Imágenes de páginas
PDF
[ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

pour réparer les villes de l'Asie.Atramytium & quelques autres places étoient déja rétablies, lorsque ce Généralapprit que les Turcs étoient campés aux environs de Lampes. Un détachement qu'il envoya battit ces Barbares; mais il n'y a pas d'excès auxquels les Grecs ne se porterent. Anne Comnène elle-même nous apprend qu'ils pousserent la cruauté jusqu'à faire bouillir les enfans dans des chaudieres. Tous les Turcs prirent le deuil, & allant de ville en ville, ils crioient par tout vengeance. Un Emir de Cappadoce nommé Asan mit - sur pied vingt-quatre mille hommes & s'approcha de Philadelphie. Comme il ne vit point de soldats sur les murs, il crut ue cette ville étoit dégarnie ; sans une plus grande certitude, il fit différens détachemens qu'il envoya à Smyrne, à Pergame & ailleurs. Cette division † rendit plus foible. Philecales en surprit deux qu'il battit; mais le troisieme qui avoit trop d'avance échappa. - Les Grecs commençoient à regagner de la supériorité sur les Turcs dans l'Asie mineure. Mais le Sulthan de Perse, pour conserver ce pays à sa famille, y envoya l'Emir Maudoud (a) avec une armée (b).Ce Généralassiégea la ville de Stamirie qui appartenoit aux Grecs, la prit d'assaut , & la livra au pillage. # y avoit un grand nombre de Pélerins Chrétiens, qui après avoir fait le voyage de Jérusalem, s'en retournoient en Europe, presque tous furent tués ou faits prisonniers; sept mille eurent le bonheur de se sauver dans l'Isle de Chypre. Constantin Gabras, Préfet de Philadelphie, informé de cette nouvelle irruption des Turcs, rassembla ses troupes, & alla les battre proche Cerbianum; ce qui obligea le Sulthan Saisan à demander la paix, & Alexis Comnène la lui accorda. Après ce Traité l'Empereur de Constantinople avoit fait un voyage à Gallipoli; mais il fut à peine de retour dans sa capitale, qu'il apprit que ses Etats d'Asie étoient ravagés par une armée de cinquante mille Turcs, qui venoit de la Perse & du Khorasan. Il se rendit aussi-tôt à Civitot où il fut informé que les Turcs s'étoient divisés en plusieurs corps; qu'ils avoient ravagé les environs de Nicée; qu'après avoir pillé Pruse &

(a) Guillaume de Tyr le nomme Men- (b) L'an 5o7 de l'Hegire, . duc ; Albert d'Aix , Melduc. - gre,

[ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

Apolloniade, ils marchoient vers Cyzique dans le dessein de
s'en emparer, & que les Emirs Contagmen & Mohammed
avoient fait un butin considérable du côté de Poimanen.
Il donna ordre à Camitzes de les poursuivre avec cinq
cens hommes, de les harceler dans leur retraite; mais d'évi-
ter le combat. Cet ordre fut bientôt oublié. Camitzes ren-
contra les Turcs en sortant de Nicée, les chargea & les mit
en déroute. Ce qui avoit le plus contribué à cette victoire étoit
ue les Turcs s'étoient imaginés que l'Empereur étoit dans
l'armée. Mais ils ne furent pas plutôt instruits que ce détache-
ment n'avoit pour chef que Camitzes, qu'ils se rallierent, sur-
prirent le Général Grec, taillerent en piece une partie de son
armée, & mirent le reste en fuite. Camitzes se défendit en dé-
sespéré, & ne se rendit que quand il ne put résister davan-
tage, & que l'Emir Mohammed lui eût promis qu'il ne lui
seroit rien fait. • . -
Cependant Alexis Comnène pénétroit de plus en plus dans
l'Asie mineure; après avoir traversé Nicée, il avoit passé les
Melangines & les gorges du mont Olympe, appellées Basili-
ques. Il avoit dessein de venir surprendre l'avant-garde des
Turcs qui étoit campée dans un lieu plein de roseaux, où elle
se croyoit en sûreté. Il lesy surprit en effet, en tua un bon nom-
bre, mit le feu aux roseaux où la plûpart des autres s'étoient
sauvés, ce qui les obligea de sortir pour être tués ou faits pri-
sonniers. l'Emir Mohammed qui apprit cette déroute, vint
à la hâte avec ses Turkomans, un autre Emir accourut en mê-
me tems du côté de l'armée.Alors l'Empereur se trouva en-
veloppé, ses Généraux Ampelos & Tzipurules furent battus,
& toute l'armée étoit détruite sans l'arriere-garde qui marcha
à propos & mit les Turcs en fuite. .
Le Sulthan eut recours aux Princes de l'Orient, il fit venir
des troupes d'Alep & du Khorasan pour opposer aux Grecs.
D'un autre côté, Alexis Comnène se disposoit à aller attaquer
Iconium, devenue depuis la prise de Nicée par les Grecs, capi-
tale de l'Empire des Seljoucides. Mais la goutte dontilétoit in-
commodé ne lui permettant pas de suivre son projet, il laissa au
Sulthan la liberté de se répandre dans toute l'Asie mineure

[ocr errors]

de sa maladie ; mais aussi-tôt que ce Prince fut guéri, il sortit de Constantinople, se rendit à Civitot & de-là à Lopade. Les Turcs, pour faire croire qu'ils étoient en plus grand nombre, allumerent beaucoup de feux , ce qui n'empêcha pas que l'Empereur ne les suivît & ne les obligeât de prendre la fuite. Il vint camper à Poimanen, d'où il envoya des détachemens qui enleverent aux Turcs tout le butin qu'ils avoient fait. Alexis Comnène demeura pendant trois mois à Lopade, & fit venir l'Impératrice. Sa présence n'empêcha pas que les #urcs ne vinssent faire des courses jusqu'aux environs de cette ville, & n'y jettassent l'allarme; mais quelques Généraux qui · s'étoient postés sur les hauteurs desmonts Germiens, les battirent dans leur retraite. Les Turcs revinrent & pénetrerent jusqu'à Nicée; l'Empereur se retira à Nicomédie pour les engager plus avant dans le pays, suivant le rapport d'Anne ComIlCI1C. Alexis Comnène qui n'avoit pas perdu de vûe le projet de rendre Iconium , rassembla toutes ses armées, & se mit en marche. Il vint dans les plaines de Dorylée, & de-là à Santabaris. Il envoya Camitzes vers Polybot & Cédrée où commandoit l'Emir Puchéas; Stypeota eut ordre d'aller vers Amorium. Puchéas n'attendit point les Grecs, il leur abandonna Cédrée, & leur laissa prendre Polybot. L'Empereur battoit de son côté tous les partis qu'il rencontroit dans sa route. Il s'empara de Philomele, d'où il envoya plusieurs détachemens pour ravager les environs d'Iconium; c'est où se termina toute cette expédition, & l'Empereur reprit le chemin de Constantinople. L'Emir Monolyc le surprit dans une # voisine de Polybot, on se battit pendant un jour, mais les Turcs furent obligés de céder. Le lendemain le Sulthan & l'Emir revinrent à la charge, ils tomberent sur l'arriere-garde des Grecs, Nicéhore de Brienne les arrêta par son courage, & les obligea de se sauver dans les montagnes où trois Scythes suivirent de si près le Sulthan, que son Echanson qui l'accompagnoit fut arrêté. Echappé de ce danger, un transfuge Scythe le vint trouver, & lui conseilla de venir attaquer les Grecs pendant la nuit, sans autres armes que les fleches, parce qu'étant renfermés dans un endroit assez étroit, il suffisoit de lancer sur Tom. II. Part. II. - E

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
« AnteriorContinuar »