Imágenes de páginas
PDF
EPUB

pas tombé malade ; mais le pauvre homme est à l'extrêmité;je demeure à deux

pas d'ici. Prenez , s'il vous plaît , la peine de me suivre.

La Gouvernante qui avoit de l'esprit & de la prudence , craignant de faire quelque fausse déinarche, ne sçavoit à quoi se réLoudre ; mais la vieille devina le sujet de son embarras, & lui dit: Ma chere Madame Marcelle , vous pouvez vous fier à moi en toute assurance. Je me nomine la Chichona.Le LicenciéMarcos de Figuerna & le Bachelier Mira de Mesquą, vous répondront de moi comme de leurs grandes-meres. Quand je vous propose de venir à ma maison, ce n'est que pouc votre bien. Mon parent veut vous reftituer certaine somme que vor tre mari lui a autrefois prêtée. A ce mot de restitution, la Dame Marcelle prit son parti. Allons, ma fille , dit-elle à Léonor, allons

voir le parent de cette bonne Dame. C'est une action charitable que de visiter les malades.

Elles arrivérent bien tôt au lo, gis de la Chichona , qui les fit entrer dans une salle balle, où elles trouvérent un homme alité , qui avoit une barbe blanche, & qui , s'il n'étoit pas fort malade paroisfoit du moins l'être. Tenez, CouGn, lui dit la vieille en lui présentant la Gouvernante, voici cette fage Dame Marcelle , à qui vous souhaitez de parler , la veuve du feu Seigneur Martin Rosette, votre ami. A ces paroles , le vieillard soulevant un peu la tête , salua la Duégne, lui fit signe de s'approcher , & lorsqu'elle fut près de son lit, lui dit d'une voix foible: Ma chere Madame Marcelle, je rends graces au Ciel de m'avoir laissé vivre jusqu'à ce moment, C'étoit l'unique chose que je déLirois. Je craignois de mourir sans

avoir

avoir la satisfaction de vous voir, & de vous remettre en main

propre cent ducats que feu votre époux, mon intime ami, me prêta pour me tirer d'une affaire d'honneur que j'eus autrefois à Bruges. Ne vous a-t-il jamais entretenu de cette avanture?

Hélas ! non, répondit la Dame Marcelle, il ne m'en a point parlé. Devant Dieu soit son ame ! Il étoit la généreux, qu'il oublioit les fervices qu'il avoit rendus à ses amis. Er bien loin de ressembler à ces fanfarons qui se vantent du bien qu'ils n'ont pas fait, il ne m'a jamais dit, qu'il eût obligé perfonne. Il avoit l'ame belle affûrément, repliqua le vieillard, j'en dois être plus persuadé qu'un autre; & pour vous le prouver, il faut que je vous raconte l'affaire dont je suis heu reusement sorti par son fecours ; mais comme j'ai des choses à dire, qui sont de la derniere importan

Tome

[ocr errors]

ce pour la mémoire du défunt, je: ferois bien aise de ne les révéler qu'à sa discrette veuve.

Hé bien , dit alors la Chichonas, vous n'avez qu'à lui faire ce recir en particulier. Pendant ce temslà , nous allons passer dans mon cabinet, cette jeune Dame & moi. En achevant ces paroles , elle laissa la Duégne, avec le malade , & entraîna Léonor dans une autre chambre, où sans chercher de détours ; elle lui dit : Belle Léonor , les momens sont trop précieux pour les mal employer. Vous connoissez de vûë le Comte de Belflor: il y a long-tems qu'il vous aime & qu'il meurt d'envie de vous le dire; mais la vigilance & la févérité de votre Gouvernante: ne lui ont pas permis , jusqu'ici, d'avoir ce plaisir. Dans son désefpoir il a eu recours à mon induf-. trie; je l'ai mise en usage pour lui. Ce vieillard que vous venez

de voir , est un jeune valet de chambre du Comte , & tout ce que j'ai fait n'est qu'une ruse que nous avons concertée pour troinper votre Gouvernante & vous attirer ici.

Comme elle achevoit ces mots, le Comte qui étoit caché derriere une tapisserie se montra,& courant se jetter aux pieds de Léonor: Madame, lui dit. il, pardonnez ce stratagême à un amant qui ne pouvoit plus vivre sans vous parler. Si cette obligeante personne n'eût pas trouvé moïen de me procurer cet avanrage , ) lois in'abandonner à mon désefpoir. Ces paroles prononcées d'un air touchant par un homme qui ne déplaisoit pas , troublérent Léonor. Elle demeura quelque tems incertaine de la réponse qu'elle y devoit faire ; mais enfin s'érant remise de fon trouble, elle regarda fiérement le Comte , & lui dit

l'al

« AnteriorContinuar »