Imágenes de páginas
PDF
EPUB

intrépidité sans exemple se jetta dans l'Indus. Quatre mille de ses soldats s'y précipiterent avec lui. Au milieu même du Apr. J. C: fleuve , il ne cessoit de lancer encore des Aéches contre les DgelaledMogols. Genghizkhan & ses soldats resterent étonnés sur le din. rivage. Ce Prînce ne put s'empêcher de dire en se tournant du côté de ses enfans. « Dgelaleddin est un fils digne so de Mohammed fon pere, puisqu'il échappe de ce danger , » il a dû s'étre trouvé à bien d'autres.» Quelques Mogols voulurent le poursuivre dans l'eau, mais Genghizkhan les en empê. cha. Il ordonnà qu'on rassemblât le reste de la famille du Sulthan, fit tuer tous les mâles, & réserva les femmes & les filles. Il s'occupa ensuite du soin de faire retirer du fleuve tous les trésors.que Dgelaleddin

.que Dgelaleddin y avoit fait jetter. Pendant ce tems-là, le Sulthan de Kharizme s'efforçoit de gagner l'autre bord du fleuve , ses troupes y étoient déja parvenues; pour lui, il fut. porté par les flots avec trois de fes gens dans un lieu éloigné, & on le chercha pendant trois jours. Après qu'il eût rejoint son monde, il recommença la guerre dans ces quartiers , battit les Indiens en plusieurs rencontres, & lorsqu'il eût appris que les Mogols avoient répassé le Gihon , il vint à Lahor dans le dessein d'aller soumettre l'Eraque. Il laisla dans ses nouvelles conquêtes deux Officiers , Pehlevan Uzbek & Hassan Carrac, surnommé Quapha Moulk. Ce dernier dans la suite chassa Uzbek , & s'empara de tout ce qu'il avoit aux Indes (a).

La défaite de Dgelaleddin (b) s'étoit répandue dans tous L'an 12233 fes Etats , son frere Gaïatheddin Tizschah qui régnoit dans Aboulfedha le Kerman , crut pouvoir en tirer quelque avantage pour son aggrandissement, il s'empara des villes de Rey, d'Ispahan , d'Hamadan , & des autres lieux de l’Eraque Persique, il battit son oncle Baghan Thabesi qui s'étoit révolté contre lui. L'année suivante (c) il s'empara du Royaume de Fars qui L'an 12244 appartenoit à l'Atabek Saad ben Dakla , & prit possession de Schiras. Saad , qui ne possédoit plus que quelques châteaux, fit la paix avec Tizschah , qui lui céda une partie du Fars.

Mais tout changea bientôt de face, Dgelaleddin revint L'an 12250 (a) L'an 627 de l'Hegire, de J.C. (6) L'an 620 de l'Hegire.

(c) L'an 621 de l’Hegire. Tom. II. Part. II

[ocr errors]

Nn

L'an 1225.

dans le Kerman (a), & se disposa à rentrer en Perfé ; tous Apr. J. C.

ses Emirs se rendirent en foule auprès de lui & lui prêterent Digelaled- ferment. Les peuples le reçurent avec des exclamations

extraordinaires, & les Poëtes célébrerent son retour par d'Herbelet.

des Vers. Il reconquit Ispahan & toute l'Eraque Persique , chassa fon frere Gaiatheddin Tizschah du Royaume de Fars, qu'il rendit à Saad. De-là , Dgelaleddin vint s'emparer du Kouzistan qui appartenoit au Khalif Naser, il prit l’Adherbidgiane , Kendgia, le pays d'Arran ; c'est alors qu'il fit transporter son pere

de l'Ille où il avoit été enterré., dans le château d'Ardhan. Dans la fuite , lorsque les Tartares se failirent de cette place, ils l'exhumerent & brûlerent ses os. Ils faisoient un pareil traitement à tous les Rois dont ils trouvoient les tombeaux; celui de Mahmoud, fils de Sebekteghin éprouva cette destinée. Dgelaleddin prit ensuite la route de Bagdad & vint jusqu'à Yacouba. L'allarme se répandit dans Bagdad , & on se prépara à soutenir un liége. Mais Dgelaleddin se contenta de mettre au pillage les environs, & fit ensuite marcher ses troupes du côté d'Arbel. Moudhaffer eddin Koukberi, qui étoit Roi de cette ville , se soumit. De-là le Sulthan passa dans l’Adherbidgiane qui avoit* Tauris pour capitale , il s'en empara , & en chassa le Roi Moudhaffer eddin Uzbek, qui se retira à Kendgia sur les frontieres du pays des Georgiens.

Dgelaleddin avoit alors une armée nombreuse; après qu'il d'Herbelor se fût rendu maître de l’Adherbidgiane , il alla attaquer les

Géorgiens (b). Le Roi du pays se prépara à une vigoureuse défense , & vint au-devant de lui avec une armée supérieure en nombre. Le Sulthan , après l'avoir examinée par lui-même de dessus une hauteur, reconnut qu'il y avoit avant l'avant-garde des Géorgiens une troupe de Khozars. Ces peuples qui s'étoient révoltés sous le régne précédent , avoient eu recours à Dgelaleddin, qui avoit obtenu de son pere le pardon de leur faute. Il profita de cette circonstance, & leur envoya du pain & du fel , pour leur rappeller dans la mémoire les services qu'il leur avoit rendus. Les Khozars qui eurent honte de faire la guerre à leur bienfaicteur , abans (a) L'an 612 de l'Hegire.

(6) L'an 623 de l’Hegire,

l'an 1226.

Apr. J. C.

donnerent aussi-tôt le parti des Géorgiens, & se retirerent chez eux. Après cette désertion le Sulthan fit offrir une tréve l'an 1zzo: d'un jour à ses ennemis, afin de leur laisser le tems de faire Dgelaled

din. leurs réflexions sur la retraite des Khozars, & les porter à un accommodement. C'est pendant cet intervalle

que

les plus braves des deux armées se firent des défis. On prétend que

le Sulthan voulut prendre part à cette espece de gloire. Il se déguisa en simple cavalier , & se présenta au combat. Un Géorgien vint à lui, aussi-tôt le Sulthan le jetta par terre d'un coup de lance, & terrassa de la même façon les trois fils de ce Géorgien. Un homme d'une taille gigantesque lui offrit ensuite le combat , & lui porta sans relâche de violens coups , que ce Prince para avec beaucoup d'adresse ; mais comme il s’apperçut que son cheval, qui étoit trèsvif , alloit tomber avec lui, il mit pied à terre, & foutint l'assaut de son ennemi. Il prit si bien son tems , qu'il lui porta un coup de lance dans le front, & le renversa mort. . Les deux armées jetterent de grands cris d'admiration. Aussitôt le Sulthan , profitant de leur étonnement, chargea ses ennemis , & remporta une victoire qui le rendit maître du pays. Pendant le Sulthan étoit occupé de la que

Nifawig

guerre des Géorgiens, il apprit que Barak hadgeb s'étoit emparé du Kerman. Cet homme étoit un Khitan, qui avoit été envoyé en ambassade par les Mogols à Mohammed. Les belles qualités que ce Sulthan avoit remarquées en lui , furent cause qu'il le retint à son service. Barak hadgeb s'attacha ensuite à Dgelaleddin son fils, dans le tems qu'il n'étoit que Roi de Ghazna. Enfin il se révolta entiérement', & fonda dans le Kerman une Dynastie connue sous le nom de Caracatayens. Ensuite Dgelaleddin contraignit le Cadhy de Tauris à rompre le mariage d’Uzbek avec la fille du Sulthan Thogrul, dernier Roi des Seljoucides , & il épousa cette Princesse. Il continua à poursuivre Uzbek, envoya contre lui une armée à Kendgia , & l'obligea de se retirer ailleurs. Après avoir fait une ligue offensive & défensive avec Moadhem ifa , Roi de Damas, & Koukberi , Roi d'Arbel, il alla enlever Tephlis aux (a) Géorgiens. (A) L'an 623 de l'Hegire,

Nn ij

Cela n'empêcha cependant pas que ce Sulthan n'entreApr. J. C. In 1'126. prît dans la même année le siége de la ville de Khelath; D) zelaled- il resta long-tems devant cette place, où commandoit Houdin,

sameddin aly, Lieutenant d’Aschraf. Les neiges qui tomberent alors en abondance , obligerent le Sulthan de décamper. Peu de jours après il reparut devant cette place, & se difposa à l'attaquer une seconde fois : mais après plusieurs assauts inutiles il leva le siége à cause de la rigueur du froid. Le Gouverneur de Khelath se mit à son tour en campagne à la tête des troupes d'Aschraf , & alla prendre sur Dgelaleddin les villes de Khoi, de Salmas & de Nakhdgiouan.

Le Sulthan , occupé alors à repousser les Mogols qui étoient L'an 1127, rentrés (a) dans son pays , ne put arrêter le Gouverneur de

Khelath. Dgelaleddin livra plusieurs combats à ces Mogols
qui remporterent souvent la victoire. La guerre ne dura ce-
pendant pas long-tems avec eux, & dans la même année
il revint aux environs de Khelath , où il fit de grands ra-
vages & des actions indignes d'un grand Prince. Il deve-
noit de plus en plus formidable. I izschah fon frere
le redoutoit , se retira chez les límaéliens. Sur la fin de

l'année ()) il vint assiéger Khelath pour la troisieme fois; Aboulfedha

Azzeddin ybek y commandoit alors pour Aschraf. DgelaAboulfa leddin battit cette ville du côté du lac avec vingt machiradg Absina- nes , & y passa tout l'hyver. Le fiége fut long & rude. Les

habitans furent réduits à de grandes extrémités. Ils mangerent jusqu'aux chiens ; la livre de pain , mesure de Damas, у valut jusqu'à une piece d'or d'Egypte ; la ville fut emportée l'épée à la main ().

Dgelaleddin qui jusqu'alors avoit résisté à tous les efforts des armées innombrables des Mogols, vint échouer vis-àvis des petits Rois de la Syrie & de l’Egypte. Il n'est plus ce grand Dgelaleddin , cette barriere que Genghizkhan n’avoit pu

surmonter, c'est un Prince aufli lâche & aufli efféminé, que s'il n'eût jamais sorti de son sérail, qui fuit devant une poignée de soldats , & qui va enfin se faire massacrer par des voleurs. Après la prise de Khelath, Alaeddin kaikobad, (a) L'an 625 de l’Hegire.

(c) L'an 627 de l’Hegirc. ) L'an 626 de l’Hegire.

; qui

L'an 1129.

kajen.

Sulthan de l'Asie mineure , & Aschraf reunirent leurs troupes Apr. J. C. à Siouas, dans le dessein de chasser Dgelaleddin de sa nou- L'an 1229. velle conquête ; le Sulthan sortit de Khelath avec quarante dine

Dgelaled mille hommes. Les deux armées en vinrent aux mains , Alchraf & Alaeddin eurent la supériorité, mais les Kharizmiens n'avoient pas pris la fuite. De part & d'autre on resta toute la nuit dans ses rangs , & l'on recommença le lendemain le combat ; alors le Sulthan de Kharizme fut défait entiérement , & obligé de prendre la fuite après avoir perdu un nombre prodigieux de ses gens. Le reste fut fait prifonnier, & quelques-uns se sauverent dans les montagnes de Trébisonde; quinze cens de ces derniers tomberent dans des précipices , & y perdirent la vie. Le Sulthan de Kharizme marcha nuit & jour vers Khortobret, où il arriva seul, de-là il prit le chemin de la Perse, & s'arrêta à Khoi.

Aschraf après cette victoire envoya un Ambassadeur au Sulthan de Kharizme, pour le prier de bien traiter les prisonniers qu'il avoit chez lui. Le Sulthan dit à l'Envoyé :

Les prisonniers qui sont entre les mains d'Aschraf, ne sont » que des esclaves, & ceux que j'ai faits sur lui, font des

kois & des Princes de sa famille ; au reste, s'il souhaite la

paix , j'y consens ». Aschraf lui fit cette réponse : « Tous » mes pays ont été exposés à la fureur de vos soldats ; vous - les avez ravagés , vous y avez commis toutes sortes de

crimes, tout est encore teint du sang que vous y avez répandu ; avant que de faire la paix, il faut rendre les vil- les que vous avez prises ; à l'égard des Rois que vous » avez faits prisonniers, mon frere Modgireddin yacoub est » le seul ; je le regarde aujourd'hui comme mort; un grand - nombre d'autres tiennent sa place ; je loue Dieu de ce os qu'il m'a donné une famille qui monte à plus de deux mille s braves cavaliers. Pour vous , qui n'avez point d'enfans , » vous ne laisserez après vous que des gens qui vous dé» teiteront ». On

que

de semblables reproches ne produisirent pas la paix ; le Sulthan irrité fit tuer en sa présence Ibegh, Gouverneur de Khelath , qui avoit été pris dans le dernier fiége. Dgelaleddin , par sa mauvaise conduite , se rendoit alors Aboulfedha

Nn üj

[ocr errors]

peut croire

« AnteriorContinuar »