Imágenes de páginas
PDF
[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

Cette grande p† des Topa n'empêchoit pas cependant que la Tartarie n'eut ses Khans particuliers qui étoient alors de la race des Geou-gen & les Kao-tche euxmêmes,quoique soumis à ces Geou-gen, ne redoutoient pas tellement les To-pa, qu'ils ne prissent quelquefois les armes contre eux, & ne les battissent. Mais les cruautés du Khan des Geou-gen nommé Fou-mim-tun, contribuerent encore

[ocr errors]

tchi-lo chef des Kao-tche se mit à la tête de cent mille
familles, se retira vers l'Irtisch où il prit le titre de Roi,
& battit en plusieurs rencontres les Geou-gen. Il revint
ensuite dans † pays plus orientaux, fit alliance avec les To-
pa ou Goei ; battit ensuite & tua le Khan des Geou-gen
nommé To-han , au bord du lac de Lop dans le §
Quelques-tems après, les Geou-gen eurent leur revanche,
& tuerent Mi-gno-to qui étoit alors chef des Kao - tche.
Y-fou son frere, fut mis à la tête de la nation, & il défit
Po-lo-muen Khan des Geou - gen. L'année suivante il fut
tué lui-même par son frère Yue-kiu, qui se déclara chef
des Kao-tche. -
Pendant ce tems-là il y avoit toujours dans le nord de
la Chine un grand nombre de familles des Kao-tche qui
étoient soumises aux Goei ; elles étoient employées com-
munement dans les armées des Goei , & souvent elles al-
loient faire des courses sur les terres des Tartares Geou-
gen ; souvent aussi elles se revoltoient contre les Empe-
•reurs des Goei qui étoient obligés d'envoyer contre el-
les des troupes, & d'entretenir des garnisons. Ces sortes
de mouvemens qui n'intéressent point le reste de la Na-
tion ne m'ont pas paru assez importans pour que je me
sois attaché à les faire connoître. Tous ces peuples de
même que ceux qui habitoient dans la Tartarie, continue-
rent d'être soumis les uns aux Goei, les autres aux Geou-
gen; & après la destruction de ces Tartares aux Turcs.
Les Kao-tche furent vaincus par le Khan des Turcs
occidentaux nommé Tchou-lo, & lui payerent tribut; ce
Prince qui appréhendoit que ces peuples ne se revoltas-
sent, fit assembler leurs chefs, & les fit mourir tous; aussi-
tôt les Kao-tche prirent les armes & choisirent un Khan
nommé Ko-leng, à qui ils donnerent le titre de Mo-ho-
khan ; ils remporterent plusieurs victoires sur Tchou-lo-
lchan & s'emparerent des pays de Hami, d'Igour & d'Ha-
raschar. Un des chefs des Sie-yen-to prit le titre de second
Khan. -
Tous ces peuples se disperserent de plus en plus dans
la Tartarie & devinrent très-puissans. Ils secouerent le joug
des Turcs & jetterent alors les fondemens d'un Empire
ui occupa depuis, presque toute la grande Tartarie. Ils
toient divisés en un grand nombre de Hordes qui avoient
toutes leurs chefs.
La premiére & celle qui donna dans la suite son nom
à toute la Nation étoit appellée Hoei-ke ou Goei-ke; elle
étoit très-nombreuse & très-brave. Dans le commence-
ment elle n'avoit point de chef Ces peuples comme tous
les Tartares cherchoient les bords des rivieres & se trans-
sportoient de côtés & d'autres avec leurs troupeaux. Ils
demeuroient au-dessus de la riviere So-ling-choui ou de
Selinga au nord de la Horde des Sie-yen-to.
La seconde Horde étoit nommée Sie-yen-to; elle s'étoit
déja revoltée autrefois contre les Turcs, elle étoit devenue
très - puissante & avoit possedé l'Empire de la Tartarie,
Mo-ko-khan étoit de cette Horde; elle étoit composée d'une
ancienne bande de Huns appellé Sie qui demeuroient au
nord du désert : ces Sie dans la suite défirent les Yen-
to, autre Horde de Huns, & depuis ce tems ces deux
bandes réunies ont été connues sous le nom de Sie-yen-to.
La troisiéme Horde appellée Ki-pi-yu demeuroit au
nord-ouest d'Haraschar, au midi des Tou-lan-ko : ces peu-
ples étoient très-braves.
La quatriéme étoit appellée Tou-po, elle demeuroit

[merged small][ocr errors][ocr errors]

dans la Siberie vers le lac Paikal. Les Peuples de cette

Horde étoient beaucoup plus barbares que les autres, ils ne s'appliquoient point à la culture des terres & m'avoiemt point de bœufs ni de moutons : ils vivoient de racines ou des animaux qu'ils prenoient à la chasse , ou des poissons que les rivieres leur fournissoient. Ils s'habilloient de peaux ;

[ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

La quinziéme Pe-sieou demeuroit au nord du pays des
Kitans dans l'ancien pays des Sien-pi.
Il étoit nécessaire, pour faire connoître toute l'étendue

[ocr errors]

de cette Nation, d'indiquer le nombre de ses Hordes & les pays dans lesquels elles habitoient ; elles étoient toutes soumises aux Turcs. Plusieurs d'entre elles firent quelues efforts pour secouer le joug , & particuliérement la

Après J. C.

orde des Sie-yen-to. Celle des Ou-hou ou Ou-ke, après

[ocr errors]
[ocr errors]

dit dans toute la Tartarie , il prit le titre de Houo-kie-lifa, & mit sa Cour au nord du fleuve Toula : il rechercha ensuite à faire alliance avec les Chinois ; il envoya des ambassadeurs chargés de présens à l'EmpereurTai-tçong de la Dynastie des Tam, plusieurs autres Hordes de la Nation telles que celles des § , des Pa-ye-ko, des Tong-lo, des Pe - sieou, & des Hoen imiterent son exemple. L'arrivée de ces étrangers à la Chine servit à faire connoître le nom Chinois dans toute la Siberie. On y vit encore venir des peuples appellés Che-goei qui § prement les Tongouses d'aujourd'hui; ils demeuroient proche le fleuve Amour, & s'étendoient le long de la Lena

[merged small][ocr errors]

o : , , ) , , ,

*

| (a) On dit encore ki-kin. . - · · · · · · · - . "

L'an 629.
Lie-tai ki-

su.

- * • * • • • • • •

L'an 63 1 .

[ocr errors][ocr errors][merged small][merged small]

Après la mort de Pou-sa, Tou-mi-tou lui succeda, il rassembla les troupes de toutes les Hordes & marcha

[ocr errors]

Empereur des Tam qui étoit alors à Lim-tcheou dans le Chensi. Ce Prince leur donna audience à Kim-yam : les Hoei-ke lui dirent qu'ils venoient se soumettre à lui & le supplier d'établir parmi eux des Officiers Chinois pour les gouverner, parce qu'ils ne vouloient pas imiter les Sie-yento qui étoient actuellement détruits & dispersés, pour n'avoir pas voulu rendre hommage à un aussi grand Prince que lui. Tai-tçong donna un § festin à ces ambassadeurs, & envoya dans leur pays environ mille Officiers Chinois, qui partagerent ces vastes Contrées en différents Gouvernements, & les distribuerent aux principaux Chefs de Hordes. Chacun de ces Chefs étoit soumis à un officier Chinois & portoit à sa ceinture un poisson incrustré d'or. Pour les

[ocr errors]

l'Empereur leur fit présent d'un grand nombre d'habits de soye & de sabres richement ornés. Ils supplierent l'Empereur de faire des grands chemins pour aller plus facilement de la Chine en Tartarie. Tai-tçong fit établir dans le désert soixante-huit campemens ou postes , dans

[ocr errors]

viandes pour les voyageurs. Ces endroits servoient en même-tems à recevoir peaux de martes Zibelines que ces peuples envoyoient en tribut aux Chinois. Tou-mitou obtint le titre de Général des armées Chinoises ; mais il prit lui-même celui de Khan & établit différens Officiers pour l'administration des affaires & le commandement des armées ; il avoit à peine achevé d'établir une forme de gouvernement parmi ces peuples, qu'un de ses neveux appellé Ou-ke, qui avoit débauché sa femme, resolut de se défaire de lui. Tou-mi-tou fut tué & le coupable après cette action se sauva avec ses complices auprès de Tche-pi-khan ; mais il se laissa tromper ensuite par les promesses des Chinois qui paroissoient oublier son crime & lui offrirent des Charges considérables. Il †

Q

« AnteriorContinuar »