Imágenes de páginas
PDF
EPUB

Oüi , je suis un homine épris de ves' charmes. C'est Don Garcie.Pache. eo que l'amour introduit ici sous eet habillement. Et vous esperez, fans doute , reprit Aurore, qu'approuvant votre folle ardeur, je favoriserai votre artifice , & contribuerai de ma part à entretenir mon mari dans son erreur ; mais c'eft ce qui vous trompez je vais lui découvrir tour. Il y va de inon honneur & de mon repos 5 d'ailleurs, je suis bien-aise de trouyer une G belle occafion de lui faire voir que fa vigilance est moins sûre que ma vertu ; & que tout jaloux, tout défiant qu'il est, je suis plus difficile à surprendre que

lui. A peine 'eut-elle proponcé ces derniers mots, que le Capitaine parut & vint fe mêler à la conversation. Dequoi vous entretenezvous, Mesdames, leur dit-il ? Aurore reprit aussi-tôt la parole: Nous parlions, répondit-elles, des jeu

pes

.

ses Cavaliers qui entreprennent de se faire aimer de jeunes femmes qui ont de vieux époux ; & je difois que si quelqu'un de ces galans étoit assez témeraire pour s'introduire chez vous, sous quelque déguisement, je sçaurois bien punir son audace.

Et vous, Madame , reprit Zanubio , en se tournant vers Don Garcie , de quelle maniere en uferiez-vous avec un jeune Cavalier en pareil cas? Don Garcie étoit si troublé, fi déconcerté, qu'il ne fçavoit que répondre au Capitaine, qui se feroit apperçu de son embarras, si dans ce moment un valec ne fût venu lui dire qu'un homme arrivé de Madrid demandoit à lui parler. Il sortit pour aller s'informer de ce qu'on lui vouloit.

Alors Don Garcie se jettra aux pieds d’Aurore,& lui dit: Ah! Madane, quel plaisir prenez - yous à m'embarrasser? Seriez-vous assez Tome I.

Y

barbare pour me livrer au ressentiment d'un époux furieux ? Non, Pacheco, répondit-elle , en souriant, les jeunes femmes qui ont de vieux maris jaloux ne sont pas si cruelles. Rassurez vous. J'ai voulu me divertir en vous causant un peu de frayeur, mais vous serez quitte pour

cela. Ce n'est pas trop vous faire acheter la complaisance que je veux bien avoir de vous souffrir ici. A des paroles fi consolantes, Don Garcie sentir évanouir toute fa crainte, & conçur des espérances qu'Aurore eut la bonté de ne pas démentir.

Un jour qu'ils se donnoient tous deux, dans l'appartement de Zanubio, des marques d'une amitié réciproque , le Capitaine les surprit. Quand il n'auroit pas été le plus jaloux de tous les hommes, il en vit affez pour juger avec fondement, que la belle Inconnuë éti it un Cavalier déguisé. A ce specta

[ocr errors]

cle il devint furieux. Il eritra dans fon cabinet pour prendre des pistolets, mais pendant ce temps-là, les amans s'échappérent , fermerent par dehors les portes de l'appartement à double tour, emportérent les clefs , & gagnérent tous deux en diligence un

Village voisin , où Don Garcie avoit laissé fon valet de chambre & deux bons chevaux. Là , il quitta ses habits de fille, prit Aurore en croupe , & la conduisit à un Couvent, où elle le pria de la mener , & où elle avoit une tante Supérieure. Après cela, il s'en retourna à Madrid attendre la suite de cette avanture.

Cependant Zanubio fe voyant enfermé, crie, appelle du monde. Un valet accourt à sa voix ; mais trouvant les portes fermées, il ne peut les ouvrir. Le Capitaine s'efforce de les briser, & n'en venant point à bout assez vîte à son gré,

1

il céde à fon impatience , se ljette brusquement par une fenêtre avec ses pistolets à la main. Il tombe à la renverse , se blesse la tête & de meure étendu par terre sans connoissance. Ses Domeftiques arrivérent & le porterent dans une falle sur un lit de repos. Ils lui jetterent de l'eau au visage ; enfin, à force de le tourmenter, ils le firent revenir de fon évanouissement. Mais il reprit sa fureur avec ses esprits ; il demande où est fa femme. On lui répond qu'on l'a vû sortir avec la Dame étrangere par une petite porte du Jardin. Il ordonne aussi-tôt qu'on lui rende ses pistolets. On est obligé de lui obéïr. Il fait seller un cheval , il part sans fonger qu'il est blessé & prend un autre chemin que celui des amans. Il passa la journée à courir en vain , & s'étant arrêté la nuit dans une hôtellerie de village pour se repo

ز

« AnteriorContinuar »