Imágenes de páginas
PDF
EPUB

C'eft affez qu'il époufe Leonor Ce mariage fuffit pour rétablir l'honneur de notre famille. Hé quoi! mon fils, répondit le vieillard,auriez-vous de la répugnance à vous marier avec la foeur du Comte? Oui, mon pere, repartit Don Pedre; cette union, je vous l'avouë, feroit un cruel fupplice pour moi, & je ne vous en cacherai point la cause. J'aime, ou pour mieux dire,j'adore depuis fix mois, une Dame charmante. J'en fuis écouté, Elle feule peut faire le bonheur de ma vie.

Que la condition d'un pere eft malheureuse, dit alors Don Luis! il ne trouve prefque jamais fes enfans difpofés à faire ce qu'il desire. Mais quelle eft donc cette perfonne qui a fait fur vous une li forte impreffion? Je ne le fçai point encore, lui répondit Don Pedre. Elle a promis de me l'apprendre, lorfqu'elle fera fatisfaite de ma confTome I. N

tance & de ma difcretion. Mais je ne doute pas que fa maifon ne foit une des plus illuftres d'Ef pagne.

,

Et vous croyez,repliqua le vieillard, en changeant de ton, que j'aurai la complaifance d'approuver votre amour romanefque? Je fouffrirai que vous renonciez au plus glorieux établissement que la fortune puiffe vous offrir pour vous conferver fidéle à un objet dont vous ne fçavez pas feulement le nom? N'attendez point cela de ma bonté. Etouffez plutôt les fentimens que vous avez pour une perfonne qui eft peut-être indigne de vous les avoir infpirés, & ne fongez qu'à meriter l'honneur que le Comte veut vous faire. Tous ces difcours font inutiles, mon pere, repartit l'écolier, je fens que je ne pourrai jamais oublier mon inconnuë: rien ne fera capable de me détacher d'ele

le. Quand on me propoferoit une Infante..... Arrêtez, s'écria brufquement Don Luis, c'eft trop infolemment vanter une conftance qui excite ma colére. Sortez, & ne vous préfentez plus devant moi, que vous ne foyez prêt à m'obéïr.

Don Pedre n'ofa repliquer à ces paroles, de peur de s'en attirer de plus dures. Il fe retira dans une chambre où il paffa le refte de la nuit à faire des reflexions autant triftes qu'agréables. Il penfoit avec douleur qu'il alloit fe brouiller avec toute fa famille en refufant d'époufer la fœur du Comte. Mais il en étoit tout confolé, lorsqu'il venoit à fe représenter que fon inconnue lui tiendroit compte d'un fi grand facrifice. Il fe flattoit même qu'après une fi belle preuve de fidelité, elle ne manqueroit pas de lui découvrir fa condition qu'il s'imaginoit éga

le pour le moins à celle d'Euge

nie.

Dans cette espérance, il fortit dès qu'il fut jour, & alla se promener au Prado, en attendant l'heure de fe rendre au logis de Dona Juana, c'eft le nom de la Dame chez qui il avoit coûtume d'entretenir tous les matins fa maîtreffe. Il attendit ce moment avec beaucoup d'impatience, & quand il fut venu, il courut au rendez

vous.

Il y trouva l'inconnuë qui s'y étoit renduë de meilleure heure qu'à l'ordinaire; mais il la trouva qui fondoit en pleurs avec Dona Juana,& qui paroiffoit agitée d'une vive douleur. Quel fpectacle pour un amant! Il s'approcha d'elle tout troublé, & fe jettant à fes genoux: Madame, lui dit-il, que dois-je penfer de l'état où je vous vois? Quel malheur m'annoncent ces larmes qui me percent le cœur?

Vous ne vous attendez pas, lui répondit-elle, au coup fatal que j'ai à vous porter. La fortune cruelle va nous féparer pour jamais. Nous ne vous verrons plus.

Elle accompagna ces paroles de tant de foupirs, que je ne fçai fi Don Pedre fut plus touché des chofes qu'elle difoit, que de l'afAliction dont elle paroiffoit faifie en les difant. Jufte Ciel, s'écria-t'il avec un tranfport de fureur dont il ne fut pas maître, peux-tu fouf frir que l'on détruife une union dont tu connois l'innocence!Mais, Madame, ajouta-t'il, vous avez pris peut-être de fauffes alarmes. Eft-il certain qu'on vous arrache au plus fidéle ainant qui fût jamais? Suis-je en effet le plus malheureux de tous les hommes? No

tre infortune n'est que trop affü rée, répondit l'inconnuë; mon frere, de qui ma main dépend, me marie aujourd'hui. Il vient de me

« AnteriorContinuar »