Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors]

nium & de détruire entierement l'Empire des Turcs. Le Sul

Apr. J. C. than , après avoir reçu des troupes de tous les Princes Maho- L'an 1176 métans, lui fit faire des propositions de paix. Les plus sages &

Kilidge

arslan 11. les plus expérimentés conseilloient à l'Empereur de les accepter; mais ce Prince , n'écoutant en cette occasion que les avis de ceux qui favorisoient son inclination, répondit à l'Ambassadeur qu'il rendroit réponse au Sulthan à Iconium. Alors Kilidge Arslan plaça des troupes dans les défilés de Zibryza par où les Grecs devoient passer

. Manuel Comnène s'y enga-
gea avec autant de légereté qu'il avoit entrepris cette guerre.
On étoit alors au mois de Septembre. Jean & Andronic fils
de Constantin alloient à la tête de l'armée avec leurs

troupes.
Hs étoient suivis de Macroducas Constantin, & de Lapardas
Andronic. A l'aîle droite étoit Baudouin , beau-frere de l’Em-
pereur ; à la gauche Maurozomes Théodore, ensuite venoient
les bagages, toutes les machines & les valets de l'armée.
Andronic Constostephanus fermoit la marche avec ses troupes.
Les cohortes des fils de l'Ange, de Macroducas & de La-
pardas passerent heureusement le défilé ; l'infanterie ayant
délogé les Turcs de leur embuscade. Le reste de l'armée
roit eu le même bonheur si les Grecs n'avoient pas tant tardé à
suivre. Ils laisserent aux Turcs le tems de se rallier; Kilidge
Arslan les arrêta, mit en déroute le corps que Baudouin com-
mandoit , & ce Prince qui s'étoit jetté dans le plus épais des
Turcs fut tué sur la place. Les Grecs se trouverent enfermés
de tous côtés, sans pouvoir faire un pas ni en ayant ni en ar-
riere. Découragés même par l'impossibilité de la retraite, ils
se laissoient égorger sans résistance; ils le furent encore davan-
tage quand ils virent la tête d’Andronic Bataze au haut d'une
lance portée par les Turcs. L'Empereur confterné restoit en
silence, ne sçachant plus quel parti il avoit à prendre. Tous
ses efforts devenoient inutiles, le nombre des Turcs augmen-
toit à chaque instant. Il permit à un chacun de se fauver ; &
lui,avec un petit nombre des plus braves & de ceux qui étoient
les plus attachés à sa personne, il essaya de se faire jour à tra-
vers les ennemis, mais il fut repoussé. Il rencontroit toujours
de nouveaux dangers de vallées en vallées. Un ouragan
épouvantable qui furyint & qui faisoit rouler des tourbillons

au

[ocr errors]
[ocr errors]

Apr. J. C.

arslan II.

de poussiere & de sable au milieu de ces montages, augmenta l'an 1176. le désordre, les Turcs & les Grecs dans l'obscurité causée par Kilidge- la tempête, s'égorgerent les uns & les autres. Toute la vallée

n'étoit plus qu'un affreux monceau d'hommes & de chevaux
culbutés les uns sur les autres. Après que les ténebres furent
dissipées, le spectacle fut encore plus horrible; des mourans
ensevelis sous les corps de ceux qui avoient été tués deman-
doient un secours que personne n'étoitni en état ni dans la réso-
lution de leur donner. L'Empereur sans gardes & accablé de fa-
tigues étoit retiré sous un arbre où un soldat vint lui remettre son
casque sur la tête. Il fut apperçu par un Turc qui accourut
pour

le faire prisonnier ; Manuel Comnène d'un éclat de
lance qu'il tenoit à sa main, lui décharge un coup sur la tête,
& le jette à ses pieds. Les Turcs arrivoient en foule vers lui,
mais il fut débarrassé par dix de ses soldats, il sortit enfin de
ces gorges, & regagna l'avant-garde. Le lendemain de cette
action qui avoit été si sanglante, ce Prince vouloit prendre la
fuite & abandonner ses troupes , mais sur l'avis de plusieurs il
consentit à rester. Dès la pointe du jour les Turcs reparurent
& repousserent Jean fils de Constantin l’Ange; Constantin
Macroducas fut également obligé de se retirer: on appréhen-
doit encore tout de la part des Turcs, lorsque dans le tems qu'on
s'y attendoit le moins, le Sulthan envoya à l'Empereur l'Émir
Gabra, & lui offrir la paix. Il se contenta d'ajouter aux anciens
traités , que Manuel Comnène feroit démolir Dorylée &
Sublée.

Cette paix que l'on ne devoit point espérer, mit l'Empereur en état de continuer sa marche ; il fut cependant inquiété par quelques partis Turcs qui étoient mécontens d'une paix si précipitée. De son côté, il n'éxecuta point toutes les conditions du traité, & ne rasa que Sublée, malgré les instances du Sulthan

pour faire la même chose à Dorylée. Cela devint le sujet d'une nouvelle guerre. Le Sulthan chargea son Atabek ou Gouverneur d'aller avec une armée de vingt-quatre mille hommes ravager tout le pays qui s'étend jusqu'à la mer. L'Atabek pilla en effet toutes les villes voisines du Méandre, prit Thrales & Antioche de Phrygie; Louma, Pentichira & plusieurs autres furent aussi exposées aux fureurs des Turcs.

L'Empereur

[ocr errors]

L'Empereur fit partir son neveu Jean Bataze, Constantin Ducas, & Michel Aspiete. Le premier alla camper vers les Apr. J.-C. villes d'Hyelium & de Limmochir, sur le Méandre. Il préci- Kilidgepita dans le fleuve un corps de Turcs qui se retiroit chargé arslan II. . de butin. L'Atabek, pour donner aux siens le tems de se fauver, Nicet chon. vint attaquer les Grecs; mais ayant apperçu pendant le combat un autre corps de Grecs de l'autre côté du fleuve qui faisoit un grand carnage des Turcs, il remonta plus haut, dans le defsein d'y trouver un gué. N'ayant pu réussir, il prit son bouclier dont il se servit comme d'une barque , tenant son cheval de la main gauche, & de la droite son sabre qui lui servoit de gouvernail , il traversa heureusement le fleuve , & alla rejoindre un gros de Turcs qui étoit sur une éminence. Il y fut tué, & toute sa troupe mise en fuite. Une grande partie fut submergée dans le Méandre.

Ces succès qui humilierent les Turcs attirerent de nouveau L'an 11773 l'Empereur dans l'Asie. Il défit les Turcs qui habitoient au- Nicet chora près de Panasium & de Lacerium ; & ceux de Laodicée informés de fa marche , se retirerent. Isaac l’Ange alla contre ceux de Charax , où après avoir fait quelque butin, au seul bruit de l'approche des Turcs il prit la fuite , & vint à toute bride à Laodicée; son armée deftituée de chef abandonna tout son butin, & prit également la fuite, Les Turcs vinrent afsiéger Claudiopolis , & l'auroient prise , si l'Empereur n'étoit venu promptement au secours.

Manuel Comnène, pendant le reste de son regne, paroît L’an 1179. avoir vécu assez en paix avec les Turcs, & le Sulthan fem- -Aboulfedha ble n'être plus occupé que des affaires de l'Orient. Le châ- Benschouteau de Roban appartenoit alors à un Emir nommé Schamfeddin (a) qui en jouissoit sous l'autorité & la protection de Saladin. Kilidge Arslan qui avoit envie de s'en emparer, y envoya une armée (be) de vingt mille hommes qui fut défaite par mille cavaliers que Tekieddin-omar, (c) parent de Sa- Aboulfedha ladin commandoit. L'année suivante (d). Saladin s'y rendit

Bohaedding en personne. Kilidge Arslan ne jugea pas à propos de lui ré(a) Fils de Mocaddem.

fils de Schahan schah , fils d’Ayoub , pe(b) L'an 575 de l’Hegire.

re de Saladin. (c) Il portoit le titre de Malek el (d) L'an 576 de l'Hegire. modhaffer tekieddin omar , & il étoit Tome II, Part. II,

G

Apr. J.

lifter; il lui fit demander la paix & en même tems des secours D'an 1180. pour aller faire la guerre dans l'Arménie. Saladin s’avança:

Kilidge- jusqu'à Cara hisar avec ses troupes. Les deux Princes s’abouprslan 11. cherent sur le bord du fleuve bleu, entre Bahnas & la cita

delle de Mansour. Après que le traité fut conclu, Saladin
entra fur les fontieres de la petite Arménie où régnoit Leon
I. fils de Kaghic, Seigneur Arménien de la maison des Pa-
cratides, qui sous le regne d'Alexis Comnène avoit fondé ce
Royaume. Il lui enleva sa principale forteresse, & fit ensuite
la paix avec les Arméniens. Comme ce Prince (a) s'en re-
tournoit , Kilidge Arslan lui envoya un Ambassadeur pour lui
proposer de faire aussi la paix avec les Princes de la Syrie; elle
fut jurée (l) de la part de Saladin, de Kilidge Arslan, des Rois
de Moussoul & du Diarbekr auprès de la riviere Sendgiah qui:
se jette dans l’Euphrate.

Peu de tems après Manuel Comnene, Empereur de Conf-
Ničes chono tantinople, mourut & eut pour successeur Alexis Comnène II.,

Kilidge Arslan, en apprenant cette nouvelle, repassa dans:
l'Occident, alla s'emparer de Sozopolis & des autres Places:
voisines; il tint long-tems assiégée celle d’Attalie, ravagea.
Cotyalium, & se rendit maître de plusieurs Provinces, lans.
qu'il paroisse que les Grecs soient venus au secours. L'Em---

pire agité de secousses trop violentes pendant les regnes L'an 1185. d'Alexis & d’Andronic Comnène,ne s'occupa plus à prendre: Nicer chon.. les armes contre les Turcs qui, sans doute, firent quelques :

incursions , quoique les Historiens n'en fassent aucune men-
tion. A la mort d'Andronic à qui succéda Isaac l’Ange, le-
Sulthan quoiqu'âgé de plus de soixante-dix ans, persuadé que:
ces mutations de regne étoient toujours accompagnées de di-
visions , envoya l’Emir Samas avec une bonne armée pour
faire une irruption dans l'Empire Grec; ces Turcs ravagerent:
toute la contrée appellée Celbianum , qu'ils trouverent sans-

défense.
Aboulfa Le Sulthan que nous avons vû si redoutable à la tête de

ses armées, devint dans sa vieillesse le jouet de ses propres
Aboulfedha
Benschou- enfans. Il s'étoit dépouillé de ses Etats en leur faveur, dans.

l'espérance de passer en paix le reste de ses jours au milieu
(a) L'an 576 de l'Hegire,

(b) Le 10 de Dgioumadi elaoual.,

radge.

[ocr errors]

nah,

de sa famille, & ne s'étoit réservé que le titre de Sulthan.
C'étoit encore trop pour ses enfans qui y aspiroient, & qui Aparic
n'attendoient que fa mort. Il avoit donné à son fils aîné arslan li.
Cothbeddin Malek schah la ville de Siouas ; Césarée à Nou- L'an 1187.
reddin Sulthan schah, & Barglou à Gaïatheddin Kaikhosrou.
C'est auprès de ce dernier que se retira Mangaphas qui s'étoit
révolté contre l'Empereur Isaac l’Angè. Kaikhosrou (a)
lui permit de lever des troupes dans les Etats , pour aller
faire ensuite la guerre dans l'Empire. Mais Isaac l'Ange lui
ayant envoyé une Ambassade, ce Prince obtint du Turc
que nọn - seulement il ne fourniroit point de secours au
rébelle, mais encore qu'il le livreroit aux Grecs, à condi-
tion cependant que l'Empereur ne le feroit point mourir. En
conséquence, Mangaphas fut renvoyé à Constantinople où on
le renferma dans une étroite prison. Les freres de Kaikho-
frou désapprouverent cette conduite , & furent sur le point de
lui déclarer la guerre s'il ne les eût appaisés. Peu de tems après Aboulfedha
Cothbeddin , autre fils de Kilidge Arslan , avec l’Emir d’Ar. Nicei chone
zendgian vint attaquer le Sulthan fon pere dans Iconium , fe
saisit de la personne & le força de le déclarer son successeur.

La ville de Jérusalem venoit d'être prise par Saladin & les L'an 11903
Chrétiens d'Europe accouroient de toutes parts à la défense Bohaeddin.
de la Syrie. L'Empereur Frederic Barberousse quitta l'Alle- Hift. Sero-
magne avec une armée nombreuse, & se rendit à Constanti. fol. Auct.
nople. Le Sulthan Kilidge Arslan (6) lui envoya un député
dans cette ville pour lui promettre tous les secours dont il
auroit besoin en passant sur ses terres ; c'étoit , à ce que pré-
tendent les Historiens, un piége que le Sulthan lui tendoit.
Fréderic, en s'engageant dans les pays des Turcs , se con-
tenta de se tenir sur ses gardes ; mais il négligea d'enlever
leurs convois , qui auroient pû répandre l'abondance dans
son camp. Son armée étoit partagée en trois corps. Le pre-
mier , commandé par le Duc de Souabe; le second , par les

incert.

1

(a) Il n'étoit que Prince particulier faire , étoit Kaikhosrou ; Kilidge arslan peu soumis à lon pere, qui étoit le vé- regnoit encore, & Melich , dont il parritable Sulthan.

le , & qui dans la narration devient fils (6) Le P. Maimbourg, dans son Hif- de Kaikhofrou , n'est autre que Kothbedtoire des Croisades, se trompe en disant din malek schah, fils de Kilidge arllan. que le Sulthạn, à qui l'Empereur eut af

« AnteriorContinuar »