Imágenes de páginas
PDF
EPUB

braffa les genoux. Ensuite il lui pris une de ses mains qu'il baisa avec tous les transports que peut sentir un Amant, qui passe subitement d'une extrême douleur à un excès de joye. Pendant qu'il s'abandonnoit aux mouvemens de fon amour, Eugenie de son côté lui faisoit mille caresses, qu'elle accompagnoit de mille paroles tendres & flatteuses: Que mon frere , disoit-elle , m'eût épargné de peines, s'il m'eût nommé l'époux qu'il me deftine! Que j'avois déja conçû d'averston

pour cet époux ! Ah! mon cher Don Pedre , que je vous ai haï! Belle Eugenie , répondoit-il, que cette haine a de

moi! Je veux la mériter en vous adorant toute ma vie.

Après que ces deux amans se furent donnés toutes les marques les plus touchantes d'une tendrelfe mutuelle , Eugenie youlut sça

charme pour

voir comment l'écolier avoit pů gagner l'amitié de son frere. Don Pedre ne lui cacha point les amours du Comte & de sa four, & lui raconta tout ce qui s'étoie passé la nuit derniere. Ce fut

pour elleun surcroît de plaisir d'apprendre que

part au fort de

son frere devoit épouser la fæur de son amant. Dona Juana prenoit trop

de fon amie, pour n'être pas sensible à cet heureux événement. Elle lui en témoigna sa joie aussi bien qu'à Don Pedre, qui se fépara enfin d'Eugenie , après être convenu avec elle , qu'ils ne feroient pas femblant tous deux de se connoî-. tre quand ils se verroient devant le Comte.

Don Pedre s'en retourna chez fon

pere, qui le trouvant disposé à lui obéïr, en fur d'autant plus réjoui , qu'il attribua son obéiffance à la maniere ferme dont il lui avoit parlé la nuit. Ils attens

doient des nouvelles de Belfior lorsqu'ils reçurent un billet de la part. Il leur mandoit , qu'il venoit d'obtenir l'agrément du Roi pour fon mariage & pour celui de fa fæur, avec une Charge considetable pour Don Pedre: Que dès le lendemain ces deux mariages

se pourroient faire, ġ parce que

les ordres qu'il avoit donnés pour cela s'exécutoient avec tant de diligence que les préparatifs étoient déja fort avancés. Il vint l'après- dînée confirmer ce qu'il leur avoir écrit, & leur présenter Eugenie.

Don Luis fit à cette Dame toutes les caresses imaginables , & Léonor ne fe lassoit point de l'embrasser. Pour Don Pedre, de quelques mouvemens d'amour & de joye qu'il fût agité, il se contraignit assez pour ne pas donner au Comtele moindre soupçon de leur intelligence.

Comme Belflor s'attachoit particulierement à observer sa fæur, il crut remarquer, malgré la contrainte qu'elle s'imposoit , que Don Pedre ne lui déplaisoit pas. Pour en être plus assuré, il la prit un moment en particulier , & lui fit avouer qu'elle trouvoit le Cavalier fort à fon gré. Il lui appric ensuite son nom & sa naissance, ce qu'il n'avoit pas voulu lui dire auparavant, de peur que l'inégalité des conditions ne la prévînt contre lui , & ce qu'elle feignir d'entendre, comme fi elle l'eût ignoré.

Enfin, après beaucoup de comin plimens de part & d'autre, il fur résolu que les noces fe feroient chez Don Luis. Elles ont éte fais tes ce soir & ne font point encore achevées ; voilà pourquoi l'on se réjouit dans cette maison. Tout le monde s'y livre à la joye. La seus le Dame Marcelle n'a point de part à ces réjouissances. Elle pleure en ce moment , tandis

que

les autres rient; car le Comte de Belfor, après son mariage , a tout avoué à Don Luis, qui a fait enfermer cette Duégne en Monasterio de las Arrepentidas , où les mille pistoles qu'elle a reçûës pour féduire Léonor, serviront à lui eri faire faire pénitence le reste de ses jours.

CHAPITRE V I.

Des nouvelles choses que vit Don
Cléofas & de quelle maniere il fut

vengé de Dona Thomafa.

T

[ocr errors]

Ournons-nous d'un autre cÔs

té, poursuivir Asmodée. Parcourons de nouveaux objets. Laisfez tomber vos regards sur l'Hôtel qui est directement au-dessous de nous ; vous y verrez une chose

« AnteriorContinuar »