin ,

n. p. 9

Egipte , Royaume d' A

n. p. 16

Edilés da quels étoi enr

nous,

tus,

neure )

muns,

tus)

fr que ,

« AnteriorContinuar »