Imágenes de páginas
PDF
EPUB

plus plaisant , c'est qu'il s'imagine avoir encore aujourd'hui les me. mes graces qu'on lui trouvoit dans fa jeunesse.

Il n'y a point à hésiter, dit Don Cléofasplaçons ce Seigneur François parmi les personnes qui song dignes d'être Pensionnaires dans la casa de los Locos. Jy retiens une loge, reprit le Démon, pour une Dame qui demeure dans un grenier à côté de l'Hôtel du Comte, C'est une vieille veụve qui par un excès de tendresse pour ses enfans, a eu la bonté de leur faire une donation de tous ses biens , moïennant une petite pension alimentaire que le dits enfans sont obligés de lui faire, & que par reconnoifsance, ils ont grand soin de ne luị pas payer.

J'y veux envoyer aussi un vieux garçon de bonne famille, lequel n'a pas plutôt un ducat , qu'il le dépense; & qui ne pouvant se pas

[ocr errors]

ser d'espece, est capable de tout faire pour en avoir. Il y a quinze jours que sa blanchisleuse, à qui il devoic trente pistoles, vint les lui demander, en disant qu'elle en avoit besoin pour se marierà un valet de chambre qui la recherchoit. Tu as donc d'autre argent, lui ditil ; car où Diable est le valet de chambre qui voudra devenir ton mari pour trente pistoles ? Hé! inais, répondit-elle , j'ai encore, outre cela, deux cens ducars. Deux cens. ducats ! repliqua-t-il avec émotion , Malpefte ! tu n'as qu'à meles donner, à moi, je t'épouse, & nous voilà quitte à quitte. Il fut pris au mot , & lablanchisseuse eft devenuë sa femme.

Retenons trois places pour ces trois personnes qui revienenr de souper en ville , & qui rentrent dans cet hôtel à main droite où elles font leur résidence. L'un est un Comte qui se pique d'aimer les belles Lettres ; l'autre, eftfon fres re le Licencié; & le troisiéme, un bel esprit attaché à eux. Ils ne se quittent presque point. Ils vont tous trois ensemble par tout en visite. Le Comte n'a loin que de se loüer. Son frere le louë, & fe louë aussi lui-même ; mais le bel esprit est chargé de trois soins, de les loüer tous deux, & de mêler ses louanges avec les leurs.

Encore deux places, l'une pour un vieux bourgeois fleuriste, qui n'aïant pas

de quoi vivre, veut enfretenir un Jardinier & une Jar, diniere, pour avoir soin d'une dout zaine de feurs qu'il y a dans son jardin. L'autre pour un Histrion', qui plaignant les désagrémens attachés à la vie 'comique , disoit l'autre jour à quelques-uns de ses camarades: Ma foi, mes amis, je suis bien dégoûté de la profeffion. Oui, j'aimerois mieux n'être qu'un petit Gentilhomme de cam

[merged small][ocr errors][ocr errors]

pagne de mille ducats de rente.

De quelque côté que je tourne la vûë, continua l'Efprit, je ne découvre que des cerveaux malades. J'apperçoisun Chevalier de Calatrave, qui est si fier. & fi vain d'a. yoir des entretien's secrets avec la fille din Grand, qu'il fe croit de niveau avec les premieres personnes de la Cour. Il ressemble à Vila lius,qui s'imaginoit être gendre de Scylla, parce qu'il étoit bien avec la fille de ce Dietateur. Cette comparaison est d'autant plus juste, que ce Chevalier a, comine le Romain , un longarenus , c'est-à-dire, un rival de néant, qui est encore plus favorisé

que

lui. -Ondiroit, que les mêmes hommes renaissent de temps en temps fous de nouveaux traits. Je reconnois dans ce commis de Ministre, Bollanus , qui negardoit des mesuses avec personne, & qui rompoit en visiere à tous ceux dont l'abord

D d iiij

[ocr errors][ocr errors]

lui étoit défagréable. Je revois dans ce vieux Président Fufidius qui prêtoit fon argent à cinq pour cent par mois ; & Marsous qui donna sa maison paternelle à la Comédienne Origo, revit dans ce garçon de famille qui mange avec une femme de theatre, une maison de campagne qu'il a prêt de l'Efcurial.

Asmodée alloit poursuivre ; mais comme il entendit tout-àcoup accorder des instrumens de musique, il s'arrêta , & dit à Don Cleofas; il y a au bout de cette ruë des Musiciens qui vont donner une sérénade à la fille d'un Alcade de Corte. Si vous voulez voir cette fête de près, vous n'avez qu'à par-ler. J'aime fort ces fortes de concerts, répondit Zambullo; approchons nous de ces Symphonistes. Peut-être y a-t-il des voix eux. Il n'eut pas achevé ces mots, qu'il se trouva sur une maison

parmi

« AnteriorContinuar »