Imágenes de páginas
PDF
EPUB

malheureux, n'en regrerera point la perte s'il peut fauver Séraphine; sa fille unique, qui se trouve en danger de périr.)

Don Cleofas fouhaita de voië cet incendie,& le Boiteux le tranf porta dans l'instant même à la portel du Soleil fur une grande mais fon qui faisoit face à celle où étoit le feu. 12:2

bile si

91. CHAPITRE X I.

[ocr errors]

De PIncendie', ele de ce que fir Af modée en cette occasion par amitié

"9. pour Don Cleofas. O!?!..i Ls entendirent d'abord les voix

confuses de plusieurs personnes donc les unes crioientąu feu, & les autres demandoient de l'eau. Ils remarquérent peu de temps après', qu’ungrand escalier par où Pon montoit aux principaux ap

I

[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors]

32.

Tomi Pagi

m

Dubercelle Soui

partenens de l'Hôtel de Don Pes dre, étoit tour enfâmé. Ils virent ensuite fortir par les fenêtres des tourbillons de fâme & de fumée.

L'incendie est dans sa fureur, die le Démon, déja le feu parvenu jufqu'au toît , commence à s'y faire un passage & remplit l'air d'érin celles. L'embrasement devient tel, que le peuple qui accourt de tou res parts pour l'éteindre , ne peut s'occuper qu'à le regarder. Déinêlez' dàns la foule des fpe&a; teurs un vieillard en robe de chambré; c'est le Seigneur de Escolano, Entendez-vous ses cris & ses lamentations? Il s'adresse aux hom. mes qui l'environnent & les conjure d'aller délivrer fa fille; mais il a beau leur promettre une grosso récompense, aucun ne veut 'expofer sa vie pour cette Dame, qui n'a que feize ans, & dont la beauté est incomparable. Voyant qu'il im plore en vain leurallittance, il s'arx

1

rache les cheveux & la moustache il se frappe la poitrine; l'excès de sa douleur lụi fait faire des actions insensées. D'une autre côté Seraphine abandonnée de ses femmes, s'est évanouie de fraïeur dans son appartement où bien-tôt une épaisse fumée va l'étouffer. Aucun mortel ne peut la secourir.

Ah: Seigneur Asmodée , s'écria Léandro Perez , entraîné par

les mouvemens d'une généreuse compallion, cédez à la pitié dont je me sens saisir, & ne rejettez pas la priere que je vous fais de fauver cette jeune Dame de la mort prochaine qui la menace. C'est ce que je vous demande pour prix du fervice que je vous ai rendu. Ne vous opposez point, comme tantôt, à inon envie. J'en aurois un chagrin mortel,

Le Diable soûrit en entendant parler ainsi l'écolier : Seigneur Zainbullo, lui dit-il , vous avez

[ocr errors]
« AnteriorContinuar »