Imágenes de páginas
PDF
EPUB

Malou

Kam mo,
Aboulfedha

Mostarsched, lorsqu'il fut tué par les Batheniens. Ce Sul-
Après J.C.
Sandgiar. than faisoit alors la guerre dans le Maouarennahar. La

yille de Samarcande avoit profité de la maladie de son Gou-
verneur pour le revolter. Sandgiar assiégea cette place
pendant lix mois , & la força de le rendre à composition.
Il pardonna aux habitans & donna le gouvernement de
leur ville au fils de celui que la maladie empêchoit d'agir.
Mais il trouva dans ces contrées des ennemis beaucoup
plus formidables. Les Khitans, peuples originaires des pays

qui sont au nord de la Corée , & qui avoient été cháslés Lie-tai-kie par les Tartares de Niutche, étoient venus s'établir (a)

aux environs de Khaschgar & d’Aksou. Les Sulthans de

Kharisme qui commençoient à devenir puissans dans le
Dherbelos. Maouarennahar, se trouvant continuellement arrêtés dans

leurs conquêtes par les armées de Sandgiar , inviterent
les Khitans à entrer dans le Maouarennahar. Sandgiar vou-
Jut garantir (6) cette province des incursions de ces Bar-
bares & marcha contre eux ; mais toute son armée fut
taillée en piéces,ses bagages furent pillés ; & son Serail, dans
lequel se trouvoit la Sulthane Tarkhan - khatoun , tomba
entre les mains des ennemis. Sandgiar qui étoit environné
de tous côtés, choisit trois cens des plus braves de son ar-
mée, & résolut de passer au milieu des Khitans pour

fe
rendre à Termed , où il arriva avec quinze ou seize ca-
valiers. Il y ramassa les debris de son armée avec lesquels
il repassa le Gihon, & revint dans le Khorasan. Ce Prince
jusqu'alors invincible , fut d'autant plus inconsolable de
cette défaite , que ses sujets n'eurent plus une fi grande
idée de son courage & de la force de ses armes. C'est pour
le consoler de cette perte que Pherideddin-el - kateb (6)
lui adressa ces vers : » Grand Roi, votre lance jusqu'ici a
u redressé un monde entier, & votre épée vous a vengé pen-

dant quarante ans de tous vos ennemis. Si vous éprouvez aujourd'hui quelques revers, considerez qu'il vient de la ► part du Ciel, & consolez-vous en faisant reflexion qu'il

L'an 1141

[ocr errors]
[ocr errors]

(a) On verra plus au long dans l'histoise des Sulthans de Kharifme l'originç de ces Khitans.

(b) ''an 536 de l'Hegire.
6) C'étoit un poète de ce tems,

L'an 1143.1

L'an 1152.

» n'y a que Dieu seul qui subsiste toujours dans le même

état <. Quelque tems après , Sandgiar alla (a) venger fur Spresia ca le Sulthan de Kharisme l'affront qu'il venoit de recevoir, Masoud. & le força de s'avouer son sujet.

La déroute de Sandgiar n'avoit rien changé aux affaires de l’Eraque. Masoud y regnoit paisiblement sous son autorité avec le Khalif. Il fit la paix avec le Roi de Mouf- Aboulfedha soul Emadeddin-zenghi qui s'étoit déclaré autrefois con- D'Herbelos.

sboulfa tre lui. Daoud son neveu qui lui avoit disputé le thrône

fadge. fut tué

par des gens inconnus. Aly fils de Dobaïs qu'il vou- Novairi. loit enfermer dans le château de Tecrit (b), s'échappa Benschotos d'entre ses mains & se retira à Hella. Masoud paisible nah. possesseur de l'Eraque & des autres provinces que

Sand. Benelathir, giar lui avoit abandonnées , resta dans Hamadan sa capitale jusqu'à sa mort (c). Il aimoit extrémement les gens pieux & savans , & faisoit de si grandes libéralités

que

ses thrésors en étoient épuisés. Avec lui finissent la grandeur & la puissance des Seljoucides dans l'Eraque. Lorsque le bruit de la mort fut parvenu à Bagdad , Masoud-belal son Intendant dans cette ville se retira à Tecrit , le Khalif Moctafi s'empara du palais des Sulthans, fit retrancher leur nom dans les prieres publiques , & reprit toute son ancienne autorité. Malek-schah neveu de Masoud lui avoit fuccédé à Hamadan ; mais un Turkoman nommé Khaflbegh, autrefois esclave de Masoud, qui s'étoit rendu maître de l'Empire, il fit enfermer Malek-schah , & manda Mohammed autre neveu de Masoud , qui étoit alors dans le Khouzistan & lui déféra le titre de Sulthan. Son dessein étoit de l'arrêter & de se faire proclamer lui-même ; mais Moham Mohammed ne fut pas plâtôt arrivé qu'il le prévint & le med. fit mourir avec Zenghi-el-djondar. Le corps de Khafl-begh resta exposé sur la place & fut mangé par les chiens.

La puissance des Seljoucides se trouva encore plus ébranlée L'an 1153. dnas les provinces orientales.Sandgiar après avoir vaincu le D'Herbelot, Sulthan de Kharisme avoit tourné ses armes contre les Ghou

(a) L'an 538 de L'Hegire.
(b) L'an S40 de l'Hegire.
(c) Lc i de Redgeb de l'an 5 47 yil étoit

né l'an soz de l'Hegire dans le mois
Dzoulcaada l'an de J.-C. 1109,

Moliam

nah.

rides. Houssain-gehan-souz qui regnoit alors étoit entré (c) Après J. c. Sandgiar.

dans le Khorasan pour s'en rendre maître. Sandgiar l'a

voit battu & l'avoit fait prisonnier avec son général Alymed,

tcheteri. Il avoit renvoyé Houssaïn avec le simple titre de Gouverneur du pays de Ghour, mais Aly-tcheteri , né su

jer de Sandgiar avoit été mis à mort. Quelques années Cantant. Porphyr. après cette conquête, Sandgiar (b) entreprit de réduire les Aboulfedha Turkomans appellés Gozz. Ces peuples, qui chez les HifBen schox

toriens Grecs du bas Empire portent le nom de Uzes, étoient répandus anciennement dans tous les pays qui sont au nord de la mer Caspienne que l'on appelle Captchaq ou Cumania,

le pays des Comans,& comme ils étoient originairement Turcs, on les a nommés dans la suite Turckoman ou. Turkomans. Une partie de ces Uzes s'avança jusques dans l’Europe. Une autre s'étoit retirée dans le Maouarennahar à l'orient de la mer Caspienne. L'arrivée & l'établissement des Khitans à Kaschgar obligea les Uzes pour se mettre à l'abri de leurs courses , de se refugier dans le Khorasan. Ils resterent pendant quelques tems aux environs de Balkh , ils y étoient encore quand l’Emir Camadge obtint cette ville du Sulthan. Cet Emir voulut chaffer les Uzes & se mit à la tête de dix mille hommes ; les principaux de cette Nation lui offrirent alors deux cens piéces d'argent par chaque famille , ,à condition qu'il les Jaisseroit tranquilles dans leurs pâturages. Mais Cammadge qui ne youlut écouter aucune proposition se disposa a les attaquer. Les Uzes se rassemblerent & l'attendirent , il leur livra bataille , & fut vaincu , les ennemis se répandirent dans tous les pays voisins , où ils firent beaucoup de défordres, violerent les femmes , égorgerent les enfants & les gens de Loi , & détruisirent les Collèges. Çammadge se fauva auprès de Sandgiar, qu'il instruist de l'irruption des Uzes. Aussi-tôt le Sulthan marcha vers Balkh avec une armée de cent mille hommes. Les Uzes voulurent s'excuser , & offrirent de grandes sommes d'argent ; Sandgiar s'avança toujours & en vint aux mains avec eux ; mais

il ( ) L'an 544 de -l'Hegire. 1149 de J.C. (1) L'an 548 de l'Hgire,

L'an 1153

med.

il fut battu & fait prisonnier ; Cammadge fut tué avec

Apres J.C. une grande partie de l'armée.

Après cette grande action , tous les Emirs Uzes s’assem- Mohamblerent & vinrent se profterner aux pieds du Sulthan ,

Sandgiar. baiserent la terre en fa présence , & dirent qu'ils étoient fes esclaves; mais ils le retinrent toujours prisonnier. Quelques-uns rapportent même qu'ils l'enfermerent pendant la nuit dans une cage de fer. Ils vinrent avec lui jusqu'à Merou sa capitale. Bakhtiar un de leurs premiers Emirs demanda cette ville pour lui. Sandgiar répondit qu'il ne pouvoit lui donner une place qui étoit le lieu de la résidence ordinaire. Les Uzes se mocquerent de cette réponse , n'eurent plus pour lui le même respect qu'ils avoient auparavant , & lui reglerent jusqu'à son manger. Sandgiar se retira dans un convent de Sophis à Merou , pendant que les Uzes se répandirent dans le pays. Ils ravagerent tout le Khorasan & prirent Nisabour ; il n'y eut qu'Herat & Dahstan que leurs fortifications mirent à couvert de toute insulte. Les restes de l'armée de Sandgiar après sa défaite s'étoient rassemblés auprès d'un Emir nommě Aibeh, qui prit dans cette occasion le titre de Mouïad ; il chassa dans la suite (a) les Uzes de Nisabour, de Thous, de Nisa, d'Abiourd, de Scheheristan & de Damegan. Un autre Général de Sandgiar appellé Enbanedge leur enleva Rei.

Pendant que Sandgiar gémissoit dans la captivité , & que ses Etats étoient ravagés par les Uzes , le Sulthan D'Herbelos. Mohammed dépouillé de toute l'autorité dont ses ancêtres avoient joui dans Bagdad, avoit beaucoup de peine à se maintenir dans Hamadan sur le thrône qu'il venoit d'enlever à son frere Malek - fchah. La mort de Khaffbegh avoit excité un grand nombre d'Emirs à se révolter contre le Prince. L'Atabek Il - dighiz & Ac-lancar Seigneur de Maraga eurent assez d'autorité pour le déposer & mettre à sa place son oncle Soliman - schah ( 6). "Mohammed jeune & sans expérience, quitta promptement

(a) L'an sso de l'Heg.de J.C.11SS. (b) Fils de Mohammed, fils du grand Malekschah. Toine II.

Kk

Mohammed.

Hamadan & se refugia à Ispahan. En parvenant au thrône, Après J. C.

Soliman - schah entreprit de dépouiller de leurs charges

plusieurs Officiers , tels que Phakhreddin-kaschi fon Vizir Sandgiar. & Mohammed-kliaouaresin-schah son Hadgeb ou valet de

chambre; mais son autorité n'étoit pas encore assez affermie pour déposer ces deux personnages qui avoient beaucoup de crédit à la Cour. Ils trâmerent secretement entr'eux le rappel de Mohammed , quoique la milice qui étoit attachée à Soliman - schah ne parût pas disposée à fouffrir qu'on le déposât. Ils eurent recours à la ruse ; Mohammed-khaouaresin-schah alla trouver sa sour qui avoit épousé le Sulthan , & lui apprit, comme un secret important , que cette nuit même une troupe de conjurés devoient se faisir de Soliman-schah , & mettre Mohammed sur le thrône. La Sulthane en instruisit Soliman qui donna dans le piége , & qui sans s'informer de la vérité, monta ausli - tôt à cheval , & fe refugia , accompagné d'un petit

nombre de personnes, dans le Manzanderan. Le lendel'an 1156.

main tout le peuple fut surpris de la fuite du Sulthan, la milice se souleva contre ses Officiers , courut au palais du Prince qu'elle pilia. Pendant ce tems - là les conjurés avertirent Mohammed, qui se rendit en diligence à Hamadan, où il fut proclamé Sulthan.

Soliman-schah reconnut bien-tót qu'il avoit crû trop facilement le rapport de la Sulthane , & voulant reparer sa

faute il vint à Bagdad (a), où le Khalif Moctafi le confirAborlfedha ma dans la dignité de Sulthan

dignité de Sulthan , & fit faire la priere puD'Herbelor blique en son nom dans cette ville (6). Le Khalif s'en

alla à Houlouan où il confirma avec Malek - schah le Traité qu'il venoit de conclure avec Soliman - schah, Alors ce Khalif & Malek-schah fournirent des troupes au nouveau Sulthan ; en conséquence Soliman marcha dans le Dgebal , & s'avança jusques sur les bords du fleuve Aras ou Araxes , où il eut encore le malheur d'être vaincu par Mohammed. Comme il passoit par Scheherzour pour

Benelathir.

Novairi.

[merged small][merged small][ocr errors]
« AnteriorContinuar »