Imágenes de páginas
PDF
EPUB

On le fait entrer lui & fa compagnie dans un cabinet écarté, où un moment après on leur apporte le plat ordonné avec du pain & du vin. Nos Lucreces, comme Dame de haut appétit, se jettent avidement fur les viandes , tandis que le benêt qui devoit payer l'écot s'amuse à contempler sa Luisita. C'est le nom de la beauté dont il étoit épris ; il admire ses blanches mains où brilloit une grosse bague, qu'el: le a gagnée en la courant, il lui prodigue les noms d'étoile & de soleil , & ne sçauroit manger, tant il est aise d'avoir fait une li bonne rencontre. Il demande à sa Déeffe, si elle est mariée. Elle répond que non ; mais qu'elle est fous la conduite d'un frere ; fi elle elle" ajoûté du côté d'Adam, elle aucoit dit la vérité,

Cependant, les deux harpies non - seulement dévoroient chacune un poulet , elles bûyoient

[ocr errors]

pero

encore à proportion qu'elles mangeoient. Bien-tôt le vin manque. Le galant en va chercher lui-même pour en avoir plus promptement. Il n'est pas hors du cabinet,

que Jacinte, la compagne de Lui-. Lita , met la griffe sur les deux dreaux qui restoient dans le plat, & les ferre dans une grande poche de toille qu'elle a sous sa robe. Notre adonis revient avec du vin frais ; & remarquant qu'il n'y a plus de viande, il demande à la Vénus si elle ne veut rien davantage? Qu'on nous donne , dit-elle, de ces pigeonneaux, dont l'hôte nous a parlé, pourvû qu'ils soient excellens ; autrement un morceau de jambon d'Eftramadure fuffira. Elle n'a pas prononcé ces paroles, que voilà Patrice qui retourne à la provision, & fait apporter trois pigeonneaux avec une forte tranche de jambon. Nos oiseaux de proie recommencerent a béquets

ter, & tandis que le bourgeois est obligé de disparoître une troisiéme fois , pour aller demander du pain, ils envoyent deux pigeonneaux tenir compagnie aux prifonniers de la poche. Après le repas, qui a fini

par les fruits que

la saison peut fournir, l'amoureux Patrice a pressé Luisita de lui donner les marques qu'il attendoit de fa reconnoissance. La Dame a refusé de contenter ses désirs; mais elle l'a faré de quelque esperance, en lui disant , qu'il y avoit du temps pour tout,

&

que ce n'étoit pas dans un cabaret qu'elle vouloit reconnoître le plaidir qu'il lui avoit fait. Puis entendant fonner une heure après-midi, elle a pris un air inquiet, & dit à fa compagne : Ah!'ma chere Jacinte, que nous fommes malheureufes ! nous ne trouverons plus de places pour voir les Taureaux? Pardonnez-moi, a répondu Jacin

te; ce Cavalier n'a qu'à nous remener où il nous a si poliment abordées, & ne vous mettez pas en peine du reste.

Avant que de sortir de la taverne, il a fallu compter avec l'hôte, qui a fait monter la dépense à cin. quante réales. Le bourgeois a mis la main à la bourse; mais n'y trou, vant que trente réales , il a été obligé de laisser en gage pour le reste, son Rofaire chargé de mé. dailles d'argent. Ensuite il a recon. duir les avanturieres où il les avoit prises & les a placées commodément sur un échaffaur, dont le maitre, qui est de fa connoissance , lui à fait crédir.

Elles ne sont pas plutôt assises, qu'elles demandent des rafraîchis femens': Je meurs de soif, s'écrie l'une , le jambon m'a furieusement alterée. Et moi de même, dit l'autre, je boirois bien de la limopade, Patrice, qui n'entend que

trop ce que cela veut dire , les quitte pour aller leur chercher des liqueurs ; mais il s'arrête en chemin , & fe dit à lui-même : Où vastuinsensé? Ne semble-t-il pas que tu ayes cent pistoles dans ta bourse ou dans ta maison ? Tu n'as

pas seulement un Maravedi. Que ferai-je ? ajoûta-t-il ; de retourner vers la Dame, sans lui porter ce qu'elle désire, il n'y a pas d'apparence. D'un autre côté, faut-il

que j'abandonne une entreprise siavancée? je ne puis m'y résoudre.

Dans cet embarras, il apperçoit parmi les spectateurs un de ses amis , qui lui avoit souvent fait des offres de services, il n'avoit jamais voulu accepter. Il perd toutę honte en cette occafion. Il le joint avec emprefseinent & lui emprunte une double pistole; avec quoi reprenant courage, il vole chez un Limonadier, d'où il fait porter à ses Princesses, tant

ر

d'eaus

que par fierté

« AnteriorContinuar »