Imágenes de páginas
PDF
EPUB

Sarmanrai qui appartenoient à Aschraf. Kamel (a), frere de ce Apr. J.C. Prince qui regnoit en Egypte , entra aussi-tôt dans ses Etats, Kaikobad. suivi de tous les Princes (b) de la famille de Saladin

;

il Aboulfedha campa sur le bord de la riviere Azrac ou riviere bleue, d'où Aboulfaradge.

il envoya quelques détachemens qui ruinerent le château de Mansour, mais ils ne purent aller plus avant, Alaeddin ayant pofté plusieurs corps de troupes dans les défilés des montagnes. Kamel passa l'Euphrate, dans le dessein de marcher vers Souaïda, proche Emed: il avoit envoyé devant lui deux mille cinq cens hommes commandés par Modhaffer Mahmoud, Roi de Hama. Ce corps fut entierement défait par

Kaikobad, & le Roi de Hama se sauva dans Khortobret, où il fut ausli-tôt assiégé. Le Sulthan d'Egypte étoit dans Souaïda, mécontent des Princes ses parens. Il n'osa aller au secours de Kortobret, & Mahmoud fut obligé de se rendre (c). Kamel reprit le chemin de ses Etats , & Kaikobad alla s'emparer de la ville de Roha qu'il mit au pillage, pendant trois jours ; il n'épargna en cette occasion ni Chrétiens ni Musulmans. Les habitans de Harran qui craignirent un pareil traitement, apporterent les clefs de leur ville. Racca & Bafira furent aussi soumises. Toutes ces places appartenoient au Sulthan d'Egypte qui les reprit (d) presque aussi-tôt après que

Kaikobad fut retourné dans ses Etats. Ce Prince y étoit ocL'an 1235• cupé des fêtes qu'il donnoit à ses Emirs à l'occasion de ses

Aboulfa- grandes conquêtes, lorsqu'il tomba malade d'un flux de fang, & Abonifedha mourut en deux jours ; (e) il avoit regné douze ans (f).

(a) Malek el kamel aboulfath nasir- 'ennaser daoud , Roi de Krac ; Malek el eddin mohammed , fils de Malek el adel moudgiahed schirkouh, Roi d'Hemesse. Nasireddin aboubekr , frere de Saladin.' (c) Dans le mois Dzoulcaada de l'ap

(6) Les principaux étoient Malek af 631. chraf mousa , Roi de Damas ; Malek (d) L'an 633 de l'Hegire. moudhaffer ghazi, Roi de Miafarekin; (e) L'an 634 de l’Hegire , dans le El aphedh arslan schah , Roi du château mois Schoual. de Dgiaber , & Saleh ismail, l'un & (f) D'Herbelot lui donne mal-à-prol'autre fils de Malek el adel; Malek el pos 26 ans de regne. Les Historiens moadham touran schah, fils de Saladin; Turcs disent que tous le regne de ce Malek ezzaher , Roi de Bira; Daoud, Prince parurent Orthogrul & Othman, fils de Saladin ; Malek el afdhal mou fondateurs de l'Empire Turc. Ils font sa , Roi de Samosath , fils de Saladin ; vivre Alaeddin beaucoup, plus longMalek elfafdhal aly; Malek el moudhaf- tems, & prétendent qu'il donna à Othfer mahmoud , Roi de Hama ; Malek man l'étendart & le drapeau en 680 ; elsaleh ahmed, Roi d'Aintab ; Malek qu'il fut battu en 699 par les Mogols, &

nah.

L'an 1236.

On peut le regarder comme le plus grand Prince (a) de fa famille. En montant sur le trône, il établit des Loix, éten- L'an 123s.

Apr. J. C. dit les bornes de son Empire, se fit craindre & respecter de Kaikobado ses voisins, aimer de ses sujets; il étoit brave, modéré dans Benschouses passions, févere envers ses Domestiques & ses Emirs aux- Aboulma; quels il ne passoit rien ; exact observateur des loix, & à cet hasen, égard d'une inflexibilité qui le rendoit quelquefois cruel. Il réunit sous sa puissance diverses petites Principautés qui avoient été jusqu'alors autant de démembremens de l'Empire des Seljoucides. Mais cet Empire parvenu sous son regne au plus haut dégré de puissance, tomba après la mort, languit pendant quelque tems, & fut enfin détruit.

Tous les Emirs prêterent serment de fidélité à son fils KaikhofGaïatheddin (b) Kaikhosrou, Prince qui s'attira d'abord à dos Tou II. les chefs des Kharismiens qui étoient à son service. Il fit (c)

Aboulfamourir un d'entre eux nommé Gaïer-khan, ce qui irrita tel

radge. lement cette milice étrangere, qu'elle sortit de ses Etats, en ravageant Malathie, Kakhtin , Khortobret, les environs de Samosath & de Souaïda. Naser, Roi d'Alep, offrit à ces Emirs une retraite dans son pays , & les plaça aux environs de Roha & de Harran.

La famille de Saladin maîtresse de la Syrie & de l’Egypte, étoit devenue très-nombreuse. Tous ces Princes,pourvûs chacun de quelque appanage, ne cherchoient qu'à s'aggrandir aux dépens les uns des autres & se faisoient continuellement la guerre ; les voisins les plus redoutables qu'ils eussent alors, étoient les Sulthans d'Iconium, qu'ils s'efforçoient tous en particulier de mettre dans leurs intérêts. Kaikhosrou fut Aboulfedha qu'il se retira chez Michel Palæologue, Mais on n'a pas consulté le rapport que où il mourut en 703. Il est visible que toutes les différentes parties historiques tout ceci est une histoire formée à plai- devoient avoir entre elles. fir par les Turcs , pour donner une ori (a) On lui donngit, dit Aboulfedha, gine plus illustre à leur Sulthan. Ala- le titre superbe de Sulthan du monde. eddin est mort en 634 , & n'a pû se fau (b) Quelques-uns de nos Historiens ver chez Michel Palæologue, qui ne le nomment Goviathe; Georges Logoregnoit pas alors. On le confond ici thete & la Chronique de Conftantinople avec Azzeddin , qui se fauva en effet l'appellent Jotathin. Bergeron dit qu auprès de cet Empereur. Azzeddin n’a avoit pour vassaux le Roi d'Arménie, på encore donner l'étendart à Othman les Seigneurs de Lambre & de Trébien 680 , puisqu'il est mort en 677. Oth- zonde,le Vatache ou Jean Ducas,les Sous man n'est qu'un simple Emir rebelle, dans d'Alep, de Camelle & de Damas. dont on a voulu couvrir l'usurpation. (c) L'an 634 de l'Hegire.

[ocr errors]

Kaikhof

rou II.

L'an 1239

Haiton.
Sanut,

corps

sollicité vivement par Aschraf, Roi de Damas , de faire la Apr. J. C. guerre à Kamel, Sulthan d'Egypte ; mais ce Prince aima Lani237. mieux faire alliance avec Naser , Roi d'Alep, à qui il don

na sa soeur Maliket khatoun (a). Il épousa (b) en même tenis Gaziet khatoun, (c) soeur de Naser: en conséquence de cette double alliance, on fit dans Alep la priere publique au nom de Kaikhosrou, c'est-à-dire, qu'il y fut reconnu en qualité de Sulthan.

Les Mogols paroissoient menacer de plus en plus l'OcciAboulfa dent. Le grand Khan Oktai qui regardoit alors le Sulthan radge. d'Iconium comme le plus puissant Prince de l'Asie, dans le

dessein de détruire cet Empire, avoit déja envoyé une grande armée vers l'Arménie. Kai-khofrou informé de leur marche avoit rassemblé ses troupes , (d) entre lesquelles étoit un

d'environ deux mille Latins qui étoient commandés par Jean de Liminata, de l'Ife Chypre , & par Boniface de Molinis, de Venise. Le Général Mogol qui avoit ordre de ne pas s'exposer à une action, ne jugea pas à propos de marcher en avant, & se retira, & Kaikhofrou profita de fa retraite

pour aller appaiser des troubles qu’un imposteur excis toit dans ses Etats.

Un Turkoman nommé Baba prêchoit dans les environs Aboulfa

d'Amasie une nouvelle doctrine; il se disoit Prophete radge. féduisoit par ses discours une grande quantité de peuple. Il kafen. avoit envoyé un de ses disciples nommé Isaac vers les Turko

mans de Samosath. Ifaac y prêcha la doctrine de son maître bientôt Baba se vit à la tête de fix mille cavaliers,& d'un corps d'infanterie avec lequel il faisoit main-basse sur tous ceux qui ne soutenoient point qu'il n'y avoit pas d'autre Dieu que Dieu, & que Baba étoit son Prophete. C'étoit la nouvelle formule de Foi de cet imposteur ; il égorgea un grand nombre de Chrétiens & de Musulmans au château de Mansour, à Kakhtin, à Karkar , à Samosath & à Malathie , & il battit en plusieurs rencontres les troupes du Sulthan. Dans le tenis

L'an 12406

[ocr errors]

Aboulma

[ocr errors]

(a) Cette Princeffe, fille de Kaikobad, (c) Filled'Aziz mohammed, Roi d'A: qui étoit encore trop jeune , ne se ren- lep. dit auprès de son mari qu'en 652, (d) L'an 637 de l'Hegire. (6) L'an 635, de l’Hegire.

le) L'an 638 de l'Hegire.

rou II.

qu'il étoit à Amalie,Kai-khosrou leva une nouvelle armée dans

J. C. laquelle étoient plusieurs Francs. Les Musulmans n'oferent en Dan: 1:40: venir aux mains avec ces Sectaires, & ils étoient perdus Kaikhoffans cette troupe de Francs qui fondit avec intrépidité sur eux, & les passa tous au fil de l'épée; Baba & Isaac furent faits prisonniers & eurent la tête coupée.

L'armée Mogole étoit enfin entrée dans l'Arménie. Jar- L'an 12422 maghoun Novian qui la commandoit, avoit pris d'assaut la vil- Aboulfa-. le d’Erzeroum (a). Kaikhosrou à la tête d'une armée nombreu- radge;

Aboulfedha se , composée de Grecs , de Francs , de Georgiens , d’Arabes, Aboulmad'Arméniens & de Turcs , courut (b) à la défense de ses fron- halen. tieres. Il rencontra les Mogols aux environs d’Arzendgian, Bergeron. dans un lieu appellé Kousadagh, il eut la supériorité danş plusieurs petites actions , & vit sept cens Francs (c) donner la chasse à soixante mille Mogols; mais lorsque les deux armées en vinrent à une action générale, celle de Kaikhofrou prit aussi-tôt la fuite. (d) Ce Prince courut à Césarée, d'où il emmena ses femmes & ses enfans pour aller s'enfermer dans la ville d'Angora ou Ancyre. Les Mogols étonnés d'une fuite si prompte, resterent pendant toute la journée sur le champ de bataille, n'osant poursuivre les Turcs, l'action n'ayant pas été assez vive pour qu'une armée si nontbreuse lâchat pied ; ils s'attendoient à chaque inftant à voir les Turcs revenir à la charge. C'eft ce qui fauva l’armée de Kaikhofrou qui eut le tems de chercher une retraite. Les Mogols se répandirent dans ses Etats. Siouas se rendit à eux , & donna aux vainqueurs toutes ses richesses , à condition que les habitans conserveroient leur liberté. Césarée qui osa se défendre fut mise au pillage, ses murs rafés , les femmes & les enfans menés en captivité , & le reste tué. Une partie des habitans de Malathie se sauva vers Alep; l'autre, à la tête de laquelle

eux,

[ocr errors]

(a) Sanut la nomme Arsoron. clos. Les deux Francs se jetterent sur (6) L'an 640 de l'Hegire.

& en tuerent plus d'une trentaine (c) Bergeron rapporte qu'il y avoit avant que d'être tués. Cette adion, & dans cette troupe un Raimond de Brun- celle dans laquelle 700 Francs donne duze , & un autre Raimond de Gasco- rent la chasse à soixante mille Turcs gne, qui furent faits prisonniers par les leur donna une haute idée du courage Tartares. Ceux-ci curieux de voir com des Francs. ment les Francs se battoient , voulu

(d) Sanut met cette défaite en 1244, rent les obliger à se battre en champ mais il se trompe. Tom. II. Part. II.

I

rou II,

étoit l'Archevêque Denis, résolut de se défendre, mais les Apr. J. C. 1'an 1:42. Mogols n'en approcherent point, il n'y eut que ceux qui Kaikhof- avoient pris la fuite, qui tomberent entre leurs mains , &

qui furent exposés à toute la fureur de ces Barbares. Les Mogols allerent prendre d'affaut Arzendgian, qu'ils ensevelirent en quelque façon sous ses ruines.

Jamais Kaikhosrou n'avoit été dans un besoin si pressant

de secours qu'il se trouva alors; mais il n'en pouvoit espérer L'an 1243. de ses voisins. Baudouin II. Empereur de Conftantinople,

pressé par l'Empereur Grec Jean Ducas Bataze, loin de pouvoir lui en envoyer , eut au contraire recours à lui

pour

foutenir l’Empire chancelant des Francs dans Constantinople. Il espéroit que Kaikhosrou entreroit sur les terres de Jean Du'cas Bataze. On

envoya de

part

& d'autre des Ambassadeurs, Kaikhofrou proposa une ligue offensive & défensive, à condition qu'on lui donneroit en mariage une Princesse du Sang de France, promettant de son côté de lui laisser le libre exercice de la Religion, de faire bâtir en plusieurs villes des Eglises, & faisant même espérer d'embrasser le Cliristianisme. Baudouin envoya en France chercher sa niéce, fille d'Eudes , Seigneur de Montaigu & d'Elisabeth sa fæur ; mais ce traité n'eut pas lieu par les intrigues de Jean Ducas Bataze qui le fit échouer. Plus voisin des Turcs, il étoit plus en état de les inquiéter que Baudouin. Kaikhosrou préféra son alliance, il lui représenta que son intérêt & le sien étoit d'éloigner de l'Asie mineure les Mogols. Les deux Princes s’abouche-rent à Tripoli sur le Méandre ; mais les armées de Jean Ducas Bataze n'étoient point capables de garantir le Sulthan de l'irruption des Mogols. Celui-ci

pour détourner l'orage dont il paroissoit être menacé, fit demander la paix par des Ambassadeurs qu'il envoya , & on la lui accorda (a) à condition qu'il donneroit tous les ans une fomme d'argent, & qu'il fourniroit des chevaux, des habits, des chiens de chasse &

d'autres choses semblables. Alors il tourna ses armes du côté Aboulfa

de Tarse, contre laquelle il envoya (") une grande armée. Ses Fadge. troupes en firent le liége & alloient s'en emparer lorsqu'elles

L'an 1244.

(a) L'an 641 de l’Hegire.

(1) L'an 642 de l'Hegire,

« AnteriorContinuar »