Imágenes de páginas
PDF
EPUB

L'an 1229.

tares ,

odieux à ses amis même , & il fut abandonné de tous ses Apr. J. C.

voisins. Il se comportoit alors d'une maniere à mécontenter Dgelaled- toutes ses troupes. Il venoit de perdre un de ses favoris qu'il

aimoit ; il en eut un chagrin inexprimable , & poussa la folie jusqu'à ordonner à tous les habitans de Tauris de prendre le deuil. Il ne voulut pas qu'on l'enterrât, & resta pendant plusieurs jours auprès de ce corps mort à se lamenter & à fe donner des coups. Lorsqu'on lui portoit à manger , il en faisoit présenter à cet esclave, & personne n'osoit lui faire des remontrances. Plusieurs de ses Officiers quitterent fon service, & le nombre de ses troupes diminua considérablement. Dgiourmagoun novian, à la tête d'une armée de Mogols, passa alors le Gihon , & entra dans les pays du Sulthan de Kharizme. Ce Prince orgueilleux se trouva dans la nécessité

d'implorer le secours de ceux qu'il venoit de maltraiter. II Uboulfa envoya des Ambassadeurs au Khalif, à Aschraf, & à Alaedradge, din, Roi d'Iconium ; il leur marquoit à tous que

les TarAboulfedha

dont on connoissoit la férocité, s'avançoient avec une puissante armée , qu'il avoit besoin de secours ; autrement qu'il seroit accablé ; qu'alors ils auroient eux-mêmes à combattre ces ennemis formidables, & qu'ils succomberoient à leur toure On n'écouta point ses demandes, & on eut lieu de s'en rec pentir. Telles sont les suites d'une jalousie , dont l'ennemi Içut profiter au désavantage de tous ces Princes. Dgelaleddin ne fut pas plus prudent ; malgré le danger qui le menaçoit , il s'arrêta dans le Diarbekr, où il ne songea quà se réjouir , comme s'il eût été dans une paix profonde. Pendant que les plaisirs régnoient autour de lui , Baimas novian le. vint attaquer tout-à-coup. La présence des Mogols ne put le retirer de son assoupissement. Il se contenta d'ordonner à l'Emir Orkhan de rassembler ses troupes , d'amuser les Mogols jusqu'au matin , & de prendre une autre route que lui. Orkhan, suivi de quatre mille hommes, se retira heureusement à Ispahan , dont il s'empara. Dgelaleddin , accompagné de trois esclaves , se fauva vers Emed , où il ne put entrer ; il alla ensuite dans un village proche Miafarekin ; mais ayant été joint par les Tartares , il gagna les montagnes du Diabrekr habitées par des Kurdes, dont le mé.

Apr. J.

din.

tier, étoit de voler ceux qui avoient le malheur de les rencontrer. Telle fut la conduite de ce Prince, qui sur le l'an 1729. bord de l'Indus avoit montré tant de bravoure.

Dgelaleda Les Kurdes voulurent tuer Dgelaleddin, il se fit connoître à l'un d'eux , & lui promit de le faire Roi. Le Kurde le conduisit chez lui, où il le laissa auprès de la femme , & s'en retourna roder dans la montagne. Un second Kurde qui tenoit une lance à la main vint alors, & demanda à la femme pourquoi l'on n'avoit pas tué ce Kharizmien ; la femme répondit que son mari l'avoit pris sous sa protection. C'est le Sulthan, dit alors le Kurde , qui a fait périr à Khelat mon frere qui valoit mieux que lui; il le perça en même-tems de fa lance & le tua (a). La mort de ce Prince L'an 1236 a été racontée de plufieurs manieres différentes , & avec quelques circonstances particulieres , j'ai suivi ici ce qu'en rapporte Nisawi, Auteur contemporain qui étoit attaché à fon service, & qui a composé une ample Histoire de fa vie. Ce Prince prenoit le titre de Schah-gehan, ou Roi du monde. Quand il écrivoit aux Rois de la Syrie , il se contentoit de mettre son sceau sur lequel étoit gravé, la vice toire vient de Dieu seul. Il ne mettoit le titre de serviteur qu'au Khalif; on lui attribue la correction du Calendrier Árabe & Persan appellé Tarikh el Neiran, c'est-à-dire , le calcul du cours du Soleil & de la Lune. Après la défaite du Sulthan Dgelaleddin qui fut le der

Aboulfedha nier Roi de sa famille, on ne fut pas délivré des armées Kharizmiennes , la Syrie s'en trouva inondée , & eut beaucoup à fouffrir de leurs désordres. Le reste des troupes de ce Sulthan s'étoit retiré auprès de Kaikobad Roi de l'Alie mineure. Leurs Chefs étoient Barkabkhan(b), Kefchloukhan, Saroukhan, Pharkhan & Bourikhàn , ils s'attacherent au service de ce Prince ; mais après la mort de Kaikobad, son fils Kaikhosrou ne sçut pas les ménager , il se faisit d'un de ces Chefs. Cette action révolta les Kharizmiens qui s'en allerent chercher fortune ailleurs. En se retirant ils passerent Aboulfo par Malathie, Kaktin , Khortobret, Samosath, Souaida qu'ils

radger (a) L'an 628 de l'Hegire.

khan, Joinville le nomme Barbacane (6) On le nomme encong Berkeh

Haiton.

Apr. J. c. pillerent. Malek elsaleh Nodgemeddin Ayoub Roi d'Egypte 1an 1:37: les attira à son service. Mais bientót (a) ils quitterent ce Aboulfedha Prince, & se, retirerent en commettant les mêmes défor

dres qu'ils avoient faits en quittant Kaikhosrou. Ils ravageL'an 1240. rent ensuite toute la Syrie (6), & vinrent pour s'emparer

d'Alep. Ils croyoient l'emporter d'emblée à cause qu'elsboulfedha le n'étoit gouvernée que par une femme. Aziz qui en

étoit le Roi étoit mort quelque tems auparavant (c) , &
avoit laissé un fils âgé d'environ sept ans. Diphat khatoun
mere du feu Roi, avoit pris le gouvernement pendant la
minorité de son petit-fils. Mais les Princes de sa famille qui
étoient en grand nombre , & qui sous le nom d’Ayoubites
ou descendans de Saladin, possédoient l’Egypte & une grande
partie de la Syrie, prirent la défense. Malek el Moadham
Touran schah alla à leur rencontre, mais il fut défait avec
une perte considérable. Les Kharizmiens s'emparerent du
bagage & firent un grand nombre de prisonniers, ils pille-
rent tous les environs d'Alep; les habitans de la campagne
& des villages voisins, se retirerent en foule dans cette
ville, où on se disposoit à soutenir un siége. Les Kharizmiens
après avoir violé, pillé & tué tout ce qui tomba entre leurs
mains, allerent à Manbedge qu'ils prirent d'assaut , & en-
suite s'en retournerent dans le pays de Harran. Peu de tems
après ils repasserent l'Euphrate á Racca , & vinrent piller
Tellazaz, Sarmin & Mara, & s'avancerent vers Alep. Ma-
lek el Mansour Ibrahim Roi d'Hemesse, vint avec une par-
tie de l'armée de Malek elsaleh Ismail au secours de cette
yille. Ce Prince & les habitans marcherent contre les Kha-
rizmiens, & se pofterent à Tell foulthan; les Kharizmiens
qui étoient alors campes à Schizour, ne jugeant pas à
propos d'attendre leurs ennemis, s'en allerent du côté d'Ha-

ensuite à Salamia, & de-là à Rousafat, prenant la route
de Racca. Ils laisserent en chemin tout leur butin , parce que
l'armée d'Alep les poursuivoit de trop près. Elle les joignit
comme ils étoient sur le bord de l'Euphrate, il se donna un
combat qui dura jusqu'à la nuit, mais sans grand avantage
(a) L'an 635 de l'Hegire.

(c) L'an 634 de l'Hegire , de J. C. (6) L'an 638 de l'Hegire.

$236,

ma ,

de

1

de

part & d'autre. La perte cependant tomba du côté des Kharizmiens, qui repasserent l’Euphrate pour s'en aller à Apr. J. C. Harran. L'armée d'Alep le passa à Bira, & les rencontra de nouveau proche Roha où ils furent mis en déroute. Le Roi d'Hemesle & les Alepins les poursuivirent , & ne cesserent de les prendre ou de les tuer jusqu'à la nuit. L'armée d'Alep alla sur le champ s'emparer de Harran, & les Kharizmiens se fauverent à Ana. "Bedreddin Loulou Roi de Moussoul, marcha aussi contre eux, leur enleva quelques places, & délivra par ce moyen un grand nombre de prisonniers.

Ensuite (a) les Kharizmiens firent alliance avec Mo- L'an 1242 dhaffer ghazi Roi de Miafarekin, & marcherent ensemble contre l'armée d'Alep, dans laquelle étoit Mansour Ibrahim Roi d'Hemesse. Modhaffer ghazi & les Kharizmiens furent battus , & prirent la fuite , leur camp fut pillé, la plậpart de leurs femmes furent faites prisonnieres, & ils perdirent un butin considérable. Il

y avoit eu alors quelques divisions entre Saleh ayoub, AboulmaRoi d'Egypte, & Saleh ismail, Roi de Damas. Ce dernier attira dans son parti les Francs , & leur remit Jérusalem Tibériade & Alcalón. Alors le Roi d'Egypte, résolu de faire la guerre au Roi de Damas & aux Francs , se raccommoda avec les Kharizmiens (b), les fit joindre par un grand nombre de ses troupes qui étoient commandées par

Rokneddin bibars, un de ses principaux Mameluks, & les envoya contre ses ennemis communs. Ismail s'étoit engagé de livrer l'Egypte aux Francs , après qu'on en auroit fait la conquê- Paris. te (c). Les Kharizmiens allerent aussi-tôt piller Jérusalem , où ils massacrerent tout , sans distinction ni d'âge ni de sexe, & ne respecterent pas même le S. Sépulchre , que les Musulmans eux-mêmes avoient en vénération. Les Francs furent

Joinville, effrayés de tous les ravages que ces Barbares faisoient ; les Aboulfedha Kharizmiens leur avoient déja enlevé Tibériade , qui appar

Matthieu

Sanut.

(a) L'an 640 de l’Hegire.

voient pas fait de traité avec le Sulthan (6) Nos Historiens les nomment Cho- d’Egypte, mais avec celui de Damas; raliniens, Grofloniens ou Choermins. ainsi c'est à tort qu'on les accuse de l'a(f) On voit par là que les Francs n'a- voir rompu avec le premier. Tom. II. Part. II,

Oo

L'an 1244•

tenoit à Eudes de Montbelliard , & ils massacroient tous les Apr. J. C. L'an 1242. Occidentaux qu'ils rencontroient dans les environs d'Akka

& de Japha. Saleh ismail, Roi de Damas , & Mansour ibrahim, Roi d'Hemesse (a), également exposés aux ravages des Kharizmiens , réunirent leurs forces à celles des Francs.

le Sulthan d'Hemesse (b) se rendit à Akka, d'où il alla avec Joinville. les principaux Seigneurs Francs à Japha. Là, les Francs

prierent Gautier de Brienne Comte de Japha, de marcher avec eux contre les Kharizmiens. Ce Comte étoit alors en dispute avec le Patriarche d’Akka, au sujet d'une tour qui étoit dans le château de Japha. Le Patriarche la reclamoit , & avoit excommunié le Comte qui avoit refusé de la lui céder. Gautier de Brienne voulut avant que de partir pour cette expédition, être relevé de fon excommunication, le Patriarche fut inexorable , quoique l'intérêt général des Chrétiens demandât, dans un danger fi pressant , que tous les Chefs fussent unis entre eux. Gautier partit , & marcha vers Gaza à la tête du premier corps , le Sulthan d'Hemesse commanda le second, le Patriarche & les Barons étoient à la tête du troisieme & les Chevaliers de l'Hôpital suivoient le corps du Comte de Japha. On ne tarda pas

de rencontrer les ennemis qui se rangerent aussi-tôt en bataille. Le Comte de Brienne vouloit qu'on ne leur en laissât pas le tems; mais fon avis ne fut point suivi. Avant que de marcher au combat, il demanda une seconde fois au Patriarche la levée de son excommunication, le Patriarche inflexible perfifta à la lui refuser. L'Evêque de Ramla , irrité de ce qu'on laissoit ainsi gagner du tems à l'ennemi , lui donna l'absolution. Sur le champ le Comte alla fondre sur le

corps qui étoit commandé

par

Barkabkhan , le combat fut opiniâtre, il

y eut un grand nombre de morts & de blessés. A la fin le Comte fut fait prisonnier, & abandonné lâchement par tous les siens. Ce désordre avoit été causé par un corps de troupes de Barkabkhan, qui avoit attaqué le Sulthan d'Hemeffe. Celui-ci se défendit avec tant de courage, que

(a) Nos Hiftoriens appellent cette vil- leurs Chevaliers & des plus loyaux de le Chamelle.

ce pays. (6) C'étoit, dit Joinville, un des meile

« AnteriorContinuar »