Imágenes de páginas
PDF
EPUB

ment l'un de l'autre. Meng - tchi-siang avoit eu quelque Après Loco dessein de venir se rendre à l'Empereur ; mais Tong-tchang tcong

dont on avoit fait mourir toute la famille s'y étoit toujours opposé & l'entretenoit dans la revolte. La division acheva de se mettre entre eux. Ce dernier s'empara de Sitchuen, aujourd'hui Tching-tou-fou capitale de la Province. Meng-tchi-siang marcha aussi-tôt contre lui, Tungtchang fut battu & tué par un des siens. Alors Meng-tchisiang se rendit maître de Tung-tchuen, aujourd'hui Tungtchuen-fou sur les frontiéres du Yun-nan, & fit ensuite

fon traité avec l'Empereur. L'an,34

Le crédit de Che-kim-tam augmentoit de plus en plus à la Cour , il venoit d'être revêtu d'un nouveau gouvernement. Le Général Tchang-yen-tchao qui étoit son ennemi en fut fi irrité qu'il alla se soumettre aux Kitans & engagea ces peuples à venir de nouveau faire le ravage dans les environs de Ta-tom-fou. D'un autre côté le petit roi de Min appellé Vam-yen-kiun qui regnoit dans le Fokien, prit le titre d'Empereur. En même tems Meng-tchisiang dont nous avons parlé obtint de l'Empereur des Tam le titre de Roi de Cho dans le Sse - tchuen. Ce Monarque donna aussi de nouvelles charges à ses Ministres , & des titres aux Princes de sa famille. Il fit porter la guerre dans le pays des petits Princes de Hia qui jettoient les fondemens d'un puissant Empire dans Ning-hia. Ces Princes étoient de la Nation des Tam-hiang : on ne put se rendre maître de leur ville dont les murailles passoient pour être aussi dures que le fer. Cette ville avoit été bâtie autrefois par Po-po Roi de Hia. Le peu de succès de ses armes & les troubles qui regnoient dans l'Empire obligerent l'Empereur à faire de grandes largesses aux troupes qui étoient mécontentes. Il donna à son fils Tçong-yong le commandement général des armées de l'Empire ; on l'avoit follicité de le déclarer Prince héritier ; mais Tçongyong voyant la tristesse que cette demande avoit causée à son pere , avoit toujours rejetté ce titre , fous prétexte qu'il étoit encore trop jeune , & qu'il avoit besoin d'être plus inftruit , afin d'être plus en état de gouverner les

du palais

[ocr errors]

3)

peuples. Cette réponse n'étoit pas sincére, & plusieurs grands Officiers qui le voyoient toujours accompagné Mim-içong

Après J C. d'un nombre de cavaliers conçurent de violens soupçons sur sa conduite. L'Empereur étoit alors malade, & le jeune Prince venoit s'informer de fa santé. Un jour , après avoir remarqué que l'Empereur pouvoit à peine soutenir fa tête, comme il fortoit de l'appartement il entendit de tous côtés des cris ; il crut que le Prince venoit de mourir : le lendemain matin il se présenta à la porte avec une troupe de soldats, dans le dessein de forcer les gardes. On fut obligé de lui opposer des troupes; il fut battu & abandonné

par ses gens , on l'arrêta & il eut aussi-tot la tête coupée. C'est après cette scéne tragique que l'Empereur mourut âgé d'environ 67 ans. Ce Prince avoit coutume de se retirer tous les soirs dans un endroit du palais où il brûloit des parfums en faisant au Ciel cette priere. Je suis un barbare qui a été choisi dans le trouble pour

regner, je souhaite que le Ciel fasse naître demain un n grand homme qui soit en état de gouverner le peuple. Après fa mort son

fils Tçong-heou lui succéda , il porta Min-ti, le titre de Min-ti. Tçong-ko fils adoptif du feu Empereur devint suspect & se tint sur ses gardes, Mem-tchi-siang qui n'avoit porté jusqu'alors que le titre de Roi de Cho prit celui d'Empereur. Che-kim-tam & Tçong-ko, l'un & l'autre mécontens du gouvernement, n'avoient pas voulu se rendre à la Cour. Le dernier leva même une armée dans Fong.tsiang-fou dans le Chensi. On envoya contre lui des troupes qui furent repoussées, sa victoire le détermina à continuer sa révolte, son parti augmenta & il se rendit enfuite à Si-gan-fou. L'Empereur ne sçavoit comment appaiser ces troubles , il voulut engager Che-kim-tam à joindre ses troupes aux siennes; mais personne n'osa faire cette proposition à Che-kim-tam & toute la vangeance que l'on put tirer, se borna à faire mourir deux enfants de Tçongko; ce dernier de son côté arrêta un des Généraux de l'Empereur & le fit mourir. Dans sa route toutes les troupes qu'il rencontroit se soumettoient à lui, un grand nombre de Généraux se rendirent & l'Empereur effrayél

, ne sça

L'an 9341

Min-ci.

ou

chant plus quel parti prendre , vouloit se sauver à GoeiAprès J. C.

tcheou ou Ta-mim-fou(a).Lorsqu'il fut arrivé à Quei-tcheou

Goei-kiun - fou (6) il rencontra Che- kim - tam qui fit mourir tous ceux qui le suivoient : l'Empereur se sauva seul, & Che-kim-tam 'marcha vers Lo-yam. Un des principaux Officiers de l'Empire nommé Mem-han-kiongalla se rendre à Tçong-ko qui le fit aussi-tôt mourir. Pendant ces troubles quelques forteresses voisines de la Province

de Sse-tchuen se rendirent au Roi de Cho. Icong-ko.. Cependant Tçong-ko s'approchoit de plus en plus de

Lo-yam, où tous les Officiers se préparoient à aller le recevoir; il entra dans cette capitale,l'Impératrice mere déposa l'Empereur & déclara Tçong-ko , que l'on l'appelle aussi quelquefois Lou-vam ; c'est-à-dire le Roi de Lou, Regent du Royaume : le lendemain elle le déclara Empereur. On donna à l'ancien Empereur le titre de Roi de Gozon envoya quelques troupes pour le poursuivre ; il fut arrêté & mis aufli - tôt à mort. On fit périr en même - tems quelques Officiers, dont la conduite étoit suspecte. On fit de grandes largesfes aux Généraux d'armée ; on distribua des charges & Che-kim-tam fut fait gouverneur du Ho - tong. Cet Officier avoit de mauvais desseins. Lorsqu'il fut arrivé dans son

gouvernement, les Kitans y vinrent faire des courses: & dans le même-tems il y eut une grande secheresse qui occafionna une fainine considérable; Che-kim-tam alla camper à Hin-tcheou (c). L'Empereur envoya à cette armée des habits d'hyver , toutes les troupes firent à plusieurs reprises des væux pour sa personne, en criant Van-foui. Ces marques d'attachement pour ce Prince déplurent à Chekim-tam qui fit punir de mort plusieurs de ceux qui avoient crié le plus haut. Cette action fit connoître à l'Empereur ce qu'il devoit attendre de Che-kim - tam. Pour partager l'autorité de ce gouverneur & affoiblir son parti , il envoya un second Commandant qui campa à Tai-tcheou. Du côté du Sse-tchuen le Roi de Cho vint faire des cour

L'an9;s.

(a) Dans le Pe-cheii.
(b) Dans le Ho-nan.
(s) Aujourd'hui Sicou-yong-hien dépendante de Ta-yuen-fou dans te Changi.

ses dans les environs de Kin-tcheou & battit en quelques rencontres les troupes impériales.

Après J.C.

Tcong-ke. Pendant ce tems-là Che-kim-tam après avoir retiré de L'an 936. Lo-yam les richesses qu'il y avoit, étoit allé à Tcin - yam ; on craignoit beaucoup qu'il ne se réunît aux Kitans, & c'est pour

le retenir que l’Empereur lui fit offrir le gouvernement de Tien-pim ; mais cet Officier l'ayant refusé, on leva des troupes deftinées à marcher contre lui, & on fit périr quatre de ses enfans. Il s'éleva en même - tems de nouveaux troubles d'un autre côté, Che-kim-tam en profita & eut le tems d'engager dans son parti les Kitans en se déclarant leur vassal, & promettant de leur céder quelques Provinces. Kim-ta Général de l'Empereur alla alliéger Tcin-yam où ce rebelle s'étoit retiré. Mais cette ville ne put être prise. Te-kuam Empereur des Kitans s'avança avec cinquante mille cavaliers & vint à Hou

pekeou aujourd'hui Kou-pe-keou dans le Petcheli , d'où il envoya dire à Che-kim-tam qu'il alloit livrer bataille aux ennemis. Che-kim-tam fit partir un Courier pour le détourner de ce dessein , & l'engager à attendre au lendemain , parce que les troupes Impériales étoient en trop grand nombre ; mais les Kitans en étoient déja aux mains. Il leur envoya promptement du secours. Kim - ta Général de l'Empereur étoit campé avec son infanterie au pied d'une montagne au nord-eft de la ville. Les Kitans le firent attaquer par un corps de trois mille hommes que les autres troupes suivoient. L'armée impériale fut battue & dix mille hommes. Kim-ta se retira avec les fuyards à Tcin-gan, que les Kitans & Che-kim-tam vinrent aussitôt alliéger. L'armée impériale étoit encore de cinquante mille hommes,l'Empereur fit partir de tous côtés des troupes pour

aller secourir Tcin-gan, & se mit lui-même en campagne ; mais il ne marchoit que malgré lui vers le nord. On proposa , pour faire lever le siège , de donner à un Prince Kitan qui étoit à la Chine, le titre d'Empereur des Kitans & de l'envoyer en Tartarie , dans l'espérance que Te-kuam, obligé de défendre sa Couronne , abandonneroit Che-kim-tam; mais la crainte où l'on étoit ne permit pas

que l'on prît aucun parti. On fit des levées extraordinaiAprès J. C. Tong ko.

naires dans l'Empire pour aller repousser les Kitans : le L'an 936 peuple se trouva accablé; de plus quelques Officiers qui

ne cherchoient qu'à profiter de ces malheurs , offroient du secours à l'Empereur dans le dessein de garder pour eux les places dont ils se rendroient maîtres, & ce Prince étoit obligé d'accepter leurs offres. Pendant ce temslà le Roi des Kitans, pour achever de ruiner la famille des Tam , donna à Che-kim-tam le titre d'Empereur des Tçin, & obtint de ce nouveau Monarque , pour les services qu'il lui avoit rendus , seize Tcheou ou petites Provinces situées dans le nord de la Chine. Tchao-te-kiun à qui l'Empereur des Tam venoit de confier en partie la défense de l'Empire ; pendant que les Kitans étoient à Kou-pe-keou, youlut se soumettre à eux dans le dessein de s'emparer avec leur secours de l'Empire, il leur fit faire des offres considérables , s'il vouloient le reconnoître en qualité d'Empereur ; mais les Kitans le refuserent : un autre Général fit mourir Kim-ta & alla se rendre à ces Tartares , & Tcingan fut soumise au nouvel Empereur des Tcin.

Ce Prince & un Général des Kitans descendirent ensuite vers le midi & vinrent_alliéger Tuon-pa : Ils livrerent un combat aux Tam, Tchao-te-kiun & Tchao-yencheou, furent les premiers qui prirent la fuite : tous les autres survinrent & il périt environ dix mille hommes , le reste fut dissipé. La plûpart des Officiers abandonnerent l'Empereur des Tam, la ville de Lo-yam fut confternée & craignit l'approche de l'ennemi. Les Kitans & les Tcin s'avançoient toujours vers le midi , & vinrent jusqu'à Loutcheou ; ils prirent Tcin-tcheou. L'Empereur des Tam qui étoit à Ho-yam (a) voyant que tout étoit perdu revint à Lo-yam, & les Tcin qui le suivoient entrerent dans la premiere de ces places. L'Empereur hors d'état de se défendre contre tant d'ennemis, & abandonné

propres sujets , rassembla ce qui restoit de sa famille , deux Impératrices, une Princesse & quelques autres Princes,

par ses

(a) Aujourd'hui Ho-yam-yen qui dépend de Hoai-kim-fou.

prit

« AnteriorContinuar »