Imágenes de páginas
PDF
EPUB

CHAPITRE IV.

[ocr errors]

Histoire des Amours du Comte de Belfior , & de Léonor de Cespedes.

E Comte de Belfior , un des

plus grands Seigneurs de la Cour", étoit éperduëment amoureux de la jeune Léonor de Cerpédes. Il n'avoit pas dessein de l'épouser ; la fille d'un simple gentilhomme ne lui paroissoit pas un par ti assez considérable pour lui. Il ne se proposoit que d'en faire une Maîtresse.

Dans cette vûë , il la suivoit par tour, & ne perdoit pas une occafion de lui faire connoître son a

par ses regards ; mais il ne pouvoit lui parler, ni lui écrire, parce qu'elle étoit incessamment obsédée d'une Duégne sévére & vigilante, appellée la Dame Mars

mour

[merged small][merged small][ocr errors][merged small][ocr errors]

çelle. Il en étoit au désespoir , & sentant irriter ses désirs par les difficultés , il ne cessoit de rêver aux moyens de tromper l'Argus qui gardoit son Jo.

D'un autre côté, Léonor qui s'étoit apperçûë de l'attention que le Comte avoit pour elle, n'avoit pû se défendre d'en avoir pour lui,

& il se forma insensiblement dans son cæur une pallion qui devint enfin très-violente. Je ne la fortifiois pourtant pas par mes tentations ordinaires, parce que le Magicien, qui me tenoit alors prisonnier, m’avoit interdit toutes mes fonctions ; mais il suffisoit que la nature s'en mêlât. Elle n'est

pas

moins dangereuse que moi ; toute la difference qu'il y a entre nous, c'est qu'elle corrompt peu à peu les cours ,

que je les léduis brusque, ment.

Les chofes étoient dans cette disposițion , lorsque Léonor & fon

au lieu

éternelle Gouvernante, allant un matin à l'Eglise , rencontrérent une vieille femme qui tenoit à la main un de plus gros chapelets qu'ait jamais fabriqué l'hipocrilie. Elle les aborda d'un air doux & riant , & adressant la parole à la Duégne. Le Ciel vous conserve, lui dit-elle , la sainte paix soit avec vous : permettez-moi de vous demander , si vous n'êtes pas la Dame Marcelle, la chaste veuve du feu Seigneur Martin Rosette? La Gouvernante répondit , qu'oüi. Je vous rencontre donc fort à propos , lui dit la vieille, pour vous avertir , que j'ai au logis un vieux parent qui voudroit bien vous parler. Il est arrivé de Flandres depuis peu de jours ; il a connu particulierement, mais très-particulierement votre mari, & il a des choses de la derniere conséquence à vous communiquer. Il auroit été pous les dire chez vous, s'il ne fûk

« AnteriorContinuar »