Imágenes de páginas
PDF
EPUB

L'an 1139

tres se sauverent; Anar fit venir de Baalbek Dgemaleddin Mohammed, frere de Mahmoud, & le fit déclarer Roide Da- Apr. J. C. mas. Ce nouveau Roi fut obligé de défendre la capitale med. contre les efforts d'Emad eddin zenghi qui étoit (a) venu une feconde fois en faire le siége. Sous le regne de ce Prince, les

Aboulfedha Bathéniens devinrent encore plus puissans qu'ils n'étoient L'ap 1140e auparavant dans la Syrie; ils s'emparerent (b) de la fameuse forteresse de Masiat, située proche Tripoli, sur la montagne

de Sikkin ou du Cousteau. Mohammed mourut dans cet L'an 11429 intervalle & Anar mit sur le trône (c), Modgir eddin abc, fils de Mohammed. Zenghi fut obligé de lever le fiége de Damas, & de s'en retourner. Ce Prince s'emparoit insensiblement des Etats du Roi de Damas (d). Les Turcs qui étoient sujets de ce dernier n'étoient guere en état alors d'incommoder les Francs. Ils ne laifferent pas cependant de faire quelques courses vers un château appellé la Vallée de Moyse, dans le territoire de Mont Royal. Ils у

avoient été appellés par les habitans; mais les Francs les 'en délogerent presque auffi - tôt. L'année fuivante , un des principaux Officiers

Guillaume du Roi de Damas , Arménien d'origine & appellé Tantais

? de Tyr, fe rendit à Jérusalem avec une partie de sa famille, & offrit de livrer aux Francs la ville de Bosra , capitale de la premiere Arabie & celle de Selcath. Il étoit Gouverneur de ces deux places. Aussi-tôt les Francs fe mirent en marche du côté de Tibériade; mais comme on avoit fait une trêve avec Anar Régent du Royaume, on ne pouvoit entrer dans ses Etats qu'on ne l'eût auparavant averti de se mettre en défense. Anar retint les Envoyés des Francs jusqu'à ce qu'il eût rassemblé toutes ses forces; alors il les fit venir en la présence & leur reprocha l’infidélité du Roi de Jérusalem; mais comme il désiroit la paix, & que de-là dépendoit la conservation du Royaume de Damas qui étoit exposé aux incursions des Princes Atabeks, il offrit de payer aux Francs toutes les dépenses de leur armement. Le Roi Baudouin III. lui fit réponse qu'il n'avoit point envie de

L'an 11432

(a) L'an 534 de l'Hegire.
(6) L'an 535 de l’Hegire.

Guillaume de Tyrle nomme Meie

reden.

(d) L'an 538 de l’Hegire.

L'an 1143• Abc.

rompre

la trêve, & que tous les Francs ne s'étoient rasApr. J. C. semblés que pour reconduire dans son pays un de ses prin- .

cipaux Officiers, pour lequel ils le prioient de lui accorder ses bonnes graces. Anar aimoit les Francs, & vouloit d'autant plus les ménager , qu'il avoit tout à craindre de Noureddin son gendre, fils d’Emad eddin zenghi. La populace des Francs qui fut fâchée que le Roi de Jérusalem ne continuất point une expédition dans laquelle elle espéroit faire un grand butin, força par ses mouvemens féditieux, ce Prince à entreprendre une guerre si injuste. L'armée s'avança dans une plaine appellée Médan; mais de-là elle découvrit un si grand nombre d'ennemis qu'elle commença à se repentir de s'être mise en marche avec tant de précipitation. Il étoit difficile de s'en retourner, les Turcs étoient répandus de tous côtés. Les Francs prirent le parti de continuer leur route; après des fatigues inconcevables, exposés sans cesse aux insultes des ennemis, ils traverserent toute la Traconitide , & vinrent jusqu'à un lieu appellé anciennement Adrat , & alors la ville de Bernard d'Estampes. C'est une petite ville qui dépend de Bosra. Enfin, ils arriverent dans le voisinage de cette derniere ville , ils ne tarderent

pas à apprendre qu'elle avoit été remise aux Turcs par

la femine de Tantaïs. Les Francs incertains sur le parti qu'ils avoient à prendre , & ne voyant aucun moyen d'échapper d'un si grand danger, conseillerent" au Roi Baudouin de prendre le meilleur cheval & de se fauver. Le Roi n'ayant point voulu y consentir, ils se remirent en marche. Noureddin venoit d'arriver au secours d'Anar avec une armée, Les Francs furent obligés de s'ouvrir un chemin au milieu des ennemis ; Baudouin avoit ordonné de mettre tous les corps morts sur les chameaux & autres bêtes de charge, afin

que les Turcs ne s'apperçussent point du nombre de ceux qui périssoient. En effet les Turcs , malgré le grand nombre de Heches qu'ils lançoient, ne voyant point de morts, crurent que les Francs étoient invulnérables; ils eurent alors recours à un stratagême qui mit les Francs dans le plus grand danger. Ils enfammerent toute la plaine qui étoit couverte de buissons, de ronces & d'autres ma

tieres

.

L'an 1143•

tieres combustibles. Baudouin dans cette extrémité, envoya faire des propositions de paix à Anar; mais celui qui fut Apr. J. C. chargé de cette commission , fut percé de fleches avant que Abc. d'avoir pu parvenir auprès des Princes Turcs. Les Arabes qui étoient dans l'armée ennemie, harceloient continueldement les Francs , qui ne pouvoient quitter sans danger leur rang. Baudouin après plusieurs jours de marche au milieu des ennemis, parvint enfin à la caverne de Roob; comme ce chemin étoit étroit & dangereux, on fut obligé d'en prendre un autre. Dans cet endroit , Anar qui sçavoit que

l'armée manquoit de vivres, offrit un repas au Roi Baudouin, mais ce Prince n'osant se fier aux Musulmans, continua sa route , & se rendit à Tibériade. Dans la suite, l’Emir de Bosra qui avoit engagé les Franes dans un si mauvais pas, retourna à Damas où Anar lui fit arracher

les yeux.

L'Empire des Seljoucides s'affoibliffoit alors de plus en L'an 11448 plus dans la Syrie, & les Atabeks qui étoient originaire- Guillaume ment des Officiers attachés au service des Seljoucides de de Tyro Perse, faisoient tous les jours, sous la conduite d’Emad eddin zenghi, de nouvelles conquêtes, tant dans les Etats des Seljoucides de Damas, que dans les pays occupés par les Francs. Emad eddin venoit d'enlever à ceux-ci la fameuse ville de Roha ou Edesse (a). Les Francs qui craignoient un pareil fort pour Antioche, & conséquemment la perte de toute la Syrie, envoyerent demander des secours à tous les Princes de l'Europe. S. Bernard, Abbé de Clairvaux prêcha dans l'Occident une nouvelle croisade ; le Roi de France Louis VII, avec un grand nombre de Princes François se croiserent à Vezelay. L'Empereur Conrad III, & avec lui une partie de l'Allemagne, prirent la résolution de venir délivrer la Terre Sainte ; tous ces Princes quitterent leur pays, se rendirent en Syrie , & s'assemblerent à Ptolemaïs. Cet orage qui sembloit ne s'être formé que pour la perte des Atabeks, alors les plus puissans Ennemis des Francs, vint fondre tout à coup (b) sur le Royaume de Damas, L'an 11488 (a) L'an 539 de l'Hegire.

(6) L'an 543 de l'Hegire. Tom. II. Part. II,

R

L'an 1148.
Abc.

de Tyr.

quoique le Régent qui avoit toujours appréhendé les ena Apr. J. C. treprises d’Emad eddin zenghi , se füt:attaché à gagner l'a

mitié des Francs. Baudouin Roi de Jérusalem, avec tous Guillaume les Barons de son Royaume , joignit ses troupes à celles qui

arrivoient de l'Europe , & toutes se mirent en marche (a) pour Aboulfedha Benelathir. venir faire le siége de Damas. Lorsque les Francs furent arrivés Soyoushie dans un endroit appellé Daria, éloigné de quatre ou cinq mil.

les de cette ville, ils partagerent leur armée en trois corps; le premier étoit composé des Francs de Syrie. Ce corps com me plus instruit du pays devoit marcher à la tête, il étoit commandé

par

le Roi de Jérusalem. Les François conduits par Louis VII formoient le second corps, & étoient destinés à foutenir le premier. L'Empereur Conrad avec ses Allemands empêchoit que l'ennemi ne vînt surprendre les Francs par derriere; il formoit le troisieme corps. A l'occident & au nord de Damas il y avoit une grande plaine d'environ cinq milles d'étendue. Elle étoit remplie de vergers , & ne paroissoit former qu'une grande forêt. De mauvais murs faits de boue, distinguoient les possessions de chaque particulier. On s'étoit contenté de ne ménager que des petits sentiers. Cet amas d'arbres étoit regardé comme une des meilleures fortifications de Damas. C'est par cet ens droit cependant que les Francs résolurent de l'attaquer , tant pour s'emparer des fruits qui y étoient, que pour en priver les habitans. "Le Roi de Jérusalem (6) eut beaucoup de peine à pénétrer dans cette forêt ; les Turcs qui y étoient difpersés , défendoient l'entrée de chaque chemin, & se tenoient en embuscade derriere les murs. Malgré leur résistance tous ces jardins furent emportés. Les Turcs se retirerent alors sur le bord du fleuve où ils établirent leurs machines pour empêcher que les Francs ne vinssent se désaltérer. L'Empereur Conrad qui conduisoit l'arriere-garde, impatient de ce que l'armée n’accouroit pas assez promptement , vint à la tête & fondit sur eux l'épée à la main. Les Turcs furent repoussés de toutes parts & rentrerent dans la ville,

(a) Le 25 de Mai 1147.

6 de Rabi elaoual, & camperent dans 10 (b) Selon Benelathir & Aboulfedha, Meidan verd. les Françs s'approcherent de Damas is

Pendant

que

les Francs s'établissoient le long de ce fleuve, Anar avoit envoyé demander du secours à Seifeddin ghazi, l'an 1148 Roi de Moussoul, qui s'étoit rendu promptement à He- Abc. melle avec une armée. Les habitans de Damas étoient difposés à abandonner leur ville, & faisoient déja tous les préparatifs nécessaires pour n'être point inquiétés par les Francs dans cette retraite. Mais l'arrivée de Seïfeddin & les menées d'Anar sauverent cette ville. Ce Gouverneur fit en- Benelathir: tendre aux Francs de Syrie, qu'il étoit dangereux pour eux

Aboulfedha que les François & les Allemands nouvellement arrivés ne devinssent trop puissans, qu'ils devoient craindre encore que le Roi de Moussoul qui étoit à Hemesse n'entrât dans Damas & ne s'en rendît maître, ce qui mettroit ce Prince en état de tout entreprendre sur Jérusalem. Les Francs entraînés par le discours d'Anar, engagerent l'Empereur & le Roi de France à quitter ces Jardins pour porter

les

attaques d'un autre côté, sous prétexte que les fortifications y étant plus foibles la place seroit emportée sur le champ. Ils fçurent en même tems faire manquer les provisions, alors le Roi de France & l'Empereur ne trouverent plus d'autre parti que de lever le siége. Anar mourut (a) peu de tems L'an 11496 après.

Dans la suite les Francs paroissant avoir des desseins sur L'an 11543 Damas, Noureddin (6) vint en faire le siége; les habitans Aboulfedha mécontens de la conduite de leur Roi qui étoit adonné à la dé- Benshous bauche, lui ouvrirent leurs portes. Modgireddin abc rendit le

Aboulfa. château par. capitulation. Noureddin lui donna d'abord le radge, gouvernement d’Hemesse, le déposa aussi-tôt, & l'envoya commander à Napoulous; mais ce Roi de Damas irrité de la conduite de Noureddin, revint à Damas où il vécut sujet de ce Prince avec ses anciens sujets; alors le Royaume de Damas dont les Croisés auroient pu se rendre maîtres , sans leur méfintelligence, passa entierement sous la puissance

Aboulmat des Atabeks de Syrie , & Modgireddin mourut l'an 1168.

hafen. L'Empire des Seljoucides étant entierement détruit dans

Aboulfedha la Syrie, il ne nous reste plus à suivre que l'Histoire des

nah.

(a) L'an 544 de l'Hegire.

(6) L'an 849 de l'Hegire.

« AnteriorContinuar »