Imágenes de páginas
PDF
EPUB

ALZIRE

七 t-

OU
LES AMERICAINS,

TRA G E D I E
de M. DE VOLTAIRE.
Representée à Paris pour la premiere fois

le 27 Janvier 1736.
Errer est d'un mortel, pardonner est divin.

Duren. trad. de Pope.

La prix est de trente sols.

A PARIS,

Chez J E A N-BAPTIST E-CLAUDE BAUCHER
près les Auguftins, à la descente du Pont-Neuf,

à S. Jean dans le Defert.

M. DCC. XXXVI.

.

AVEC PRIVILEGE DU ROY.

On trouve chez le même Libraire une nouvelle édition de la Mort de César, bien plus am. ple que la précédenté, à laquelle on a joint deux Lettres un Avertissement.

Et tous les autres Ouvrages du même Axa teur.

L .

OUIS PAR LA GRACE. DE DIEU, Roy DE FRANCE ET nans nas Cours de Parlement, Maîtres des Requétes ordinaires de notre Hôtel, Grand-Conseil, Prevôt de Paris, Baillifs, Sónechaux, leurs Lieutenans Civils, & autres nos Jufticiers qu'il appartiendrą. SALUT: Noțre bien amé JEAN-BAPTIST-E BAUCHE, Libraire à Paris, nous ayant fait remontrer qu'il lui avoit été mis en main un ouvrage qui a pour titre, Alzire, ou les Americains, Tragédie

, par le sieur de Voltaire ; qu'il souhaiteroit faire imprimer & donner au Public, s'il nous plaisoit lui accorder nos Lettres de Privilege fur ce nécessaires ; offrant pour cet effet de le faire imprimer en bon papier & beaux Caracteres, suivant la feuille imprimée & attachée pour modele sous le contrefcel des Présentes. A ces causes, voulant traiter favorablement ledit Exposant ; nous lui avons permis & permettons par ces Présentes, de faire imprimer ledit Ouvrage ci-dessus spécifié, conjointement ou séparé. ment, & autant de fois que bon lui semblera sur Papier & Caracteres conforme à ladite feuille imprimée & attachée sous notredit Contrescel ; & de le vendre, faire vendre & débiter par tout no.: tre Royaume pendant le temps de fix années consécutives, à compter du jour de la datte desdites Présentes, Faisons deffenfes à toutes sortes de personnes de quelque qualité & condition qu'elles soient d'en introduire d'impreffion étrangere dans aucun lieu de notre obéissance ; comme auft à tous Libraires, Imprimeurs & autres d'imprimer, faire imprimer, vendre, faire vendre, débiter ni contrefaire ledit Ouvrage ci-dessus spécifié, en tout & en partie ; ni d'en faire aucun extrait sous quelques prétextes que ce soit, d'augmentatian, correction, changement de citre ; . même en feuilles separées ou autrement sans la permiffon expresse & par écrit dudit Exposant, ou de ceux qui auront droit de lui, à peine de confiscation des Exemplaires contrefaits, & de fix mille livres d'amande contre chacun des contrevenants i dont' un tiers à Nous, un tiers à l'Hôtel-Dieu de Paris, l'autre tiers audit Exposant, & de tous dépens dommages & interêts : à la charge que les Présentes feront enregistrées tout au long fur le Regiftre de la Communauté des Libraires & Imprimeurs de Paris, dans trois mois de la datte d'icelles ; que l'impression de cet ouvrage sera faite dans notre Royaume & non ailleurs ; & que l'impetrant se conformera en tout aux Reglemens de la Librairie, & notamment à celui du dix Avril mil sept çent vingt-cing, & qu'avant de l'exposer en vente le Ma. nuscrit ou imprimé qui aura servi de copie à l'impression dudit Li

vre sera remis dans le même état où l'Approbation y aura été donnée, ès mains de nôtre très-cher & feal Chevalier, Garde des Seaux de France, le Sieur Chauvelin ; & qu'd en sera ensuite remis deux exemplaires dans notre Bibliotheque publique, un dans celle de notre Château du Louvre, & un dans celle de notre trèscher & feal Chevalier, Garde des Sceaux de France, le Sieur Chauvelin. Le tout à peine de nullité des Présentes ; du contenu desquelles vous mandons & enjoignons ce faire jouir l'exposant ou ses ayans cause pleinement & paisiblement, sans souffrir qu'il leur soit fait aucun trouble ou empèchement. Voulons que

la

COpie desd. Présentes qui sera imprimée tout au long au commencement ou à la fin dudit Livre, foit tenuë pour duëment fignifiée, & qu'aux Copies collationées par l'un de nos amez & feaux Confeillers & Secretaires; foi soit ajoûtée comme à l'original. Commandons au premier notre Huissier ou Sergent, de faire pour l'exécution d'icelles tous Actes requis & néceffaires, sans demander & autre permission, & nonobstant clameur de Haro & Chartre Normande, & Lettres à ce contraire. CAR TEL EST NOTRE PLAISIR. Donné à Paris le vingtiéme jour du mois d'Avril, l'an de grace mil sept cent trente-fix, & de notre Regne le vingtuniéme.

PAR LE ROY EN SON CONSEIL.

Signé, SAINSON.

Regiftré fur le RegiAre IX. de la Chambre Royale & Sindicale des Libraires & Imprimours de Paris, No. 274. fol. 250. conformément aux anciens Reglemens, confirmés par celui du 28 Fevrier 1723. A Paris le 20 Avril 1736. G. MARTIN Syndic.

[ocr errors][ocr errors]

PRELIMINAIRE.

[ocr errors]

N a tâché dans cette Tragédie, toute d'in

vention & d'une espece assez neuve, de faire voir combien le véritable esprit de religion l'emporte sur les vertus de la nature.

La Rcligion d'un barbare consiste à offrir à ses Dieux le sang de fes ennemis. Un Chrétien mal inftruit n'est souvent gueres plus juste. Etre fidéle à quelques pratiques inutiles & infidèle aux vrais devoirs de l'homme, faire certaines priéres & garder ses vices s jeuner, mais hair, cabaler, persécuter, voilà la Religion. Celle du Chrétien véritable eft de regarder tous les hom. mes comme ses freres, de leur faire du bien, 8c de leur pardonner le mal.

Tel est Gusman au moment de fa mort, tel eft Alvarés dans le cours de fa vie ; tel j'ai peint Henri IV. même au milieu de ses foiblessés..

On retrouvera dans presque tous mes Ecrits cette humanité qui doit être le premier caractere d'un être pensant, on y verra (si j'ose m'exprimer ainsi) le désir du bonheur des hommes, l'hor reur de l'injustice & de l'oppression ; & c'est cc

a

« AnteriorContinuar »