Imágenes de páginas
PDF
EPUB

L'an 1149.

Cothbeddin,

la Syrie; les nombreuses armées qui étoient arrivées d'Ocm Apr.-J. C.

cident étoient capables de renverser l'Empire des Atabeks; Noureddin mais leurs divisions étoient un obstacle au rétablissement de

leurs affaires , & quoique les Atabeks fussent eux-mêmes
en guerre les uns avec les autres, Noureddin par son cou-
rage se trouva toujours en état de repousser les Francs.
Il Les avoit battus (a) à Yagra où ils étoient assemblés

pour Abouffedha faire le siége de Damas. Lorsqu'il eut appris qu'ils avoient Guillaume levé le siége de cette ville , que le Roi de France & l'Emde Tyr.

& pereur s'étoient retirés, Aboulfa

que

le territoire d'Antioche étoit radge. dégarni de troupes, il avoit assiégé le château de Népa. Benschou- Raimond Prince d'Antioche , sans attendre que toute lon nah,

armée fût assemblée, étoit venu au secours de ce château.
Noureddin qui ne le crut pas si peu accompagné, avoit levé le
siége, & s'étoit retiré dans un lieu plus sûr, dont il ne sortit que
quand il eut été informé de la véritable situation des Francs.
Il marcha alors contre le Prince qui présumant trop de ses
forces, rangea ses troupes en bataille. Les Francs ne tar-
derent

pas

d'être mis en déroute. Raimond (6) percé de
plusieurs blessures fut tué sur le champ de bataille, la tête
fut coupée par ordre de Noureddin , & envoyée à Bagdad.
Cette victoire de Noureddin avoit répandu la consternation par-
mi tous les Francs. Alors Noureddin envoya dans tout le terri-
toire d'Antioche des troupes. Il pénétra jusqu'au monastere
de S. Siméon, qui est situé sur une montagne très-élevée
entre Antioche & la mer. Il descendit sur le bord & s'y
laya en présence de toute son armée, comme une marque
de fa victoire. 'De-là il yint fondre sur le château de Ha-
rem (c) éloigné d'Antioche d'environ dix milles, il le prit
& у
mit une

forte garnison.
Constance femme de Raimond étoit restée veuve avec
deux jeunes enfans & autant de filles. Elle gouvernoit seule
la principauté d'Antioche. Le Patriarche Aiméric l’allistoit
de les conseils & de son argent pour assembler des troupes

[ocr errors]

(d) L'ani 543 de "Hegire , de J. C. (c) Nos Historiens le nomment Haz
1148.

renc.Cet événement arriva l'an 544 de
(6) Il fut tué le 27 de Juin de l'an l'Hegire,
1148.

din.

L'an 1150

& l'es opposer à Noureddin. D'un autre côté, le Roi de

Apr. J. C: Jérusalem, Baudouin III. vint au secours, de ce pays, il se Noureddin présenta devant Harem:& en fit le siége, mais comme cette Cothbedplace étoit munie de toutes sortes de provisions il fut obligé

Aboulfedha de décamper quelques jours après, il se retira à Antioche, Benelashiro & Noureddin continua de ravager tout le pays. Il assiégea (a) Aboulma

, & prit par composition le château d'Apamée (b) situé sur une colline environ à une journée de Hama, c'étoit une des places les plus fortes que les Francs eussent dans les environs ; de-là ils venoient piller toute la contrée de Hama. Les Francs s'assembloient pour faire lever le siége, mais ils s'en retournerent lorsqu'ils apprirent que Noureddin s'en étoit emparé. Ce Prince qui souhaitoit de se rendre maître de Damas alla se présenter (c) devant cette ville ; Modgireddin qui en étoit Roi, la garantit du fiége en se soumettant & en s'engageant à faire prononcer le nom de Noureddin dans la priere publique , après celui du Khalif & du Sulthan, & à le faire graver sur les monnoyes. Noureddin satisfait de cette soumission se retira , & alla prendre le château d'Ezaz. Mais il revint l'année suivante devant Damas; de-là

guerre (d) dans la Comté d'Edesse; Joscelin le L'an 1151 jeune depuis la prise de cette ville demeuroit à Tell-bascher où il venoit d'être affiégé par Masoud Sulthan d'Iconium. Joscelin défit Noureddin , & parmi le grand nombre de prisonniers qu'il fit , il trouva le Selikhdar ou Ecuyer de Noureddin avec les armes même de ce Prince; il l'envoya au Sulthan Masoud en lui faisant dire, voilà l’Ecuyer de celui qui a épousé votre fille (e), peut-être dans la suite Guillaume vous arrivera-t'il quelque chose de plus fâcheux. Noureddin des Tiere pour se venger de cet affront, fit rassembler les Turkomans, Benelashir. & leur fit de grandes promesses s'ils pouvoient faire périr ou arrêter Joscelin qui étoit le Aéau des Musulmans; les Turkomans rencontrerent ce Comte sur la route d'Antioche, comme il s'étoit séparé du reste de fa troupe, aufli-tôt.ils

il porta

la

(a) L'an 545 de l'Hegire.

545 de l'Hegire. (b) Aboulmahasen met cet événement (d) L'an 546 de l'Hégire. en 544

Ce) Noureddin avoit épousé une fille (6) Dans le mois Mouharram de l'an de Masoud , Sulthan d'Iconium,

din.

l'arrêterent , mais leur ayant donné une somme considérable, Apr. J. C. ils le relâcherent; un Turkoman courut à Alep, & y rendit Noureddin compte de cette trahison à Aboubekr fils de Daïeh qui en Cothbed- étoit' Gouverneur, Noureddin étoit alors à Hemesse. Abou

bekr envoya promptement des troupes qui envelopperent les Turkomans & Jofcelin, on le conduisit à Alep où il fut mis dans les fers & tué ensuite. Les inimitiés de ce Comte avec le Prince d'Antioche qui avoit été tué

par Noureddin , l'envie qu'il eut d'envahir cette principauté ont terni sa mémoire', & ne l'ont pas moins rendu odieux aux Chrétiens qu'il étoit redoutableaux Musulmans. Les Chrétiens se réjouirent de son malheur , parce qu'ils le haïssoient ; & les Musulmans regarderent la prise comme l'évenement le plus favorable qui pût leur arriver , parce qu'ils le redoutoient.

La veuve de Joscelin étoit restée dans Tell-bascher ; le Roi de Jérusalem qui appréhendoit que ce pays ne tombât tout entier entre les mains des Musulmans , se rendit à Antioche avec des troupes. Le Sulthan d'Iconium le ravageoit alors , & les armées de Noureddin étoient répandues de toutes parts. L'Empereur de Constantinople instruit des succès des Musulmans fit offrir à la Comtesse d'Edesse des sommes considérables , à condition qu'elle lui remettroit toutes les places qu'elle possédoit ; il espéroit non-seulement de s'y maintenir, mais encore d'enlever aux Turcs toutes celles qu'ils avoient prises. Plusieurs des Princes Francs n'étoient point d'avis qu'on acceptât les offres de l'Empereur ; mais Baudouin III Roi de Jérusalem , voyant qu'il étoit difficile de chasser les Turcs de ce pays, & ne pouvant lui-même se charger de le défendre , consentit à le donner aux Grecs, bien persuadé cependant qu'ils ne pourroient le conserver longtems; il aimoit mieux que ce malheur arrivât aux Grecs qu'aux Francs. En conséquence, il conduisit lui-même avec le Comte de Tripoli & les principaux d’Antioche les Of ficiers de l'Empereur à Tell-bascher, & emmena la Comtesse avec ses enfans, les Francs & les Arméniens qui youlurent sortir. Les Grecs prirent possession de Tell-baf

cher

L'an 115.2

cher (a), d’Aïntab, Rawandan, Tell-khaled, Bira, Samosath & autres.

Apr, J. C. Noureddin appriť bientôt que

les Francs désespérant de Noureddin

Cothbeda pouvoir se maintenir dans ce pays l'avoient remis aux Grecs, din. & que le Roi de Jérusalem conduisoit avec lui une multitude de peuple qui abandonnoit la contrée d'Edesse. Réfolu de les enlever, il marcha au-devant d'eux, les rencontra proche Doulouk, (b), éloignée de cinq à six milles de Tellbascher. Les Francs se rangerent en bataille, & firent tous leurs efforts pour gagner la fortereffe d'Aïntab, qui n'étoit pas éloignée de-là. Les premiers s'y rendirent & s'y reposerent pendant la nuit. Le lendemain le Roi de Jérusalem se remit en marche. Toute cette troupe étoit composée d'un très-petit nombre de soldats, le reste étoit des vieillards, des femmes & des enfans. On marcha toujours au milieu des Turcs ; les bagages étoient hérissés des fléches que ceux-ci lançoient. Les Francs profiterent du tems que les troupes

de Noureddin étoient allées chercher des vivres pour gagner la forêt de Marriz, & ensuite le

pays

d'Antioche, où ils furent alors en sûreté. Les Grecs de leur côté ne conserverent pas long-tems tous les châteaux de la Comté d'Edesse qui leur avoient été abandonnés. En moins d'un Aboulfedha an Noureddin leur reprit Tell-bascher, Aïn-tab, Doulouk,

Aboulfa

radge. Ezaz, Tell-khaled, Courous , Rawandan, Bordge erresas , Benschoula forteresse de Bira, Kafarsoud , Khafarlatha , Marasch ,

AboulmaNahar-el-dgiouz , Hisn-el-bada, Hisn-farfout & plusieurs hafen. autres.

La mort d'Anar Régent du Royaume de Damas & L'an 1154 beau-pere de Noureddin, arrivée quelque tems auparavant, avoit apporté un changement considérable dans la Syrie. Modgireddin abc Roi de Damas, étoit un Prince mol &

efféminé qui redoutoit les Francs, il avoit même pour eux · tant de complaisance qu'il leur rendoit tous les esclaves Chrétiens. Noureddin craignant à juste titre que tôt ou tard les Francs ne s'emparassent de cette ville, écrivit (c)

Benelathir.

nah.

(a) Nos Historiens les nomment Tur- lupa. besler & Hamtab.

(c) L'an 549 de l'Hegire. (6) Nos Historiens la nomment Tu Tome II. Part. II.

Z

l'an 1154

Benjamin de Tud.

- aux habitans, en gagna plusieurs, & profita du tems que les Apr. J. C.

Francs étoient occupés au siége d’Ascalon, & qu'en conséNoureddin quence ils ne pourroient point envoyer des secours au Roi Cothbed- de Damas , pour s'approcher de cette ville avec son armée.

On lui ouvrit la porte orientale, il prit poffeflion de Damas, alliégea ensuite Modgireddin qui s'étoit retiré dans le châu teau, & fit offrir à ce Prince de lui donner Hemesse en échange ; celui-ci l'ayant accepté Noureddin , entra dans le château, mais il ne tint pas fa parole ; il voulut donner au lieu d'Hemesse la ville de Napoulous, Modgireddin rejetta cet échange, se retira à Bagdad où il resta jusqu'à sa mort, mécontent de la conduite de Noureddin.

La ville de Damas, capitale du Royaume du même nom , étoit une des plus grandes & des plus belles villes de la Syrie; elle étoit fortifiée de hautes murailles , à quinze milles aux environs, ce n'étoit qu'une plaine délicieuse remplie de jardins. Un Auteur qui s'y rendit dans le tems que Noureddin en étoit le maître, dit qu'il n'y a pas

de ville plus abondante en toutes sortes de fruits que

Damas. L’Amna & le Pharphar qui descendent du mont Hermon au pied duquel elle est située , arrosent tout son territoire; les eaux de l’Amna sont distribuées par des canaux dans les maisons des Grands, dans les marchés & dans les places publiques; le Pharphar traverse toute la ville. La Mosquée de Damas est une des plus fuperbes de l’Orient. On prétend qu'il y avoit une muraille de verre percée de fenêtres, dont le nombre répondoit à celui des jours de l'année folaire, ce qui servoit à indiquer les différens tems de l'année. On croyoit qu'elle avoit été faite par art magique ; mais il n'étoit point rare de trouver dans l'Orient de ces sortes de bâtimens de verre ; auparavant des Ouvriers de Samarcande ayoient fait connoître aux Chinois cette maniere singuliere de bâtir , & depuis ce tems on avoit conf- : truit à la Chine de grandes salles de verre qui pouvoient contenir une centaine de personnes.

Noureddin n'avoit pas encore fait une conquête si importante. La prise de Damas le rendoit maître de tout le Royaume. Pendant que les Francs étoient encore devant

Guillaume

de Tyr.

« AnteriorContinuar »