Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors][ocr errors][merged small]

Emerenciana est enfermée dans une chambre obscure où une Dué. gne impitoyable lui tient sans cesse des discours mortifians & ne lalaisfe pas un moment en repos.O Ciel! dit Lizana , le cruel Stephani ne s'est donc pas contenté d'exercer sur moi sa barbarie : Allons promptement délivrer cette Dame infortunée de la tyrannie de sa gouvernante.

Là-dessus, Julio mena le Commandant & Don Kimen, suivis de cinq ou six archers, à la chambre qui fervoit de prison à la fille de Don Guillem. Ils frapperent à la porte, & la Duégne vint ouvrir. Vous concevez bien le plaisir que Lizana se faifoit de revoir sa maitreffe, après avoir désesperé de la poffeder. Il sencoit renaître son espérance , ou plutôt il ne pouvoir douter de son bonheur , puisque la seyle personne qui étoit en droit de sy opposer, ne vivoit plus. Dès qu'il apperçut Emerenciana , il courut se jetter à ses pieds ; mais qui pourroit exprimer la douleur dont il fut faifi, lors qu'au lieu de trouver une amante disposée à répondre à ses transports , il ne vit qu’une Dame hors de son bon sens. En effet, elle avoit été tant tourmentée par la Duégne , qu'elle en étoit devenuë folle. Elle demeura quelque temps rêveuse, puis s’imaginant tout-à-coup être la belle Angelique , assiegée par les Tartares dans la forteresse d'Albraque, elle regarda tous les hommes qui étoient dans sa chambre comme autant de Paladins qui venoient à fon secours. Elle prit le Chef de la sainte Confrairie pour Roland; Lizana pour Brandimart Julio pour Hubert du Lyən'; & les Archers , pour Antifort; Clarion , Adrien, & les deux fils du Marquis Olivier. Elle les reçut avec beaucoup de politeffe, & leur dit :

[ocr errors]

Braves Chevaliers ; je ne crains plus, à l'heure qu'il est , l’Empereur Agrican, ni la Reine Marphise. Votre valeur est capable de me défendre contre tous les guerriers de l'Univers.

A ce discours extravagant, l'Officier & ses archers ne purent s’empêcher de rire. Il n'en fut

pas

de même de Don Kimen , vivenient affligé de voir sa Dame dans une fi triste situation pour l'amour de lui, il pensa perdre, à son tour, le jugement. Il ne laissa pas toutefois de se flatter , qu'elle reprendroit l'usage de fa raison ; & dans cette espérance: Ma chere Emerenciana, lui dit-il tendrement reconnoissez Lizana. Rappellez votre esprit égaré. Apprenez que nos malheurs font finis. Le Ciel ne veut pas , que deux cours qu'il a joints soient séparés; & le pere inhumain qui nous a si mal traités, ne peut plus nous être contraire,

[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

.

و

La réponse que

fit à ces paroles la fille du Roi Galafron , fut encore un discours adressé aux vaillans défenseurs d'Albraque , qui pour le coup n'en rirent point. Le Commandant même , quoique très-peu pitoyable de son naturel , sentit quelques mouvemens de compalfion , & dit à Don Kimen , qu'il voyoit accablé de douleur : Sei. gneur Cavalier , ne désesperez point de la guérison de votre Dame. Vous avez à Siguença des Doeteurs en Medecine qui pourront en venir à bout

par

leurs remedes. Mais ne nous arrêtons pas içi plus long-temps. Vous, Seigneur Hubert du Lyon, ajoûta-t-il, en parlant à Julio, vous qui sçavez où font les écuries de ce Château menez-y avec vous Antifort & les deux fils du Marquis Olivier. Choisissez les meilleurs coursiers & les mettez au char de la Prin. cesse. Je vais pendant ce temps

7

lå dresfer mon procès verbal.
En disant cela, il tira de ses

poches une écritoire & du papier ; & après avoir écrit tout ce qu'il voulut, il presenta la main à Angelique, pour l'aider à descendre dans la cour, où

par

les soins des Paladins, il se trouva un carosle à

quatre mules, prêt à partir. Il monta dedans avec la Dame & Don Kimen ; & il y fit entrer aufli la Duégne, dont il jugea que le Corregidor seroit bien-aise d'avoir la déposition. Ce n'est pas tout: Per ordre du Chef de la brigade, on chargea de chaînes Julio,& on le mit dans un autre caroffe auprès du corps de Don Guillem. Les archers remontérent ensuite sur leurs chevaux ; après quoi, ils prirent, tous ensemble , la route de Siguença.

La fille de Stephani dit en chemin mille extravagances , qui furent autant de coups de poignard

B b iiij

[ocr errors]
[ocr errors]
« AnteriorContinuar »