Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors]

TABLE DES SOMMAIRES.

vij

Irruption des Ghozz ou Uzes dans le Khorasan. Destruction

des Seljoucides.

185

Histoire des Seljoucides du Kerman ou les Cadherdiens. 269

L I VRE ONZI EME,

SECONDE PARTIE.

Histoire des Turcs Seljoucides d'Iconium , depuis l'an 1081

de J. C. jusqu'en 1294. Guerres de ces Turcs avec les Em-

pereurs Grecs, conquête de l'Asie mineure. Origine des Croi-

sades. Passage de Pierre l'Hermite , de Godefroy de Bouillon;

Siege de Nicée, défaite de l'Empereur Conrad e de Louis

Vil. dit le jeune Roi de France. Troubles dans cet Empire.

Irruption des Mogols. Destruction des Seljoucides đIconium,

dėmembrement de leur Empire. Les Ottomans.

LIVRE DOU ZIEME.

HISTOIRE des Turcs Seljoucides d'Alep & de Damas , depuis

l'an 1078 de J. C. jusqu'en 1154. Guerres avec les Sel-
joucides de Perse, Conquête de la Syrie par les Croisés. Siege
ď Antioche, & Histoire de toutes les expéditions des Francs.
Premiers établisemens des Asasins en Syrie , leurs liaisons
avec les Francs. Destruction des Seljoucides. Histoire des Rois
de Kelath en Arménie.

Histoire des Turkomans ou Uzes. Divisions de ces Tur-
komans appellés Uzes. Turkomans du Kharizme ; Turko-
mans de Syrie ou Ortokides , depuis l'an 1082 de J. C.
jusqu'en 1220. Leurs guerres avec les Francs. Royaumes
de Maredin da d'Emed.

133

Turkomans Salgouriens ou Atabeks de Perfe. 145

LIVRE TREIZIEME.

HISTOIRE des Atabeks de Syrie , depuis l'an 1084 de J. C.

jusqu'en 1250. Leurs guerres avec les Francs. Prise

d’Edelse et autres détails sur les expéditions des Croisés.

Origine de Saladin , & Conquête de l'Égypte. Destruction des

Atabeks.

78

HISTOIRE

GÉ N É R A L E

DES HUNS

LIVRE SEPTI É M E.

LES TURCS HOE 1-K E.

[ocr errors]

A ruine entiere des Huns dans la Tartarie , loin d'anéantir cette nation, n'a servi au contraire qu'à l'étendre d'avantage ; dispersée dans ces vastes pays & même dans l'Europe , elle

devint la source & l'origine de plusieurs autres peuples considérables qui formerent de puissans Empires. Nous avons vû que celui des Turcs avoit fait trembler la Chine & l'Europe. En voici un nouveau qui ne devint pas moins redoutable pour les Chinois. Les Hoei ke , tel est le nom que portèrent les peuples qui le fonderent & qui Tome U.

А.

[ocr errors]

Yen-bien

Kam-mo.
Tam-chou.

se rendirent les maîtres de presque toute la Tartarie ;
tiroient immédiatement leur origine des anciens Huns.
Comme toutes les autres nations Tartares , & même les
nations policées, leur Histoire commence par des fables.

Un ancien Tanjou des Huns avoit deux filles d'une si
Liziki bio grande beauté qu'il ne pouvoit croire que le Ciel les

eut fait naître pour les marier à des hommes ordinai-
res. Il s'imaginoit qu'il n'y avoit qu'un Dieu qui put de-
venir leur époux. Dans cette pensée , & pour les consa-
crer au ciel, il fit construire dans un pays qui étoit si-
tué au nord de ses Etats une tour élevée , où les deux
Princesses, victimes de leur beauté , furent enfermés très-
étroitement. Le père pria le ciel de venir s'unir à elles.
Les Tartares paroissent avoir une haute idée des loups,
Cet animal est souvent le sujet de leurs fables ; nous en
avons déja rapporté quelques exemples, c'est encore ici un
loup qui devient le pere & le fondateur de la nouvelle na-
tion. Un vieux loup rodoit nuit & jour autour de la pri-
fon des Princesses Tartares , il observoit cette tour en fai-
sant des heurlemens épouvantables ; enfin il établit sa ta-
niere au pied. La plus jeune persuadée que ce loup, qui
examinoit depuis si long-tems la tour , ne pouvoit être que
la divinité à laquelle fon pere l'avoit consacrée , encou-
ragea

fa fæeur à descendre avec elle. Telle est l'origine
fabuleuse de cette nation , qui traine , à ce que l'on pré-
tend, sa voix & imite en chantant les heurlemens des loups.
Elle se multiplia dans la Siberie & devint une nation
nombreuse , gouvernée pendant long-tems par plusieurs
chefs qui commandoient chacun dans leur Horde.

Les Hoei-ké vivoient sous des tentes comme tous les autres Tartares dans les campagnes avec de nombreux troupeaux, ils se nourrissoient de laitage & de la chair des animaux ; mais leurs tentes & leurs chariots étoient posés sur des roues beaucoup plus hautes que celle des autres Tartares, ce qui leur a fait donner , par les Chinois, le nom de Kao-tché, c'est-à-dire chariots élevés. Ils ont encore porté les noms de Hoei - hou & de Tche-le; de ce dernier on a fait pat corruption celui de Tie-le.

Tous ces Kao-tche , après s'être multipliés, descendirent vers le midi , & fe cantonnerent dans les environs d'un lac nommé Lou-hoen-hai, d'où ils firent des courses fur les terres des Tartares Geou - gen & dans l'Empire que les. Tartares Topa avoient_fondé sur les frontieres Septentrionales de la Chine. Tao-vou-ti Empereur des Topa, passa le fleuve Jo-choui, qui fe rend dans le lac Sopou-nor, s'approcha de l'habitation des Kao-tche, battit ces peuples, ; remporta une seconde victoire à la montagne Lang-chan, pisla toutes leurs Hordes, fit plus de cinquante mille prisonnniers, leur enleva un million de bestiaux & deux cents mille chariots.

Dans la fuite Tai-vou - ti Empereur de la même Dy- l'an 429. nastie, après avoir battu les Tartares Geou-gen,envoya des Kam mo. troupes contre plusieurs bandes des Kao-tche qui campoient du côté de l'orient & força un grand nombre de ces familles à se soumettre il les fit venir au midi du desert & les plaça dans le nord de la Chine , depuis Yumpim-fou dans le Petcheli jusqu'au nord d'Yen-gan-fou dans le Chensi, elles y occupoient une espace de trois mille li; il leur donna des officiers pour les gouverner & les contenir dans le devoir & la soumission. Ces familles s'appliquerent à cultiver les terres , & à nourrir des troupeaux. Leur séjour sur ces frontières jetta un grand nombre de bestiaux chez les Chinois. Dans la suite on voulut transporter plus loin quelques-unes de ces familles ; elles prirent alors les armes & se révolterent contre les Empereurs Topa, qui furent obligés de faire marcher contre elles des troupes. Ces Tartares Topa vainqueurs des Kao-tche étoient alors très-puissans & leur nom étoit respecté jusques dans la Siberie dont ils étoient originaires ; ils l'avoient quittée depuis long-tems pour venir s'établir à la Chine où ils regnoient sous le nom de Goei. Malgré leur éloignement ils ne laissoient pas d'avoir des liaisons avec les habitans de ces pays qui leur envoyoient des Ambassadeurs. Les tom- Kam-mo. beaux de leurs ancêtres y subsistoient encore, ils y en. Ven-hienvoyoient faire des sacrifices , & depuis qu'ils s'étoient policés chez les Chinois , ils y avoient fait grayer des inscriptions.

A ij

L'an 443.

tum-kas,

« AnteriorContinuar »