Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors][ocr errors]

enfans, & entr’autres Hiéronyme, du-
quel il sera bientôt parlé. Gélon, mé-
prisant la vieillesse de son Pere , & ne
faisant plus de cas de l'alliance des
Romains depuis leur derniére disgra-
te à Cannes, s'étoit déclaré ouverte.
ment pour les Carthaginois. Il armoit
edéja la multitude, & follicitoit les
Alliés de Syracuse à se joindre à lui ;
& a peutêtre auroit-il causé du trou:
ble dans la Sicile, si une mort promte
& imprévûe n'avoit rompu fes mesu-
rés. Elle survine li à propos, qu'elle
laissa quelque foupçon, que te peré

l'avoit avancée. Il ne survécut pas An.M.3789. lontems à son fils, & mourut à l'âge Av.J.C.25% de quatre-vingts dix ans, infiniment

regretté des peuples. Il avoit régné
einquante-quatre ans.

ARTICLE SECOND.

[ocr errors]
[ocr errors]

Hiéronyme , petit-fils d'Hiéron, lui succes

de, e le fait regretter par les vicesi
e par ses cruautés. I eft tué dans une
conspiration. Meurtre funefte des Prima
a Movisser quë in Sici- geret, armantem

eum
lía res, nisi mors,

adeo multitudinem opportuna patrem

focios goque fufpicione adfper- fumpfirler. Liv.

follicis

aba

éeffes. Hippocrate & Epicyde s'emparent de l'autorité à Syracuse , co se clarent pour les Carthaginois, comme l'avoit fait Hiéronyme, LA MORT d'Hiéron causa de grans Liv. lib. 24• des révolutions dans la Sicile. Le roiau- *. 4-7. . me étoit tombé entre les mains d'Hié. ronyme son petit-fils : jeune a Prince incapable d'user sagement de la liberté, loin de pouvoir résister à la fé. duction de la puissance souveraine. La crainte qu'avoit Hiéron que le bon érar où il laissoit son roiaune ne chan. geât bientôt sous un Roi enfant , lui fit naître la pensée & le desir de rendre la liberté aux Syracusains. Mais ses deux filles s'opposérent de tout leur crédit à ce dessein, dans l'espérance que le jeune Prince n'auroit que le titre de Roi, & qu'elles en auroient toute l'autorité avec leurs maris Andranodore & Zoïppe, qui tiendroient le premier rang entre les Tureurs. If bn'étoit pas aisé à un vieillard nonagénaire , de tenir contre les caresses &

a Puerum , vix dum li. nú, circumfeffo dies nocbertatem , ne dum do- tesque muliebribus blanminationem , modicè la. diciis , liberare animum,

& convertere ad public b Non facile erat nona- cam privata curam. Live geliinum jam agenti'an

turum. Liv.

les artifices de ces deux femmes qui l'obsédoient jour & nuit, de conserver la liberté de son esprit au milieu de leurs insinuations pressantes & assidues , & de facrifier avec courage l'intérêt de la famille à celui du publico

Pour prévenir, autant qu'il lui étoit possible, les maux qu'il prévoioit, il fui nomma quinze Tuteurs qui devoient former son Confeil, & les pria instamment en mourant de ne jamais fe départir de l'alliance avec les Romains à laquelle il avoit été inviolablement attaché pendant cinquante ans , & d'apprendre au jeune Prince leur pupille à marcher sur ses traces & à suivre les principes dans lesquels il avoir été élevé jusques-là.

Le Roi étant more après ces difpofitions, les Tuteurs qu'il avoit nommés à fon pecit - fils, convoquérent aussitôt l'allemblée, présentérent le jeune Prince au peuple, & firent lecture du testament. Un petit nombre de gens, apoftés exprès pour y applaudir , battirent des mains , & jettérent des eris de joie. Tout le reste dans une confternation égale à celle d'une famille à qui la mort vient d'enlever un bon pere, garda un morne

[ocr errors]

11. 40

[ocr errors]

filence

qui marquoit allez & leur douleur de la perte qu'ils venoient de faire, & leurs craintes pour

l'avenir. On a fit ensuite ses funérailles, qui furent plus honorées par les regrets & les larmes de ses sujets, que par les foins & le respect de fes proches pour fa mémoire.

Le premier soin d'Andranodore fut d'écarter tous les autres Tuteurs, en disant hautement que le Prince étoit en âge de gouverner par lui-même.

Il avoit alors près de quinze ans. Ainsi se démettant le premier de la Tutelle qui lui étoit commune avec plusieurs Collégues, il réunit dans fa seule personne tour leur pouvoir. Les dispositions les plus sages des Princes mourans sont souvent peu respectées après leur mort, & rarement exécurées. - Leb meilleur Prince du monde, & le plus modéré, succédant à un Roi aussi chéri de ses sujets que l'avoit été

um,

a Funus fit regium caritati Hieronis. Veer magis amore civium & rùm enim verò Hieronycaricare , quàm curâ suo. mus, velut fuis vitiis de.

celebre. Liv. fiderabilem efficere vele b Vix quidem ulli bono let avum, primo statim moderacoque regi facilis conspectu , omnia quan erat favor apud Syracufau disparia cíent,, oftendit.. BOS , lussedenci cancz Liv.

[ocr errors][merged small]

Hiéron, auroit eu bien de la peine à
les consoler de la perte qu'ils venoient
de faire. Mais, comme si Hierony-
me eût cherche par ses vices à le faire
encore plus regretter , il ne fut pas
platôt monté sur le trône qu'il fit con-
noitre combien toutes choses étoient
changées. Ni le Roi Hiéron, ni Gé-
lon son fils, pendant tant d'années,
ste s'étoient jamais distingués des au-
tres citoiens par leur habillement , ni
par aucun ornement qui sentît le fafte.
Ici l'on vit paroitre tout d'un coup
Hiéronyme revécu de pourpre , le
front ceint du diadéme, environne
d'une
troupe

de Gardes armés. Quelquefois même il affectoir d'imiter

Der nys le Tyran, en sortant comme lui du palais sur un char attellé de quatre chevaux blancs. Tout a le reste répondoit à cet équipage : un mépris marqué de tout le monde, des oreilles fières & dédaigneuses , une affectation à ne dire que des choses desobligeantes', un abord difficile, & qui

a Hunc tám súpërbum , rari aditus, non alienis apparatum habitumque modò féd tutoribus convenientes fequeban- etiam ; libidines nova tut,contemptus omnium inhumana crudelicas hominum , fuperbæ aut- Liv,

concumeliosa dicta ;

res"

« AnteriorContinuar »