Imágenes de páginas
PDF
EPUB

Guillaume

& autres. Ces deux Princes avec Boëmond, Tancrede, Bernard Patriarche d'Antioche, Daiinbert Patriarche de Jé- l'an 1:04:

Apr. J. C. rusalem , & Benoît Archevêque de Roha , entreprirent d'aller Aboulmaassiéger la ville de Harran qui appartenoit aux Musulmans.

hasen. Cette ville éloignée d'Edesse d'environ quatorze milles , de Tyr. est située dans une plaine fertile, arrosée par une riviere qui la sépare du territoire de Roha. Elle manquoit alors de vivres. Les habitans informerent de leur situation les autres Musulmans, protestant qu'ils alloient se rendre si on ne leur envoyoit promptement du secours, ce qu'ils exécuterent peu de tems après. Mais ce premier succès causa la perte des Francs, ils disputerent trop long-tems à qui entreroit le premier dans la ville, & y planteroit son étendart; cette querelle entre Boëmond & Baudouin, donna le tems à une armée nombreuse de Turcs de s'approcher (a). C'étoit l’Emir Sokman avec ses troupes & celles de Moussoul, qui amenoit avec lui une grande quantité de provisions ; il partagea son armée en deux corps, un fut destiné à amuser les Francs, pendant que l'autre jetteroit des vivres dans la ville , c'étoit à quoi les Musulmans vouloient se borner; mais l'action s'étant engagée, dès le premier choc , les Francs prirent la fuite ; Baudouin Comte d'Edesse , Joscelin de Courtenay, & l'Archevêque d'Edesse furent faits prisonniers ; le dernier se fauva peu de tems après. Le Gouvernement de Roha fut alors confié à Tancrede. Les Historiens Orientaux rapportent que les Francs perdirent dix mille hommes dans ce combat. Après cette victoire, Sokman, dans le dessein de conti

Aboulfedha nuer la guerre contre les Francs, prit le chemin de Damas pour demander de nouveaux secours à Thoghteghin ; mais il fut attaqué en route d'une squinancie dont il mourut à Cariatain (6). Ce Fondateur de l'Empire des Ortokides étoit alors maître de Khipha & de Maredin. Il avoit obtenu la premiere de ces places (e) d'un Turkoman , appellé Mousa, qui étoit Emir de Moussoul , & il s'étoit emparé

(a) L'an 497 de l'Hegire.

hasen ne met fa mort qu'en 504 , mais (b) L'an 498 de l’Hegire dans le mois il le confond avec Sokman l'Arménien. Sepher, selon Aboulfedha ; Aboulma- (c) L'an 495 de l'Heg. de J. C. 1101, Tom. II, Part, II.

S

Apr. J.C. auparavant de la seconde par surprise. Dans une dispute qui
L'an 1104. s'étoit élevée entre Sokman & Kerboga, Emir de Mouffout

avant Mousa, il y eut une action, dans laquelle Sokman
eut du dessous ; son neveu Yacouti fut fait prisonnier & con-
duit dans le château de Maredin ; il fut ensuite remis en li-
berté à la sollicitation de sa grand-mere femme d'Ortoc.
Comme Yacouti se plaisoit dans cette ville, il demanda au
Gouverneur appellé Mogna , la permission d'y demeurer. Il
gagna l'amitié des Officiers de la garnison, & ayant trouvé
dans la suite le moyen de se faisir de leurs personnes, il les
conduisit à la porte du château, menaçant de les faire mourir
fi on ne lui remettoit les clefs. On lui refusa d'abord ; mais
quand on vit qu'il avoit déja fait couper la tête à un de
ces Officiers, on lui rendit la place. Alors il leva une petite
armée avec laquelle il marcha vers Nesibin ; quoiqu'il fût
attaqué d'une maladie qui lui ôtât l'usage de ses membres ,
& qu'on füt obligé de le monter à cheval , il ne laissoit pas
d'aller en personne à la guerre , & il y mourut atteint d'une
féche. Son frere Aly lui succéda dans Maredin ; mais.
Sokman ayant appris qu'Aly se soumettoit à Dgiokar-
misch Roi de Moussoul , & que celui-ci vouloit mettre une
de ses créatures dans Maredin , alla aussi-tôt s'emparer de:
cette place, & donna une autre ville en échange à son neveu
Aly. Par-là Maredin & Khipha devinrent les deux princi-
pales villes du Royaumie des Ortokides. Sokman fur enterré
dans K hipha , où il eut pour successeur son fils Ibrahim.

Ilghazi , frere de Sokman, lui succéda dans Maredin.
L'an 1'1175

Ilghazi obtint du Sulthan Mohammed schah l'envestiBenschos. ture de son nouvel Etat; plusieurs annéss après il devint un pab.

des plus puissans Princes de la Syrie, les habitans d’Alep fe soumirent

à lui (a) pour éviter de tomber sous la domination des Francs dont ils parcissoient menacés, il donna le gouvernement de cette place à son fils Timourtasch , surnommé Houfameddin.

Après avoir mis l'ordre dans ses Etats , Ilghazi s'attacha Benschoum á aftöiblir , autant qu'il put, les Francs ses voisins ; il entra

[ocr errors]

l'an 11190

fa. L'an sil de l'Hegires.

Bel. Alle

dans la principauté d'Antioche, accompagné de Thoghteghin Roi de Damas, & de Dobaïs Emir de quelques tribus d'Ara- Apr. J. C. bes. Roger Prince d'Antioche en donna ausi-tôt avis à Jof- Alouficha celin Comte d'Edesse, à Ponce Comte de Tripoli, & à Guillaume Baudouin Roi de Jérusalem ; mais sans attendre que les se- Foulques de cours qu'il leur deniandoit fussent arrivés, Roger se rendit à Charires, Artésie avec ses troupes , cet endroit étoit avantageux aux tioch. Francs , tant par la fertilité que par sa situation, qui facilitoit la réunion de leurs troupes à celles de Roger ; mais ce Prince fut assez imprudent pour le quitter. Il alla camper dans un lieu appellé le champ du Sang , où il fit la revûe de ses soldats, qui se trouverent monter à sept cens cavaliers & à trois mille piétons , sans compter les Vivandiers. Ilghazi qui étoit campé dans les environs n'ignora pas long-tenis l'arrivée des Francs; il alla se présenter aussi-tôt devant Athareb (a), moins pour assiéger cette place, que pour observer lez démarches de l'ennemi. Par une fausse fuite les Turcs attirerent les Francs au combat. Mais le Prince d'Antioche les ayant rappellés, il n'y eut cette journée que quelques escarmouches , & l'action fut remise au lendemain. Roger exhortoit déja ses troupes , lorsqu'on vint lui annoncer que les Turcs s'avançoient sur lui. Le premier corps des Francs commandé par Geoffroy le Moine & Gui Frenel se défendit courageusement ; mais Robert de Saint-Leu ayant lâché pied , fut culbuté sur le corps de troupes que Roger commandoit, & ce Prince fut tué en voulant arrêter l'impétuosité des ennemis. Alors toute l'armée des Francs fut taillée en piéces. Ilghazi les poursuivit partout où ils se retirerent. Rainaud Mansuel qui s'étoit renfermé avec quelques - uns des fiens dans une tour de la ville de Sarmin , dans le dessein d'y attendre le Roi Baudouin & le Comte de Tripoli , fut obligé de se rendre. De toute cette armée de Francs, il ne réchappa que peu de soldats & de Chefs qui se sauverent à Antioche (b). Ilghazi fit périr dans les tourmens la plậpart des prisonniers.

Pendant que ces choses se passoient ainsi, le Roi de Jé(a) Cereptum , ou Cerebum, selon nos (6) Ce combat se donna au milieu Historiens.

du mois Rabi elaoual de l'an siz de

و

Guillaume de Tyr.

rusalem & le Comte de Tripoli s'avançoient toujours avec Apr. J. C.

leurs troupes. Ilghazi envoya contre eux un détachement de dix mille hommes qui se diviserent en trois corps ; l'un d'eux fut battu , & les Princes Francs arriverent à Antioche. Alors Ilghazi alla assiéger la ville d'Athareb , dont le Gouverneur nommé Alain s'étoit rendu à Antioche par ordre du Roi de Jérusalem. Les habitans craignant d'être exposés aux rigueurs que l'on fait éprouver à une ville prise d'assaut, se rendirent à condition qu'ils auroient la liberré de fortir de la place, ce qui leur fut accordé. De-là Ilghazi se préseota devant

Zaredna (a) qu'il prit aux mêmes conditions. Le Roi de JéL'an 1120. rufalem & le Comte de Tripoli s'avançoient ałors vers Aboulfedha Athareb où ils comptoient trouver encore Il-ghazi; mais lors

qu'ils apprirent que cette place s'étoit rendue, ils vinrent camper à la montagne de Danit , dans le territoire de Sarmin. Les Turcs qui assiégeoient alors Zaredna, redoublerent les assauts & s'en rendirent maîtres avant que les Francs pussent venir les attaquer. Il-ghazi après avoir fortifié cette place, fe prépara avec Thoghteghin, Dobaïs & Bocar à surprendre les Francs dans l'e tems qu'ils étoient encore endormis; mais le Roi qui se tenoit sur ses gardes, eut le tems de ranger ses troupes en bataille. Les Turcs firent de grands efforts pour détruire l'infanterie des Francs qu'ils redoutoient particulierement; le Roi s'en apperçut, & vint au secours avec de nouvelles troupes , qui obligerent Il-ghazi à se retirer (b) fort en désordre à Alep, emmenant avec lui quel-ques partis de Francs qui s'étoient écartés du reste de l'armée. Les Francs perdirent dans cette action sept cens piétons & cent cavaliers ; les Turcs quatre mille hommes. Cette bataille fut suivie d'une violente persécution contre les prisonniers qui avoient été conduits à Alep. Pendant qu’Il-ghazi & Thoghteghin n'étoient occupés dans le Palais qu'à se divertir, les prisonniers Francs recevoient plusieurs coups sous la plante des pieds, d'autres étoient enfouis dans la terre jusqu'à la moitié du corps & tués à coup de fleches; plusieurs, après avoir eu les membres coupés, furent jettés:

(a) Appellée Sardonias par nos Hif (6) La veille de l'Assomption de l'an toriens,

1120, de l'Hegire 514.

L'an 112r.

dans les rues. Quelques-uns furent exposés tout nuds à mille insultes, battus, & pressés de renoncer leur Religion Apr. J. Co pour conserver leurs vies. Il-ghazi lui-même, en entendant leur refus , coupa la tête d'un d'entre eux & en fit faire un vase qu'il orna d'or & de pierres précieuses, & qu'il destina pour être un monument de les victoires sur les Francs ; ensuite, après avoir fait démolir la forteresse de Zaredna , il s'en retourna à Maredin (a).

Il-ghazi ne resta pas long-tems dans cette ville , il y avoit dans Alep un grand nombre de mécontens, son fils Soli- Aboulfedka man âgé d'environ vingt ans qui en étoit le Gouverneur , radge. se révolta contre lui , à la follicitation d'un homme de Hama, de la maison de Carnas. Il-ghazi en apprenant ces nouvelles se rendit aussi-tốt à Alep, fie couper les pieds & les mains & arracher les yeux à l'auteur de la révolte; il se proposoit de faire périr son fils, mais la tendresse paternelle le retint , il se contenta de le déposer', & de mettre eri sa place son neveu Soliman (6), & son fils se retira à Damas auprès de Thoghteghin. Peu de tems aprèsIl-ghazi voulut aller reprendre Zaredra que les Francs avoient fait fortifier. Joscelin Comte d'Edesse marcha aussi-tôt vers Sar- Beli Ana min (C) avec ses troupes , & appella à son secours le Roi Lioch,

Aboulfedha de Jérusalem. A l'arrivée des Chrétiens, Il-ghazi s'en retourna à Alep, pendant que Joscelin

ravageoit tout le pays des environs, & détruisoit Bouzaa. Il-ghazi (d) qui avoit érté ata- Benschou: qué d'une maladie violente, mourut (e); son fils Timourtasch lui succéda à Maredin', son autre fils Soliman eut Miafarekin qu'Il-ghazi avoit reçue peu de tems auparavant du Sulthan de Perse, & son neveu Soliman se conserva dans Alep jusqu'à ce que Balak (f) vint la lui enlever.

Pendant ce tems-là ce même Balak qui étoit entré sur Aboulfedha. les terres des Francs, enleya dans une embuscade Jofce

nah,

(a) Appellée Merdinum par nos Hif- teghin, toriens.

(e) Aboulfedha , Aboulfaradge & (6) Fils d’Abdel dgiabbar, fils d'Or- Aboulmahasen le font mourir en 516, rok , & surnommé Bedreddoulet. dans le mois Ramadhan ; Benschounah,

(c) Appellée Samartan par nos His- en-515; & Guillaume de Tyr, l'an 1121. toriens.

(f) Fils de Bahràm , fils d'Ortos. (d) Il ayoit épousé la fille de Thogh

« AnteriorContinuar »