Imágenes de páginas
PDF
EPUB

de mettre sur le thrône Ki-yuen , frere du Roi qui venoit d'être tué. Quelques-uns conseillerent de donner la Cou- Après J. Co ronne à un autre Prince nommé Ki - ven qui étoit depuis long-tems chez les Kitans, mais Vou-goei qui avoit toute l'autorité en main les fit décider en faveur de Ki

-yuen. Ki gneng n'avoit regné que soixante jours.

Ki-yuen fut à peine proclamé Roi, que les Song en- Ki-gucni trerent dans ses Etats & pénétrerent jusqu'à la riviere Tong-ko-ho. Ils y tuerent trois mille hommes , & s'avancerent jusqu'au pied des murailles de Tai-yuen , dont ils brûlerent une porte, Le Roi des Han fit aussi - tôt sçavoir cette nouvelle aux Kitans, & leur demanda du secours. Pendant ce tems l'Empereur des Song avoit fait sommer Ki-yuen de se rendre,lui offrant des titres considérables dans l'Empire , Vou - goei gagné par les promesses de l'Empereur engageoit le Roi des Han à reconnoître ce Monarque ; les Kitans ne laissoient pas de s'avancer: aussi - tôt que les Song apprirent cette nouvelle ils se retirerent & les Han allerent piller Tcin-tcheou & Kiang-tcheou. Il y eut pendant cette guerre quelques divisions à la Cour des Han. La Reine veuve de Lieou-tçong reprimendoit continuellement Kia-chi, femme de Ki-yuen : dans la suite cette Princesse tomba malade & mourut. Ki-yuen soupçonna la Reine de l'avoir fait mourir. Sur ce soupçon , il la fit assassiner dans le tems qu'elle étoit à pleurer auprès du cercueil de son mari ; plusieurs autres personnes furent enveloppées dans la ruine.

L'Empereur des Sum se préparoit à faire une nouvelle L'an 969. irruption dans le Royaume des Han, il vouloit aller en personne assiéger Tai-yuen. Il envoya d'abord le Général Li-ki-hiun,ensuite il sortit lui-même de Kai-fong-fou,& vint camper devant Tai-yuen. Il fit construire une muraille qui environnoit cette place, garder toutes les avenues, élever des digues dans les deux rivieres de Fuen-choui & de Tçin-choui pour inonder la ville. Vou-goei qui exhortoit le Roi des Han à se rendre , vouloit se tuer lui-même dans le dessein

d'exciter le peuple à la révolte ; mais on l'en empicha. L'Empereur ayant appris que les Kitans venoient au

secours de la place , envoya au-devant d'eux des troupes; Après J. C. Ki-yuen.

on les rencontra proche Yam-kio où on les battit. Dans ce
premier combat on leur tua mille hommes. Un autre Gé-
néral dans une autre action prit trente-huit de leurs chefs
que
l'on fit conduire devant les murailles de Tai-yuen,

afin de faire voir aux assiégés qu'ils n'avoient plus de secours à attendre. Les Gouverneurs de Hien- tcheou & de Lantcheou se rendirent aux Song. Cependant la garnison de Tai-yuen se défendoit avec beaucoup de courage ,

courage , quoique les habitans demandassent à grands cris que l'on se rendit , malgré que les Kitans envoyoient de nouveaux secours. Les Song monterent à l'assaut , & furent repoussés. Ensuite les pluyes firent perir un grand nombre de leurs soldats , ce qui obligea l'Empereur de lever le siége , & de disperser ses troupes dans les places fortes qui étoient dans le voisinage. On transporta dans le Chantong & dans le Honan environ dix mille familles des sujets des Han qui s'étoient soumises. Pendant le siége, la riviere de Fuenchoui avoit abbattu du côté du midi une partie des murailles. Vou-goei qui avoit toujours dessein de passer chez les Song, avoit demandé la permission d'aller les attaquer. Le Roi у avoit consenti , & lui avoit donné mille hommes d'élite ; mais à peine fut-il arrivé à l'entrée d'un pont, que l'on s'apperçut de fon dessein , on le fit arrêter, & le Roi de Han , pour donner un exemple, le fit condamner à mort.

Pendant ce tems - là les Kitans entrerent de leur côté 'L'an 970.

dans l'Empire des Song à la tête de soixante mille hommes, & vinrent ravager les environs de Tim-tcheou , les Song les chasserent, & firent sur eux un butin considérable. L'Empereur ceffa pour un tems de faire la guerre aux Han,& cette oisiveté devint dangereuse au Roi de Han , qui

se défit de quelques officiers qu'il auroit dû conserver. Cette L'an 973. conduite indisposa contre lui les autres. Il fut aulli sur le point de se brouiller avec lesKitans.Ceux-ci fatigués de la

guerre, chercherent à faire la paix avec les Song , & firent sçavoir aux Han qu'ils n'avoient plus de secours à espérer de leur part. Le Roi des Han fut si irrité, qu'il vouloit aller aussi

tôt

tôt attaquer les Kitans ; mais les plus sages de ses Miniftres l'arrêterent. L'Empereur des Song pour profiter de la Après.co mésintelligence qui étoit prête à se mettre entre les deux L'an 975. Nations, leva une grande armée qu'il partagea en cinq L'an 975. corps , tous s'avancerent dans le pays des Han , & prirent Hin-tcheou, Tai- tcheou, Fuen-tcheou , Tsin.tcheou, Leao - tcheou & Che-tcheou & défirent les Han proche Tai-yuen. Dans cette détresse le Roi des Han eut recours aux Kitans , qui lui envoyerent des

troupes. Dans cet intervalle l'Empereur des Song vint à mourir , Tai-tcong lui succéda. Ce Prince après avoir reglé les affaires de l'Empire , se disposa à marcher contre les Han. Les Kitans s'avançoient pour les secourir mais ils ren- L'an 979: contrerent l'armée Impériale qui les défit. Les Song allerent aussi - tôt attaquer Tai-yuen. L'Empereur y vint en personne. Quand il vit le grand nombre de ceux qui périsoient dans ce siége, il voulut engager Ki - yuen å se rendre. Toute la ville étant en trouble, & les Oficiers parlant eux - mêmes de se soumettre , Ki-yuen fit faire des propositions à l'Empereur , & le lendemain à la tête de fes Officiers , il vint fe remettre entre les mains des Song, & demanda grace à l'Empereur: on lui donna quelques titres , & tout son pays fut réuni à l'Empire. On détruisit les fortifications de Tai - yuen, on transporta une partie de ses habitans dans les villes voisines , & les Turcs Cha-to furent entierement chassés de la Chine.

Les Kitans se conserverent pendant quelque tems dans le nord, ensuite après en avoir été chassés par

les Tartares de Niu-tche , å l'exemple des autres nations Tartares, ils passerent du côté de l'occident, où ils formerent un nouvel Empire vers Kaschgar (a). D'autres bandes pénétrerent jusques dans les montagnes de la Georgie, où elles ont subsisté jusqu'à présent sous le nom de Khaita

Cap. Gar& de Cara-khaita. Les Russes les nomment Chaitaki & ber? Cara-khaitaki. Le pays de Khaita est situé proche la mer Major

,

Erepkin. (*) Voyez les Tables, Tome II.

Après J. C. Cafpienne à l'oueft, & s'étend depuis Uthæmisch juf

qu'aux frontieres de Schirouan , c'est-à-dire jusqu'à la
petite riviere de Dalbach. Tout ce pays qui s'étend vers
l'occident est grand , beau & fertile ; il produit toutes
sortes de grains & de légumes. Il y a de beaux villa-
ges, entre lesquels sont Baschlo & Medschilis , l'un &
l'autre, résidence ordinaire de l'Usmei ou du Prince des
Khaita.

Les Cara-khaita , c'est-à-dire les Chaita noirs ainsi nom-
més à cause de la stérilité du pays qu'ils habitoient dans
le tems qu'ils demeuroient dans Kaschgar sont à l'occi-
dent des Khaita ; ils ont au couchant les peuples appellés
Koumouki, au nord le territoire de Kubeschah & au mi-
di celui de Tabasseran. Ils ont plusieurs beaux villages
dont le plus grand est nommé Cara-gurasch.

Ces deux Nations en général, originairement la même ont à peu de chose près les mêmes mæurs & les mêmes usages. Leur langue différe de celles des autres peuples voisins, & paroît avoir quelque affinité avec la langue des Calmoucs. Aujourd'hui les Khaita & Carakhaita sont Mahometans. Leur chef porte le titre d'Usmei & il est le plus puissant Prince de ces Contrées après le Schamkal. Le territoire de Kubeschah , les Akuschinzi & une partie des Taulinzi dépendent de lui ; mais il est soumis lui-même aux Russes depuis l'an 1725. Tous ces Peuples cultivent la terre & nourrissent de grands troupeaux, ils sont fort attachés à leur Prince: ils y sont engagés par une coutume assez finguliére qu'ils observent à la naissance des enfants de l'Usmei : on porte cet enfant dans tous les villages de la Nation, & toutes les femmes l'allaitent l'une après l'autre , &

& on ne le ramenne à la maison paternelle que quand il est en âge d'être seyré. En conséquence tous les habitans qui se regardent comme parens de ce jeune Prince facrifient pour lui leurs biens & leurs vies ; tel est l'état actuel des Kitans. On doit conclure de-là que la Chine & la Tartarie ont causé de grandes revolutions dans le monde. La plûpart des Peuples Tartares qui étoient de

[ocr errors]

Après J. C.

venus puissans se sont maintenus d'abord au nord de la
Chine , ensuite lorsque les Chinois ont été assez forts pour
les chasser , tous ces Tartares se sont jettés en foule du
côté de l'occident. L'Empire Romain a succombé sous le
grand nombre de ces Barbares, la Perse leur a été soumise
pendant quelque tems , & l’Empire des Arabes va passer
Tous leur domination. Ces Tartares semblables aux flots de
la mer se refoulent continuellement les uns sur les autres.

[ocr errors][ocr errors]
« AnteriorContinuar »