Imágenes de páginas
PDF
EPUB

L'an 110. Mohammed.

Soyoushi.
Aboulma-

ac

fils Malek-schah agé de onze ans , laissant auprès de lui Après J. C.

un Emir pour l'aider de ses conseils , ou plutôt pour gouverner les affaires fous ce jeune Prince. Kilidge - arslan poursuivit Dgiaouli facaou, mais il fut vaincu proche la riviere de Khabour, dans laquelle il se noya , & le vainqueur revint prendre Mouiloul, & obligea le jeune Ma

lek-schah à se retirer auprès du Sulthan Mohammed. Aboulfedha

L'intérieur de l'Empire ne jouissoit pas d'une plus granDherbelot. de tranquillité. Dans le voisinage d'Ispahan même, les Ba

theniens s'étoient rendu maitres du fort château nomibaco.

mé Schah-dour (a), que le Sulthan Mlalek-schah avoit fait
construire autrefois pour tenir en bride cette grande ville
souvent sujette à se révolter. Ahmed surnommé Ben-at-
tasch (6), un des chefs des Batheniens avoit féduit par
ses discours la garnison qui avoit embrassé les dogmes de
cette secte. Mohammed informé de cette nouvelle
courut avec une armée, & vint aliéger le château. La si-
tuation avantageuse de cette place, & la force de ses
murailles firent prendre à ce Prince la résolution de l'in-
vestir de toute's parts , sans hazarder aucune attaque ;
le défaut de provisions l'assurant en quelque façon
que cette place seroit forcée de se rendre d'elle-même.
Mais Ben - attasch qui avoit mis dans son parti le Grand
Vizir Saad-el-moulk-aoudgi, instruisit ce Vizir qu'il ne pou-
voit tenir que peu de jours. Le Vizir lui fit sçavoir que
s'il pouvoit se deffendre plus long-tenis,il se fattoit de trou-
ver le moyen de se défaire du Sulthan. En effet ce Prince
qui tomboit souvent dans de violentes maladies , causées
par une trop grande abondance de sang', avoit coutume de
se faire faigner tous les mois. C'étoit ce tems que le Vizir
avoit choili

pour
exécuter son dessein. Il

gagna avec mille pièces d'or & une veste de pourpre, celui qui devoit saigner Mohammed; celui-ci promit de se servir d'une lancette empoisonnée. Mais le complot ne fut pas tenu assez secret, un valet de chambre du Sulthan en eut connoissance & le rapporta à safemme. Celle-ci le dit à un homme qu'elle

() Dherbelot le nommc Diz-kouh', 06) C'est-à-dire fils de l'altéré. Aboulgahafen Athiaho '

[ocr errors]

/

aimoit , & de la il parvine jusqu'à Mohammed. Ce Prince fit ausli-tót appeller son Chirurgien & lui commanda de le fai- ; pres J.C. gner. Quand tout eût été préparé & que le traitre alloit ou- Mohamvrir la veine, Mohammed le regarda d'un ail si terrible med, que ce

miserable , troublé par le crime qu'il alloit comimettre & effrayé par les regards du Sulthan, laissa tomber l'inftrument , se jetta à ses pieds & avoua tout. Le Vizir fut arrêté & puni suivant la grandeur du crime, & le Chirurgien condamné à être saigné avec la lancette qu'il avoit préparée

pour lė Sulthan. Les alliégés à qui il ne restoit plus d'espérance , ayant appris la mort des Conjurés , furent partagés sur le parti qu'ils avoient à prendre. Les uns demanderent à capituler & obtinrent la permillion de se retirer dans d'autres châteaux ; les autres, à la tête desquels étoit Ben-attasch, voulurent tenir bon , en conséquence ils se deffendirent ; mais le château fut pris & rafé : on conduisit Ben-attasch à Ispahan où après avoir été exposé pendant quelque tems aux outrages de la populace , le Sulthan le fit écorcher vif & remplir de paille la

rapporte que ce Bathenien , qui prétendoit être fort versé dans l'Astrologie & la Géomancie , se trouvant pressé pendant le siège, écrivit au Sulthan que son horoscope lui annonçoit que dans peu il seroit environné au milieu d'Ispahan d'un grand nombre d'étoiles. Lorsqu'on le mena au supplice & qu'on lui rapporta sa prédiction; il répondit qu'elle étoit juste ; mais qu'il s'étoit trompé dans l'application qu'il en avoit faite en la faveur , parce qu'il avoit cru que ce grand nombre d'étoiles étoient

pour

lui rendre des honneurs & non pour l'insulter (a).

La multitude des petits princes qui étoient repandus dans les Etats du Sulthan & la trop grande autorité dont ils jouiffoient dans leurs Provinces étoient une source intaritable de divisions & de guerres qui fournissoient aux étrangers les moyens de s'établir dans cet Empire , ruinoient les Mu

peau. On

(a) Après cette guerre , d'Herbelot fait

у fit, & par conséquent une table à l'éentreprendre à Mohammed une expédi- gard de Mohammed. Il rapporte ansi tion dans Linde qui n'est qu'une repeti- plufieurs autres hitto res faulles que je tion de celle que Mahmoud leGhaznevide n'ai pas cru devoir placerici.

L'an 1107

Mohainmed.

Nov.ziri.

sulmans & obligeoient continuellement le Prince à prendre Après J.C. les armes contre ses vassaux. Le petit Roi de la ville de

Saveh nommé Aboudoulph Sarkhab (a) qui avoit eu quel-
ques
démêlés avec le Sulthan

se refugia (6) en Syrie auprès Aboulfedha

de Séif-eddoulet Sadaca (c) Emir des Arabes dans Hella. Elmacin. Mohammed l'ayant fait redemander à Séif- eddoulet qui

ne voulut point le rendre , se transporta ausli - tôt en Syrie & deffit l’Emir. Quoique Séif-eddoulet se fût deffendu avec beaucoup de courage , il perdit trois mille hommes, resta mort (d) sur le champ de bataille , & sa téte fut portée au Sulthan.

Mais un évenement plus important acheva de ruiner les affaires des Seljoucides dans la Syrie. Cette Province étoit alors remplie de troupes étrangeres, les Francs s'étoient emparés de Jerusalem où ils avoient formé un Royaume fort puissant , aux dépens des Khalifs Phathimites & des Princes qui regnoient dans les contrées voisines, sous lautorité des Seljoucides. Les Phathimites opposés aux Khalifs de Bagdad furent abandonnés par tous les autres Mahometang, que la différence de sentimens dans la Religion avoit rendu leurs ennemis ; & c'est probablement cette haine qui regnoit entre les deux partis qui fut cause qu'on ne se réunit point pour chasser les ennemis étrangers. Les autres petits Princes de la Syrie, vassaux de Mohammed, n'étoient point assez puissans pour résister aux armées innombrables des Croisés. Le Khalif n'avoit aucune autorité dans Bagdad, & il paroît que le Sulthan trop

attaché à la Perse négligeoit entiérement les affaires de la Syrie. Il est certain cependant que si les Seljoucides avoient fait quelques efforts , s'ils avoient rassemblé toutes les troupes de la Perse, du Khorasan & du Marouarennahar, fi le fameux Sulthan Sandgiar, le heros du Musulmanisme, & Mohammed eussent conduit eux - mêmes ces troupes dans la Palestinė , jamais les Francs n'y auroient fait d'é

(*) Fils de Kai-khosroů.
(b) L'an soi de l'Hegire.

(c) Fils de Mansour, fils de Dobais
l'Asadite.

(d) Dans le mois Redgeb. de l'an sot il étoit âgé de 59 ans, avoit regne 21 an.

im- Aboulfedha

tablissemens. Baudoin premier étoit alors Roi de Jerulalem, il avoit pris (a) aux Phathimites , Ptolemaïs autrement Après J. C, Akka , place considérable dans la Syrie. Les Francs te- Mohamnoient alliegée depuis longtems (6) Tripoli qui étoit gouver- med. née alors par un Emir nommé Phakhr-el-moulk, fils d'Ammar, dépendant du Khalif de l'Egypte & ils avoient remporté une grande victoire sur les Musulmans. Baudoin II devenu Roi continua le fiège & il étoit près de se rendre Novairi. maître de la ville. Phakhrelmoulk vint à Bagdad pour plorer le secours du Khalif & de Mohammed qui y étoit Sanute. alors ; mais il n'y reçut que des honneurs & quelques pré- de Tyr. sens peu utiles dans la situation présente de ses affaires. Il se retira à Damas chez Thoghteghin , & la ville fut prise quelque tems après (c).

Le Sulthan Mohammed qui devoit donner des secours à à la Syrie où les Croisés faisoient de grands progrès (d), y

L'an 1108.

Aboulfedha envoyoit au contraire des troupes contre les Musulmans; Elmacin. il vouloit fe deffaire de tous ces Emirs , ses vassaux , qui étoient alors très - puissans ; il y réussit , mais au desavantage des Musulmans , les Francs faisant toujours de nouveaux progrès. Son Général Maudoud (e) se rendit avec une armée devant Moussoul qui appartenoit à Dgiaouli - sacaou & la ville fut surprise. Dgiaouli qui ne s'attendoit pas à une attaque si imprévue l'avoit abandonnée pour se retirer à Rohba ; de-là il passa ensuite à Ispahan où il se reconcilia avec Mohammed. Ce Prince n'étoit pas plus Soyouthi. attentif à conserver ses pays de Perse, les Batheniens y formoient toujours de nouvelles entreprises, ils avoient trouvé le moyen d'entrer furtivement dans Schiraz & s’étoient emparés de la ville & du château.

Après la prise de Tripoli les Francs s'étoient rendu l'an itu!. naîtres de Berout ou Berite, de Dgiobail, de Belinas , Elmacin.

Aboulfedha de Seïd ou Sydon (f). Ces succès reveillerent enfin Nevairi

. Mohammed : il envoya (g) dans la Syrie une grande armée de Tyr.

Guillaume (a) L'an 497 de l'Hegire & de J. C.

(d) L'an sou de l'Hegire. (6) L'an 494 de l'Hegire & de J. C. (e) Fils d'Alcouschgkin ou selon d'au

tres Altoun-taksch. (c) L'an sozle i de Dzoulhedgeh. Le (f) l'an sos de l'Hegire.

Maimbour' fixe mal - à - propos certe (8) L'an 504 dans le mois Rabi-el-aoual rise à l'an 11os, elle a dû arriver dans

l'été de l'an 1110.

103.

100.

[ocr errors]

de J. C. 1110.

Mohain med.

L'an i11.

ge.

dont il donna le commandement à Maudoud qu'il avoit fair Aprês J.C.

peu de tems auparavant Roi de Moussoul. Ces troupes vinrent faire inutilement le siége de Roha , autrement Edesle. Obligées de décamper, elles voulurent se retirer auprès d'Alep comme dans un azyle où elles ne seroient point inquiettées par les Francs; mais les divisions qui regnoient parmi les Musulmans acheverent de disliper ces troupes : Alep appartenoit à Redouan fils de Toutousch, autre Frince Seljoucide. Il leur en fit fermer les portes & refusa de marcher avec elles. Elles tournerent alors du côté de Mara où elles se separerent sans avoir remporté aucun avantage sur les Chrétiens , que cette mésintelligence des Princes

Musulmans faisoit subsister dans la Syrie. Maudoud après Aboulfarad

avoir rassemblé une seconde fois ses armées, revint (a) dans les environs de Roha & de Saroudge où il fit le dégát; mais ne se tenant point assez sur ses gardes il fut deffait par Joscelin Comte de Roha , qui residoit alors à Tell-l as

cher. Tous ses bagages furent pillés. Il eut la revanche L'an 1113. l'année suivante (b). Il battir les Francs proche de Tibe

riade , & le retira ensuite à Damas pour y passer l'hiver
chez Thoghteghin qui en étoit le Roi ; mais dans le tems
qu'il faisoit sa priere dans une mosquée, il fut tué
Bathenien.
L'histoire ne nous apprend rien de plus du regne

du Aboulfedha Sulthan Mohammed, qui ne fut célébre que pendant que

ce Prince eut à combattre son frere Barkiaroc. Il fit un (c) voyage à Bagdad où Thoghteghin Roi de Damas se rendit en même-tems & fit fa paix avec lui

avec lui , ce qui seryit à confirmer ce dernier dans la poffeífion de Damas. De-là Mohammed alla prendre Moussoul dans laquelle après la

mort de Maudoud, Ac-fancar-el- bourski s'étoit établi ; 1 L'an ili

la donra à l’Emir Dgiousch begh , & Ac-lancar fut reduità

n'avoir plus que la seule ville de Rolba. Quelque ters Abouifedhal après, le Sulthan étant tombé (d) dangereusement malade

par ur

L'an ius.

Novairi,

(a) ''an co6 de l'Hegire.
(6) 'an so de l’Hegire.
Ic: L’an soy de l'Hegire.
(d) Dans le mois de Schaban il mou-

rut le 24 de Dzoulhedgeh de l an sio, il éroi: né le 8 de Schaban de l'an 447 ( l'Hegire , de J. C.1055,

« AnteriorContinuar »