Imágenes de páginas
PDF

conduits par Pierre l'Hermite se rendirent à Constantinople, de-là passerent en peu de tems à Nicomédie, & vinrent ensuite à (a) Helenopolis où ils demeurerent pendant environ deux mois. Tant de Peuples différens & mal disciplinés ne resterent pas long-tems unis entr'eux; les Allemands (b) & les Lombards se séparerent sous la conduite d'un nommé Rainaud, & se transporterent au-delà de Nicée, où ils s'abandonnerent à toutes sortes de cruautés. Anne Comnène les accuse d'avoir ·mis en piéces les enfans à la mammelle pour les faire cuire. Les Turcs sortirent de Nicée, & allerent les attaquer, mais ils furent obligés de rentrer dans leur ville. Ces Barbares, je veux dire, cette troupe d'Allemans, retournerent à Helenopolis, d'où leur inconstance & la haîne qu'ils s'attirerent de tous les autres Croisés, les obligerent de décamper. Ils allerent prendre le château de Xerigord (c), résolus d'y attendre le reste de l'armée Chrétienne. Ils s'y occuperent à faire des courses sur les tetres du Sulthan. Kilidge Arslan ( d) rassembla une armée de quinze mille hommes, & vint les (e) surprendre dans leur retraite; après avoir remporté quelque avantage sur un petit corps que ces Chrétiens avoient mis en embuscade, il fit des saignées qui empêcherent que l'eau ne pénétrât dans la Forteresse. Les Chrétiens accablés par la soif avoient recours au sang des chevaux & des ânes pour se désaltérer. Cette situation affreuse dans laquelle ils resterent pendant huit jours, les mit au désespoir. Rainaud. leur chef avec ses gens, sous prétexte de faire une sortie, les abandonna lâchement, & se retira chez les Turcs où il embrassa le Mahométisme; les autres Chrétiens furent en partie faits prisonniers, & en partie passés au fil de l'épée. Les François qui étoient campés à Helenopolis, ne respirerent que la vengeance, en apprenant la défaite de ces premiers (a) Albert d'Aix dit qu'ils vinrent camper près de Civitot, & qu'ils y de

meurerent environ deux mois.
(b) Anne Comnène les appelle Nor-

TI12IlS.

nomme, comme tous les autres Histo-
riens des Croisades , Soliman, mais il
le fait fils d'un Soliman plus ancien. Il
faut l'appeller Kilidge arslan. Anne
Comnène le nomme Cliziasthlan.

(c) Robert le Moine & le Gesta Fran-
corum le nomment Exerogorgo.
(d) L'Auteur du Gesia Francorum le

(e) Robert le Moine place cet événement à la S. Michel.

Apr. J. C.

L'au 1o96. Kilidgearslan l,

[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

Croisés. Pierre l'Hermite étoit alors à Constantinople ; Gau-
tier Sans-avoir, un des Chefs de la Croisade, qui étoit dans
le camp, ne les retint qu'avec peine; mais ses efforts & ses
représentations devinrent inutiles , lorsque huit jours après,
les Turcs sortis de Nicée, enleverent quelques Pélerins qui
étoient dispersés dans les campagnes : Reinold de Breis,
Gautier Sans-avoir, (a) Gautier de Breteuil & Foulques
d'Orleans, accusés de lâcheté par Godeffroy Burel, furent
contraints de se mettre à la tête des troupes. Toute l'armée,
au nombre de vingt mille hommes de pied & de cinq cens
cavaliers, sortit du camp, où on ne laissa que les malades & les
femmes : on marcha vers Nicée à travers une forêt. Les
Croisés n'avoient pas encore fait trois milles, que Kilidge
Arslan fondit sur eux, & les mit en déroute; il les poursuivit,
& en fit un si grand carnage , que peu échapperent. Gau-
tier Sans-avoir, Reinold de Breis & Foulques d'Orleans
furent tués sur le champ de bataille ; Gautier de Breteuil
& Godeffroy Burel , regagnerent le camp d'Helenopolis
où les Turcs entrerent avec eux ; le massacre recommença :
tout fut égorgé, & les Turcs n'épargnerent que les enfans
les mieux faits, les jeunes filles & les Religieuses, qu'ils
firent conduire à Nicée, où elles éprouverent dans les Sé-
rails toutes les horreurs de la captivité.
De tant de Chrétiens qui avoient accompagné Pierre l'Her-
mite dans cette Croisade, environ trois mille se réfugierent
dans une vieille forteresse à demi ruinée, qui étoit située sur
le bord la mer. (b) Ils en fermerent les portes avec de
grosses pierres qu'ils mirent par derriere ; mais les Turcs
qui les avoient suivis jusques dans ce dernier retranchement,
environnerent la place. Ils ne s'amuserent point à escalader
les murailles; les Francs réduits au désespoir auroient ven-
du cherement leur vie, ils se contenterent de lancer en
l'air un grand nombre de fleches qui retombant dans le Châ-
teau dont la couverture avoit été détruite, tuoient ou bles-
soient beaucoup de monde. Les Francs étoient dans cette

, (a) Albert d'Aix le nomme Gautier (b) Près de Civitot, qu'Anne Com-
Senzavehor ; l'Auteur du Gesta Franco- nène appelle Kibot.
rum , Sine-habere.

[ocr errors]
[ocr errors]

- - - Anne Comrancs & les autres Chrétiens , sous la conduite de Gode- mene.

[ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors]
[graphic]
[ocr errors]
[ocr errors]

Kilidgearilan I.

dont on vante le courage. Une armée si nombreuse n'effraya oint le Sulthan ; il rassembla des forces, & après avoir sollicité en même tems des secours auprès des Princes de l'Orient, il s'approcha de l'armée Chrétienne pour observer toutes ses démarches & saisir l'occasion favorable de l'attaquer. Les Croisés étoient dispersés sans ordre autour de la place, contens seulement de la tenir bloquée.Le lac laissoit aux habitans un chemin libre par lequel avec leurs barques ils transportoient dans la ville toutes les provisions † étoient nécessaires. Kilidge Arslan essaya de s'en servir pour leur faire sçavoir qu'il devoit attaquer le lendemain les Chrétiens, & faire lever le siége; mais ses deux émissaires furent arrêtés en sortant, l'un fut tué , & l'autre conduit aux Chefs de la Croisade, qui apprirent par-là que le Sulthan devoit recevoir un renfort de troupes.Aussi-tôt les Francs dépêcherent un courier vers le Comte de S. Giles ou de Toulouse , & l'Evêque du Puy qui n'étoient pas encore arrivés. Pendant ce tems-là, Alexis Comnène s'étoit transporté à Pelecan, afin d'être plus à portée de traiter secretement avec les habitans qui paroissoient plus disposés à se rendre à lui qu'aux Francs. Butumite, # de leur consentement étoit entré dans la ville, étoit sur le point de conclure le traité, & d'enlever une si belle conquête aux Croisés, lorsque le bruit de l'arrivée du Sulthan se répandit dans Nicée; les habitans abandonnerent les conférences pour courir aux armes. Kilidge Arslan descend du haut des montagnes avec cinquante mille hommes, & fond sur les Chrétiens dans le tems ue le Comte de Toulouse & l'Evêque du Puy étoient encore occupés à décharger leurs bagages. Ils se rendirent à la hâte à leur Le Sulthan qui ignoroit leur arrivée, détacha dix mille hommes de cavalerie pour aller s'emparer de la orte du midi qu'il croyoit sans défense : mais ils furent repoussés & mis en fuite par le Comte de Toulouse. Le Sulthan rallia les fuyards, & marcha à l'ennemi avec toute son armée. Godefroy de Bouillon, Boëmond, le Comte de Flandres qui vinrent au secours du Comte de Toulouse, battirent les Turcs une seconde fois, & les obligerent à se retirer avec une perte de quatre mille hommes. .

[ocr errors]

quand un Lombard s'offrit de renverser la tour en peu de tems

[ocr errors]
« AnteriorContinuar »