Imágenes de páginas
PDF
[ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]

(a) Son nom étoit Abounasr Mansor (b) Fils de Mikhail, fils de Seldgiouc. Mohammed el khondari , quelques - uns (c) Dans le mois Ramadhanle nomment encore Abd-el-moulk. (d) L'an 457 de l'Hegire. "

d'Herbelot, il y avoit alors dans cette province un rebelle nommé Khazan, qui avoit une armée d'environ trente mille

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors][merged small][merged small]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

resteroit dans la place en payant tous les ans un tribut-
Les Ecrivains Orientaux attribuent le succès de cette en-
treprise à la piété & à la religion de Nedham-el-moulk.
Le Vizir, pendant que le Sulthan étendoit les limites de
ses Etats, s'attachoit à étendre celles de l'esprit humain,
& faisoit fleurir les sciences dans ses vastes Etats. Nedham-
el-moulk étoit devenu l'azyle & le prctecteur des Sçavans,
il faisoit bâtir des collèges dans les différentes villes. Le
plus célébre est celui dont il jetta les premiers ondemens
cette année dans Bagdad , & qui ne fut achevé que l'an
1c66. Ce Collège étoit appellé Medreset-el-Ayed4amie.
· Ensuite le (a) Sulthan s'occupa pendant quelque tems
des affaires de Syrie. Il donna à Scharf-ed-doulet (b)
Roy de Moussoul, Anbar & Tecrit. La ville de Mara-el-
nooman fut confiée à un Khan Turc, originaire du Maoua-
rennahar , & qui vint se camper dans ce pays avec des
Turcs, des Dilemites, des Kurdes & des Georgiens. Mais
† tems après le Sulthan le transporta ailleurs , &
onna cette ville à un autre Emir nommé Phars-eddou-
let-yanes-es-saleh. Tous ces Turcs répandus dans la Syrie
ne cessoient d'inquieter les troupes Greques qui étoient
dans le voisinage, & à Malathie. Ils défirent la garnison de
cette ville & pénétrerent jusqu'à Césarée portant partout
le ravage. Ils entrerent dans la Cilicie, dont ils surprirent
les habitans , & après y avoir fait un grand butin, ils re-
prirent le chemin d'Alep. Ils étoient conduits dans ces ex-
péditions par un certain Amertic qui commandoit aupa-

ravant les troupes de l'Empereur Grec, & que le défaut de

provisions avoit obligé de se jetter dans le parti des Turcs.

Ces peuples se réunirent ensuite avec les Mardaschides qui regnoient dans Alep , & vinrent ensemble aux environs d'Antioche de Syrie , où ils enleverent beaucoup de prisonniers, Nicephore Botoniate y fut envoyé par l'Empereur Grec à la tête d'une bonne armée que l'avarice rendit inutile. Les soldats à qui on avoit retranché une

[ocr errors]
[graphic]

partie des vivres déserterent, & laisserent aux Turcs la li-
berté de courir le pays. On ne leur opposa que des trou-
pes mal disciplinées § à la hâte dans Antioche , &
qui manquoient de tout. Botoniate fut contraint d'aban-
donner le commandement d'une pareille armée.
Mais aussi-tôt que Romain Diogenes fut parvenu à l'Em-
ire de Constantinople , il résolut de chasser de ses Etats
† Turcs, & d'arrêter leurs incursions. Il se rendit en con-
séquence avec d'assez mauvaises troupes dans la Phrygie,
où le Sulthan étoit venu camper dans le dessein d'y pren-
dre ses quartiers d'hiver pour recommencer ses courses au
printems prochain. L'arrivée de l Empereur que le Sulthan
regardoit comme un Prince belliqueux,ne lui permit pas de
rester si tranquille,& dans la crainted'en venir aux mains avec
lui, il se retira, partageant ses troupes en deux corps , I'un
qu'il envoya vers le midi, & l'autre dans les provinces du
nord. Romain Diogenes suivoit le premier dans la Cilicie &
dans la Celesyrie, lorsqu'il apprit que l'autre partie de l'ar-
mée Turque venoit de piller Neocesarée, & que ces Bar-
bares se retiroient chargés de butin. L'Empereur avec ses
meilleures troupes, & après avoir laissé à Sebaste ou Siouas
tous ses bagages, traversa les montagnes & joignit les Turcs,
qui furent tellement étonnés de le voir prêt à fondre sur
eux, qu'ils abandonnerent tout le butin pour prendre la
fuite. La fatigue que les Grecs avoient essuyée dans leur
marche précipitée ne leur permit pas de Ies poursuivre,
& c'est ce qui sauva les Turcs qui perdirent peu de mon-
de. L'Empereur reprit ensuite le chemin de la Syrie , il
envoya un détachement vers Malathie ou Melitene , &
alla ravager le territoire d'Alep , dans laquelle regnoit
Mahmoud le Mardaschide. Il se rendit maître d'Hiera-
olis. Mais pendant qu'il étoit occupé à battre une tour
où l'on faisoit encore quelque résistance, Mahmoud avec
ses troupes surprit une partie de l'armée Impériale c u'il
mit en fuite sans que le reste se hâtât de venir au se-
cours. Le Gouverneur de Khelat informé de cette dé-
route se rendit aux Turcs avec les siens. Dans l'espérance
de faire prisonnier l'Empereur , les Turcs environnerent

[ocr errors][ocr errors]

, , c le camp des Grecs Romain Diogenes les vint attaquer (a) 2§ sans ayoir donné le signal du combat, ni fait retentir le L bruit des instrumens militaires. Les Turcs qui ne s'y attendoient point furent battus, & la victoire eut été complette, si les Grecs les eussent poursuivis, L'Empereur re- vint à Hierapolis ou Manbedge, dont il fit reparer le châoio teau , alla prendre ensuite quelques places & retourna (5) à Constantinople par la Cilicie. . Scilitzes. Au printems suivant Romain Diogenes revint dans l'o# , rient. Les Turcs qui s'étoient répandus en grand nombre " " dans les environs † Cesarée, se retirerent à l approche de l'Empereur qui passa l'Euphrate, & se rendit à Romanopolis dans le dessein de pénétrer jusqu'à Khelat. Il laissa dans les environs de Malathie Philarete avec un corps de troues ; mais les débauches & l'avarice insatiable de ce Général le rendirent méprisable & odieux à ses soldats. Il fut battu, & perdit tout son bagage. Ses soldats poursuivis par les Turcs rejoignirent Romain Diogenes à Celzene. Pendant ce tems-là les Turcs qui n'oserent s'approcher d'avantage de l'armée Impériale se jetterent dans la Cappadoce, - où ils firent de grands ravages. Ils entrerent ensuite dans la Lycaonie & dans la Pisidie. L'Empereur fut obligé de ne plus songer à Khelat pour venir promptement au secours de ses provinces. Il apprit en chemin que les Turcs étoient entrés § Iconium , mais que n'osant l'attendre ils avoient évacué cette place. Il envoya une partie de ses légions pour rejoindre Cataturias qui commandoit dans Antioche de Cilicie , ordonnant que toutes ces troupes revinssent le joindre à Mopsueste , par où l'on croyoit que les Turcs repasseroient pour s'en retourner. Mais ces peuples prirent leur route par les montagnes de Seleucie, & vinrent dans les plaines de Tarse, où après avoir essuyé quelque échec de la part des Armeniens, ils se sauverent à Alep, pendant que l'Empereur faché d'avoir manqué cette occasion s'en retourna (c) à Constantinople.

(a) T e 2o de Novembre Indict. 7: l'an (c) Zonare place cet événement à l'an 462 de l'Hegire. 6578 du monde vers l'automne à la 8me. (b) Sur la fin de Janvier indiction.

« AnteriorContinuar »