Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors]

Vous déplorez le fort des malheureux que la Juftice y retient. Cependant ils ne font pas tous également à plaindre. C'est ce que nous allons examiner.

Premierement, il y a dans cette grande chambre à droite, quatre hommes couchés dans ces deux mauvais lits; l'un eft un cabaretier, accufé d'avoir empoifonné un Etranger qui creva l'autre jour dans fa taverne. On prétend que la qualité du vin a fait mourir le défunt; l'hôte foûtient, que c'eft la quantité. Et il fera crû en Justice; car l'Etranger étoit Allemand. Eh! qui a raifon du cabaretier ou de fes accufateurs, dit Don Cléofas? La chofe eft problematique, répondit le Diable. Il est bien vrai que le vin étoit frelaté; mais, ma foi, le Seigneur Allemand en a tant bû, que les Juges peuvent en confcience remettre en liberté le cabaretier.

Le fecond prifonnier, eft un affaffin de profession, un de ces fcelerats qu'on appelle Valientes, & qui pour quatre ou cinq pistoles prêtent obligeamment leur miniftere à tous ceux qui veulent faire cette dépenfe pour se débarrasser de quelqu'un fecretement. Le troifiéme, un Maître à danser qui s'habille comme un petit-maître & qui a fait faire un mauvais pas une de fes écolieres. Et le quatriéme, un galant qui a été furpris la femaine paffée par la Ronda, dans le temps qu'il montoit par un balcon à l'appartement d'une femme qu'il connoît & dont le mari eft absent. Il ne tient qu'à lui de se tirer d'affaire, en déclarant fon commerce amoureux; mais il aime mieux paffer pour un voleur, & s'expofer à perdre la vie, que de commettre l'honneur de fa Dame.

Voilà un amant bien difcret, dit

ང་

[ocr errors]

Pécolier! Il faut avouer que notre Nation l'emporte fur les autres en fait de galanterie. Je vais parier qu'un François, par exemple, ne feroit pas capable,comme nous, de fe laiffer pendre par difcretion. Non, je vous affure, dit le Diable, il monteroit plutôt exprès à un balcon pour deshonorer une femme qui auroit des bontés pour lui.

Dans un cabinet auprès de ces quatre hornmes, pourfuivit-il, eft une fameufe Sorciere, qui a la réputation de fçavoir faire des chofes impoffibles. Par le pouvoir de fon art, de vieilles Douairieres trouvent, dit-on, de jeunes gens qui les aiment but à but, les maris deviennent fidéles à leurs femmes, & les coquettes véritablement amoureufes des riches Cavaliers qui s'attachent à elles. Mais il n'y a rien de plus faux que tout cela. Elle ne poffede

point d'autre fecret que celui de perfuader qu'elle en a, & de vivre commodément de cette opinion. Le Saint Office reclame cet te créature-là, qui pourra bien être brûlée au premier Acte de Foi.

Au-deffous du cabinet, il y a un cachot noir, qui fert de gîte à un jeune cabaretier. Encore un hôte de taverne, s'écria Léandro! Ces fortes de gens-là veulent-ils donc empoisonner tout le monde? Celui-ci, reprit Asmodée, n'est pas dans le même cas. On arrêta, ce miferable, avant-hier, & l'Inquifition le reclame auffi. Je vais en peu de mots vous dire le fujet de fa détention.

Un vieux foldat parvenu par fon courage, ou plutôt par fa patience, à l'emploi de Sergent dans fa compagnie, vint faire des recruës à Madrid. Il alla demander un logement dans un cabaret. On

[ocr errors]

lui-dit, qu'il y avoit à la verité des chambres vuides, mais qu'on ne pouvoit lui en donner aucune,parce qu'il revenoit toutes les nuits dans la maison un efprit qui maltraitoit fort les étrangers, quand ils avoient la témérité d'y vouloir coucher. Cette nouvelle ne rebuta point le Sergent. Que l'on me mette, dit-il, dans la chambre qu'on voudra. Donnez-moi de la lumiere, du vin, une pipe & du tabac, & foïez fans inquiétu de fur le refte. Les efprits ont de la confideration les de gens pour guerre qui ont blanchi sous le harnois.

On mena le Sergent dans une chambre, puifqu'il paroiffoit fi réfolu, & on lui porta tout ce qu'il avoit demandé. Il fe mit à boire & à fumer.. Il étoit déja plus de minuit, que l'Esprit n'avoit point encore troublé le profond filence qui regnoit dans la maifon. On

« AnteriorContinuar »