Imágenes de páginas
PDF
EPUB

L'an logo.

se précipitoient dans le feu. Ibrahim Inal fit un butin con Après J. C. 1 gul : sidérable & se prépara ensuite à aller chercher l'armée des begh.

Grecs.

Elle étoit sortie de ses retranchemens, Liparites y étoit arrivé avec les troupes de l'Iberie;& elle campoit alors dans la plaine au pied d'une colline, fur laquelle étoit bâti le château de Capetrum. Comme les Turcs étoient dispersés fans ordre dans ces campagnes ,

Catacalon vouloit que l'on profitât de leur securité pour les attaquer ; mais Liparites qui regardoit le jour du fabbat (a) comme comme un jour malheureux, refusa de combattre. Les Turcs eurent le tems de se rallier, & même de prévenir l'ennemi ; on se mit en ordre de bataille de part & d'autre : Catacalon commandoit l'aîle droite des Grecs , Aaron la gauche & Liparites le centre. Ibrahim Inal étoit opposé à Catacalon , Khorasanites (6) å Aaron & Aspam - selar frere d'Ibrahim Inal à Liparites. Le combat commença au coucher du soleil & ne finit qu'au point du jour. Les Turcs furent battus: mais Liparites fut fait prisonnier & l'on ne s'en apperçut qu'après la déroute d'Ibrahim

Inal. La prise du Général Grec fit perdre à l'armée de l'Empereur tout le fruit de fa vi&oire. Aaron se retira à Iban capitale du pays de Baasparacan; Catacalon à Any pendant qu'Ibrahim se rendit en: cinq jours à Rei avec fon prisonnier, d'où il fit sçavoir cette nouvelle à Thogrul-begh.

L'Empereur de Conftantinople, informé de la prise de Liparites, envoya Georges Drosus vers Thogrulbegh pour traiter de sa rançon : le Prince Turc n'en voulut point recevoir & rendit généreusement la liberté à son prisonnier, l'exhortant seulement de ne plus porter les armes contre lui ; ensuite dans le dessein de faire la paix avec l'Empereur, il fit partir pour Conftantinople un ambassadeur qui avoit la qualité de Scherif(c); mais les prétentions de Thogrul

ܪ.

(1) Ge jour étoit le 18 Septembre in- (c) Cedrene dit que cette dignité est à di&tion 2.

l'égard du Khalif ce que celle de Syncelle (6) Ces noms sont défigurés , je ne les est à l'égard du Patriarche de Constantiai point rencontrés dans les écrivains nople & qu'il est son fucceffeur. Arabes.

L'an 105

begh étoient exhorbitantes. Il vouloit que les Grecs lui

Après J.C. payassent un tribut.Constantin-Monomaque préféra la guerre Thogrut& se prépara à la foutenir. Thogrul-begh de son côté raf- begh. sembla toutes les troupes de la Perse & de l'Eraque. ConAtantin joignit aux fiennes quinze mille Patzinaces qui étoient commandés par des chefs de leur Nation. Conftantin Adrobalanus fut chargé de les conduire par mer dans l'Iberie. Mais ces barbares ne furent pas plûtót débarqués & arrivés à Malathie qu'ils se revolterent & abandonnerent le service des Grecs. Thogrul-begh avec toutes ses forces étoit entré sur les terres de l'Empire & il avoit déja pénétré jusqu'à Comium, sans avoir rien fait de considérable, parce que les habitans du pays s'étoient renfermés de très-bonne heure avec des provisions dans des châteaux qui sont en grand nombre dans l'Iberie. N'osant s'avancer plus loin à cause que

les Grecs s'assembloient à Cefarée, il entra dans le pays de Baasparacan où il n'eut aucun succès , tout étant trop bien fortifié. Il se présenta deyant Malazkurt (a). Cette ville située dans une grande pleine étoit ceinte d'une triple muraile & ses habitans avoient toutes les provisions nécessaires pour soutenir un long siége. Basile qui y commandoit, repoussa pendant trente jours les assauts de Thogrul-begh & celui-ci se dif posoit déja à lever le fiége , lorsqu'Alcan chef des troupes du Kharisme le pria de rester encore un jour. Ce Capitaine forma deux corps , l'un qu'il plaça sur une éminence d'où l'on pouvoit tirer sur les assiégés, l'autre qu'il destina à s'approcher des murailles avec des machines nécessaires pour

les battre & les détruire. Ses foldats étoient à l'abri d'une espéce de tentes faites d'osier, sur lesquels les on étendoit des peaux & ces tentes étoient posées sur des roues ; mais Basile qui faisoit jetter du haut des murailles de gros rochers & des poutres, outre les Aéches qu'on lançoit, écrasa toute la troupe d’Alcan qui fut fait prisonnier lui

(*) Cedrene nomme cette ville Mentzikiert.

.

même par deux braves qui le traînerent dans la ville, ou

C.
Thogrul“. Basile lui fit couper la tête qu'il jetta ensuite aux Túrcs.
begh. Cette perte obligea Thogrul-begh de lever le liège, resolu
L'an 105o. cependant de revenir au printems prochain ; mais la crain-

te que les Grecs eurent que les Turcs ne reparussent, obli-
gerent l'Empereur de Constantinople d'envoyer dans ce
pays de nouvelles troupes commandées par l'Eunuque Ni-
cephore. Elles s'avancerent jusqu'à un endroit nommé les
Ponts de fer , & à Cantzacium ; elles n'oferent attaquer les
Turcs qui avoient à leur tête Abou-malik, frere de Cou-
toulmisch. Ce Turc soumit quelques rebelles, entr'autres
Ablesphare qui avoit le gouvernement des pays voisins de
l'Araxes.

Pendant ce tems-là Togrul-beg avoit marchévers Ispahan
fa), capitale de la Perse, qui étoit encore entre les mains
d'Abou-mansour-ala-eddoulet, fils de Cakouiah. Il battit ce

Sulthan des Bouides , & s'empara (6) d'Ispahan , dont il fit sa
L'aa jost. capitale. Il avoit toujours différé de se rendre aux instances

du Khalif qui le sollicitoit de venir à Bagdad. Il paroît qu'il
avoit dessein de soumettre auparavant tous les

pays voisins,
afin qu'en arrivant dans cette ville, où la plâpart des
Rois Musulmans se rendoient, il n'y en trouvât pas d'assez
puissans pour y former un parti contre lui. Il se détermina
enfin, à la vûe des troubles dont toute l'Eraque étoit remplie
(c). Nefsafiri s'étoit emparé d'un grand nombre de villes,

telles que Basra & Anbar , il le disposoit même à aller prenL'an los dre Bagdad. Le Khalif Caïm-b’amr-illah ( d) pour ne point Aboulfedha

devenir entierement son esclave, réitéra ses instances aubagdadi.

près de Thogrul-begh , qui étoit alors dans les environs Novniri. Pen/chou- de Rey.. Ce Prince s'approcha de la capitale de l'Em

pire des Musulmans , & vint camper à la porte du soleil. Aboulfa

Le peuple qui étoit encore attaché au parti des Bouides, Tadge.

maîtres depuis longtems dans Bagdad , voulut s'opposer à

[ocr errors]

Kharibel

mah. Elmacin.

! (a) L'an 442 de l'Hegire.

Ca L'ambassadeur qu'il lui envoya (b) Il y entra dans le mois Mouharam étoit appellé Abon-mohammed Houbbar. de l'an 443 de l'Hegire.

allah fils de Mohammed, fils d'Houdain (9) L'an 442 de l'Hegire.

fils de Mamoun.

Aboulmat

Elmacin,

Thogrul-begh , mais il fut vaincu. Thogrul-begh entra (a) dans cette ville , & fut revêtu de toute l'autorité : on fit la Après J. €,

Thogrul priere publique en fon nom, après celui du Khalif. Il fit

begh arrêter Rahim dernier Prince de la Dynastie des Bouides Benschoss&, le retint prisonnier. Nefsafiri s'étoit retiré à Rohba, nah. d'ou il écrivit au Khalif Mostanser-billah qui regnoit en

hafen. Egypte, le reconnut pour seul Khalif , & fit faire la priere publique en son nom.

Thogrul-begh (6) resta dans Bagdad, & maria sa soeur L'an rose. Khadidgiah au Khalif; mais aussi-tôt qu'il fut informé de la Novaire

1 boulfedh* marche

que Nessasiri venoit de faire auprès du Khalif d'Egypte, il se rendit vers Moussoul & dans le Diarbekr. Quoique

Nessafiri eut avec lui Coutoulmisch & Coraïsch Roi de Moussoul, il ne pût empêcher, avec leur secours , que Thogrul-begh ne prit Moussoul après un siége de quatre mois. Ce Prince confia le gouvernement de ces pays

à fon frere Ibrahim-inal. La ville de Sandgiar qui avoit attiré sur elle la colere de Thogrul.begh fut prise ausli , & elle auroit été exposée à toutes les horreurs de la

guerre,

fi Ibrahim-inal n'eut intercedé pour elle.

Après cette victoire , Thogrul-beg reprit ($) le chemïn de Bagdad. Il s'embarqua sur le Tigre, & fé rendit

par eau à la porte de Racca où il monta à cheval , & fit fon L'an 1057. entrée dans Bagdad. Lorqu'il fut parvenu au palais du Khalif il descendit de cheval & marcha à pied accompagné des Emirs qui le précédoient fans armes. Le Khalif étoit allis derriere son voile noir , ayant sur ses épaules l'habit noir nommé Bourda , & dans sa main le batton du Prophête, En s'approchant du throne , Thogrul-begh baisa la terre & fe tine debcut pendant quelque tems , après quoi il monta vers le throne fuivi du premier Ministre du Khalif& d'un Interprête. Il s’aslit sur un autre thrône , & on lût en sa préfence l'acte par lequel le Khalif le reconnoissoit maître de tous les Etats que le Dieu Très-Haut lui avoit confiés, & gouverneur de tous les Musulmans. On le revêtit de

Bondari,
D'Herbelos

(a) Au mois Ramadhan de l'an 447 il y resta pendant environ un an & en lortit le 10 de Dzoul caada de l'an 448.

(6) L'an 448 de l'Hegire:
fo) Le Samedi 25 de Dzoulcaada l'an:

sept robes d'honneur qu'on lui mit l’une sur l'autre ; on lui Après J.C. Thogrul

donna des esclaves des sept contrées différentes qui forbegli. moient l’Empire des Khalifs ; on lui couvrit la tête d'un

voile d'étoffe d'or tout rempli de musc; ensuite on lui mit
deux couronnes , l'une pour l'Arabie , & l'autre pour la
Perse. Le Khalif lui donna une épée toute garnie d'or.
Après cette cérémonie Thogrul-begh retourna à fa place,
& voulut baiser la terre ,mais on l'empêcha , & il baisa deux
fois la main du Khalif. Caïm-b’amr-illah lui fit présent d'une
seconde épée , & il les mit toutes les deux à sa ceinture ;
c'étoit la marque de l'investiture des deux Etats, on le pro-
clama ensuite Roi de l’Orient & de l'Occident.
C'est ainsi

que

le Khalif se donnoit un maître. Depuis que l'on avoit établi anciennement un Emir-el-omara ou Lieutenant Général de l'Empire, les Khalifs étoient accoutuinés à se dépouiller eux-mêmes de toute leur autorité en faveur de cet Officier , & réduits en quelque sorte à une pension , ils se contentoient des respects que le peuple leur rendoit comme au Souverain Pontife de la Religion Musulmanne. Thogrul - begh succédoit dans cette charge aux Bouides qu'il venoit de détruire.

Cependant Nesfasiri venoit de reprendre (a) Moussoul. Il

avoit sçu mettre dans son parti Ibrahim - inal (6) en lui Kharibel promettant l’Empire & des secours pour se soutenir contre bagdadi. son parent. Thogrul-begh, que nous ne nommerons plus

.
Aboulfa* que le Sulthan, s'étoit déja rendu à Nesibin pour s'opposer
şadge aux progrès de Nefsafiri. Quand il apprit la revolte d'Ibra-
Jan 1058, him-inal qui se retiroit du côté d'Hamadan, il quitta aussi-

tôt (c) Nesibin , & le joignit proche de cette ville après sept
jours de marche. Il rassembla les troupes que les autres
Princes Seljoucides avoient , & attaqua Ibrahim - inal à
Hephtadaboulan , il le battit, & le fit étrangler avec une
corde d'arc. Coutoulmisch, qui depuis long-tems avoit pris
aussi les armes contre Thogrul-begh , étoit dans l'armée
(a) L'an 449 de l'Hegire.

[ocr errors]

Rondari. Elmacin. Cedrenus.

450. Les détails qu'ils rapportent ne peu. (6) Dherbelot fixe l'époque de la revol- vent quadrer qu'avec cette époque qui te d'Ibrahim à l'an 453 ; mais les Histo- s'accorde avec ce qu'on lit dans les Historiens qu'il a consultés font peu exacts Lous les auteurs arabes la placent à l'an (6) L'an 450 dę l'Hegire.

riens Grecs.

« AnteriorContinuar »