Imágenes de páginas
PDF
EPUB

bles. Hélas! non , a-t-elle répondu d'un air triste, & j'en suis fâchée. Je ne suis point assez ingrate pour refuser d'avouer que je lui ai beaucoup d'obligation ; mais il est roturier, son nom deshonoreroit inon teftament.

Seigneur Asinodée , interrompit Leandro , apprenez-moi , de grace, si ce vieillard occupé à lire, dans un cabinet, ne feroit point par hazard un homme à mériter d'être ici? Il le inériteroit fans doute, répondit le Démon. Ce personnage est un vieux Licencié qui lit une épreuve d'un livre qu'il a sous la presse. C'est apparemment quelque ouvrage de Morale ou de Théologie, dit Don Cléofas? Non, repartit le Boiteux, ce font des Poësies gaillardes qu'il a composées dans Ta jeunesse. Au lieu de les brûler ou du moins de les laisser périr avec lui, il les fait imprimer de fon vivant, de

que je vois

peur

1

qu'après sa mort ses héritiers ne foient tentés de les mettre au jour, & que par respect pour son caraetere , ils n'en êtent tout le fel & l'agrément.

J'aurois tort d'oublier une petite femme qui demeure chez ce Licencié. Elle est si persuadée qu'elle plaît aux hommes , qu'elle met tous ceux qui lui parlent, au nombre de ses amans.

Mais venons à un riche Cha. noine , que je vois à deux pas delà. Il a une folie fore finguliere. S'il vit frugalement , ce n'est ni par mortification , ni par fobrieté. S'il se passe d'équipage, ce n'est point par avarice. Hé? pourquoi donc ménage-t-il son revenu? C'est pour amasser de l'argent. Qu'en veut il faire , des auino: nes? Non. Il en achete des tableaux , des meubles précieux, des bijoux. Et vous croyez que c'est pour en jouir pendant la vie.

Vous vous trompez; c'est uniquement pour en parer son inventai

[ocr errors]

re.

Ce que vous dires eft outré, interrompit Zambullo. Y a-t-il au monde un homme de ce caractere-là ? Oui, vous dis-je, reprit le Diable, il a cette manie. Il se fait un plaisir de penser qu’on admirera son inventaire. A-t-il acheté, par exemple , un beau bureau? Il le fait empacqueter proprement & serrer dans un gardemeuble , afin qu'il paroisse tout neuf aux yeux des fripiers qui viendront le marchander après fa mort. Paslons à un de ses voisins

que vous ne trouverez pas moins fou. C'est un vieux garçon venu depuis peu des Isles Philippines à Madrid avec une riche succession que son pere qui étoit Auditeur de l'Audience de Manille, lui a Jaillé. Sa conduite est assez extraordinaire..

[ocr errors]

On le voit toute la journée dans
les anti-chambres du Roi & du
premier Ministre. Ne le prenez
pas pour un ambitieux qui bri-
gue quelque Charge importante.
Il n'en fouhaite aucune, & ne de-
mande rien. Hé quoi! me direz-
vous, il n'iroit dans cet endroit-là
simplement que pour faire la cour?
Encore moins ; il ne parle jamais
au Ministre. Il n'en est pas même
connu, & ne se soucie nullement
de l'être. Quel est donc son but?
Le voici : il voudroit persuader ,
qu'il a du crédit.

Le plaisant original , s'écria l'é-
colier en éclatant de rire ! C'est se
donner bien de la peine pour peu
de chose. Vous avez raison de le
mettre au rang des foux à enfer-
mer. Oh! reprit Asmodée, je vais
vous en montrer beaucoup d'au-
tres qu'il ne seroit pas juste de croi-
re plus sensés. Considerez dans cet-
te grande maison , où vous apper

-

que ménenc

cevez tant de bougies allumées, trois hommes & deux femmes autour d'une table. Ils ont soupé enfemble, & joüent presentement aux cartes pour achever de passer la nuit; après quoi , ils se séparetont. Telle est la vie ces Dames & ces Cavaliers : ils s'assemblent réguliérement tous les soirs & se quittent au lever de l'Aurore, pour aller dormir jusqu'à ce que les ténébres reviennent chasfer le jour. Ils ont renoncé à la vûë du Soleil & des beautés de la nature. Ne diroit-on pas à les voir ainsi environnés de flame beaux, que ce sont des morts qui attendent qu'on leur rende les derniers devoirs ? Il n'est

pas

bes foin d'enfermer ces foux-là , dit Don Cléofas , ils le font déja.

Je vois dans les bras du sommeil, reprit le boiteux, un homme que j'aime, & qui m'affectionne aussi beaucoup, un sujet pêtri d'une pâ

« AnteriorContinuar »