Imágenes de páginas
PDF
EPUB

Dekak.

Benelathir.

ses troupes pour aller contre eux. Dans le tems qu'il alloit Apr. J. C. L'an 101. partir pour la défense de la Syrie , un Astrologue de la Secte Redouan. des Bathéniens , le premier de ces scélérats qui parut

en Syrie, persuada à Redouan de faire mourir Houffaïn, il en obtint la permission & alla assassiner avec sa troupe cet Emir. Le crime ne fut pas plutôt commis que Redouan s'en repentit, & fit mourir peu de tems après (a) le Bathénien. Le Comte de Toulouse attentif à observer toutes les démarches des Musulmans, & ardent à profiter de leurs fautes,

quitta aussi-tôt le siége du château des Kurdes, & vint alliéger l'an 1102. Hemesse après s'être emparé de tout son territoire.

La Syrie perdit encore dans le même tems un grand CaAboulfedha

pitaine, c'est le fameux Kerboga, Roi de Moussoul, qui avoit été au secours de la ville d'Antioche. Il venoit d'être envoyé dans l’Adherbidgiane par le Sulthan Barkiaroc. Il mourut à Khoï (b). Un Turkoman appellé Mousa qui commandoit dans le château de Kipha pour cet Emir, vint aussi-tột s'emparer de Moussoul; mais un Turc nommé Schamseddoulet Dgiokarmisch, Gouverneur de l'Isle appellée Dgeziret ben omar, s'avança avec une armée pour lui disputer cette grande ville; il prit en chemin Nesibin, & Mousa ayant voulu le combattre, fut abandonné par ses troupes qui se jetterent dans le parti de Dgiokarmisch, il se sauya promptement à Moussoul où il fut bientôt assiégé. Il crut devoir abandonner son château de Kipha à Sokman fils d'Ortoc qui régnoit dans le Diarbekr pour en obtenir du secours. A l'approche de celui-ci Dgiokarmisch leva le siége de Moussoul; mais dans le tems que Moufa alloit au-deyant de Sokman , il fut assassiné par quelques-uns de ses gens, auprès d'un village appellé Koutha , & ensuite enterré sur une collis ne , qui depuis fut appellée Tell-mousa, la colline de Mousa, Sokman après cet évenement se retira à la forteresse de Kipha dont il prit possession, & fa postérité la conserva

toujours depuis ; Dgiokarmisch alla s'emparer de Moussoul. Aboulfedha Les divisions qui régnoient parmi les Musulmans, &

qui diminuoient des forces qu'ils pouvoient employer avec

(a) Quatorze jours après,

(6) Dans le mois Dzoulcaada de l'an 495

[ocr errors]

Dekak.

gypte : elle les avec Mahomet, avoient

succès contre les Francs, continuoient toujours ; Dekak Roi
de Damas alla assiéger (a) la ville de Rohba & s'en rendit Apr. J. C.
maître. Ces divisions étoient entretenues par la haine que tous Redouan.
les Turcs qui reconnoissoient le Khalif de Bagdad pour le
cabler ce dernier contre lequel les Francs réunissoient tous
leurs efforts. Par-là ceux-ci eurent la liberté de faire de
grands rayages (b) aux environs de Racca & du château de L'an 1103
Dgiaber, de prendre Dgiabil & Akka , autrement Ptole-
maïs, où ils commirent des désordres infinis ; ils menaçoient
même de s'emparer de Tripoli.
Enfin la prise de Ptolemaïs & le danger où la Syrie se Albertus

Aquenfis.
trouva , déterminerent quelques Princes voisins à prendre
les armes. Dgiokarmisch (c) Roi de Moussoul (d), &ʻl'Emir
Sokman raslemblerent soixante mille Turcs , & s'avan-
cerent dans le dessein d'assiéger Roha ou Edesse dont Bau-
douin du Bourg étoit maître. Celui-ci envoya prompte-
ment demander du secours à Boëmond Prince d'Antioche,
& à Tancrede , qui se mirent aussi-tôt en campagne à la
tête de trois mille hommes de cavalerie & de sept mille
piétons. Ils se joignirent à Baudouin dans les environs de
Harran. Là ils furent informés par un Arabe que les Turcs
marchoient droit à Rola. Cette nouvelle les obligea de
décamper & de venir se poster proche la riviere de Khabour ,
d'où, à la pointe du jour, ils allerent se ranger en ba-
taille dans la plaine de Racca. Ils étoient à peine en ordre
que Sokman avec trente mille Turcs , vint fondre sur l'aîle
droite des Chrétiens ; elle étoit commandée par Boëmond &
par

Tancrede. Ces deux Chefs des Francs repousserent les Turcs qui perdirent cinq cens hommes. Baudouin du Bourg & Joscelin de Courtenay qui étoient éloignés de Boëmond de plus d'un mille, ayant appris qu'on en étoit aux mains voulurent accourir au secours; mais surpris par dix mille Turcs qui s'étoient mis en embuscade, ils furent obli

(a) L'an 496 de l'Hegire.
(6) L'an 497 de l'Hegire.
6.) L'an 497 de l'Hegire

(d) Albert d'Aix le nomme Geigres milch , le fait parent de Kerboga, & frere de Sokman,

Dekak,

Apr. J. č. gés de fuir , & Baudouin Prince d'Edesse fut fait prisonnier. 1'an 1103: Tancrede qui se hâta de venir les délivrer ne le put faire Redouan. à cause de la nuit qui survint; & le lendemain les troupes des

Francs ayant été inftruites de la prise de Baudouin, se retirerent promptement vers Roha pour conserver cette ville aux Chrétiens. Il étoit tems de la mettre en état de défense ; huit jours après cette action, Dgiokarmisch, avec de plus grandes forces la vint assiéger. Tancrede à qui on avoit confié la garde de cette place, rassura les habitans, & leur promit d'aller dans peu attaquer les Turcs. Il informa de sa situation Boëmond Prince d'Antioche. Celui-ci se mit en chemin avec trois cens cavaliers & cinq cens fantassins; mais les difficultés qu'il rencontra dans sa route le retinrent pendant sept jours ; terme qui parut long aux assiégés. Tancrede qui désespéroit de son arrivée résolut de faire une sortie. Il surprit de grand matin les Turcs encore endormis, & en égorgea un grand nombre avant qu'ils eussent le tems de se reconnoître. Dgiokarmisch & Sokman, étonnés, se fauverent en désordre, abandonnant tentes & bagages. Tancrede étoit occupé à les poursuivre lorsque Boëmond arriva. Ce renfort acheva de ruiner les Turcs , Dgiokarmisch & Sokman se retirerent avec peine. Les Francs, dans le nombre de prisonniers qu'ils firent, prirent une femme de considération, qu'ils se proposoient d'échanger pour Baudouin du Bourg; mais cela n'eut pas lieu , & il resta prisonnier chez les

Turcs. L'an 1104.

La ville de Damas, n'étoit point en état de seconder Aboulfedha les projets de Dgiokarmisch contre les Francs. Elle étoit Aboulma

trop agitée de troubles. Dekak (a) venoit de mourir. Thoghbasen.

teghin, Maître du gouvernement, fit proclamer Roi le fils de Dekak. Peu de tems après il le déposa (6) pour mettre la couronne sur la tête d'Yaltasch , fils de Toutousch ; mais changeant tout-à-coup de dessein , il remit sur le throne le fils de Dekak, qui n'avoit qu'un an ; toute l'autorité étoit en

tre les mains de ce Ministre. Pendant que Damas étoit ocL'an 1105. cupée de ses propres divisions, Redouan, Roi d'Alep (c), (a) Dans le mois Mouharram de l'an (b) Dans le mois Dzoulhedgé de l'an

497. (c) L'an 498 de l'Hegire.

rompic

[ocr errors]

compit les liaisons d'amitié qu'il avoit avec Tancrede chargé alors de défendre les villes d'Antioche & de Roha. 1'an 1:05:

Apr. J. C. Il entra dans le territoire de ces villes à la tête dix mille ca- Redouan.

Thoghtevaliers & de vingt mille piétons , il ne se proposoit rien moins

ghin. que

de faire. le siége d'Antioche. Tancrede demanda des Aboulfedha secours aux Princes Chrétiens des environs, & se rendit à Guillaume Antioche avec mille cavaliers & neuf mille piétons, il passa “ Albertus la rivière de Farfar, & marcha vers Artésie, où Redouan Aquenf. étoit campé avec toutes ses forces. Il l'obligea à prendre Charares.

Foulques de la fuite , prit son étendart, se rendit maître d'Artélie, tua un grand nombre de Musulmans , fit un plus grand nombre de prisonniers, & s'en retourna chargé de butin , emmenant avec lui beaucoup de chevaux dont il avoit besoin. Les Francs ne furent pas si heureux dans une autre expédition qu'ils entreprirent contre le Royaume de Damas ; ils avoient voulu profiter (a) de la foiblesse du jeune Prince L'an 1106. de Damas , & des révolutions qui paroissoient troubler cette Aboulma

hasen. ville. Hugues de Tibériade , avec deux cens cavaliers &

Albertus quatre cens hommes de pied, vint faire une incursion dans Aquens. la plaine (6) de Damas , & y enleva un grand butin qu'il conduisit à Belinas oủ Césarée de Philippe. Thoghteghin , informé plutôt de la retraite que de son arrivée , rassembla ses troupes , & marcha vers des montagnes par lesquelles Hugues de Tibériade devoit passer , il y eut un combat que les Francs perdirent. Hugues fut tué sur le champ de bataille, & porté à Nazareth par les siens, pendant que Thoghteghin reconduisit à Damas tout le butin que les Francs avoient fait.

De nouveaux ennemis également dangereux aux Chrétiens & aux Musulmans, commençerent alors à devenir Aboulfedha puissans dans la Syrie; il s'agit des Bathéniens ou Assassins. .

hefen. Le Gouverneur d'Apamée pour Redouan , attaché fécretement au parti des Egyptiens, leur fit offrir de remettre cet

Aquens: te ville & le château. Le Khalif d'Egypte y envoya aussitốt Khalaf , Arabe de la tribu des Kelabites , qui avoit fait autrefois le métier de voleur dans les environs d'Hemesse; celui-ci n'eut pas plutôt pris possession de la place, qu'il (a) L'an 499 de l'Hegire.

la campagne de Grossus Rusticus (6) Albert d'Aix appelle cet endroit de Suet, 1 om. 11. Part. II.

O.

Aboulma

Albertus

оц

Apr. J. C. recommença son ancien métier, il protégeoit particuliere-
Dan 1106. ment les Chrétiens & les Francs, qui alloient en pélérinage
Redouan. à Jérusalem. Abou-taher ef-faigh (a), chef des Bathéniens,
Thoghie-
ghin, qui demeuroit dans Apamée , & qui suivoit Khalaf dans

ses expéditions, l'invita à un festin , au milieu duquel il le.
fit massacrer. Les habitans qui étoient la plûpart Chrétiens,
voulurent venger la mort de Khalaf. Abou-taher se renferma
dans une tour, & fit partir sécretement un Courier pour
engager Redouan à venir s'emparer de la ville. Les Syriens
& les Arméniens qui appréhendoient de retomber sous la
domination de Redouan, offrirent de livrer leur ville à
Tancrede. Celui-ci accourut d'Antioche avec sept cens ca-
valiers & mille piétons ; mais Abou-taher ayant sçu rame-
ner à lui les habitans, la porte de la ville fut fermée à
Tancrede , qui après trois semaines d'un siége inutile, s'en
retourna à Laodicée, & de-là à Antioche. On étoit alors
dans le Carême. Après les Fêtes de Pâques il vint une se.
conde fois devant Apamée, & dressa toutes ses machines; mais
il trouva encore tant de résistance de la

part

des habitans qu'il n'eût pû se rendre maître de la ville , sans un secours auquel il ne devoit point s'attendre. Deux enfans de Khalaf qui s'étoient réfugiés à Damas, après la mort de leur offrirent leurs services à Tancrede, & vinrent au camp des Francs avec cent foldats partie Arabes, partie Turcs.

. Après un long siége, la ville fut prise par composition. Tancrede pardonna aux habitans, & emmena avec lui Tboutaher à Antioche , laissant dans Apamée les enfans de Khalaf, qui tuerent après son départ tous les gens d'Abou-taher. Ce fut-là la premiere place dont ces Bathéniens essayerent de s'emparer dans la Syrie. Thoghteghin n'avoit point oublié les incursions que

HuAqiten: gues de Tibériade avoit faites dans les environs de Damas.

Pour s'en venger , il résolut de venir assiéger Tibériade , où Gervaise avoit succédé à Hugues. Il y avoit trois mille hommes de troupes dans la place, & Baudouin , Roi de Jérusalem, qui s'y étoit rendu quelque tems auparavant , yenoit de se mettre en campagne à la tête de quatre cens (a) Albert d'Aix le nomme Bother.

[ocr errors]

pere,

[ocr errors]

Albertus

« AnteriorContinuar »