Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]

Saint Benoît Patríar che

des Moines D'Occident

[ocr errors][merged small][merged small]

Les Congregations Religieuses & les Ordres Mili,

taires qui suivent la Reglede saint Benoît.

CHAPITRE PREMIE R.

Vie de S. Benoît Abbé, Patriarche des Moines d'Occident.

'O Nne sçauroit trop donner de louanges à l'Ordre de saint Benoît, qui depuis sa naisfance a rendu des services trés considerables à l'Eglise. C'est à lui qu'une partie du monde eft redevable d'avoir quitté l'Idola

trie & d'avoir abandonné plusieursHeresies, dans le quelles des Provinces entieres étoient tombées : c'est à lui que celles qui n'en avoient pas été infectées sont obligées d'avoir conservé la Foj orthodoxe dans ces siécles malheureux où la science & la pieté ne se trouvoient que

dans les Cloîtres ilļustres. C'est ausī cet Ordre qui a fourni à l’E

Tome v

А

BENOIT.

VIE DES. glise pendant un long-tems un grand nombre de Papes, de

Cardinaux, d'Archevêques & d'Evêques, & qui a produic une infinité d'hommes sçavans , dont on ne peut alles admirer les Ouvrages, & qui enrichissent encore tous les jours le Public de leurs écrits. S. Benoît Pere & Fondateur de cetOrdre si celebre,nâquit à Nursi Ville du Duché de Spolerte vers l'an 480. Il importe peu pour la gloire de ce Saint qu'il soit sorti de la famille des Aniciens qui a donné à Rome un grand nombre de Consuls , comme quelques Historiens de cet Ordre ont écrit, ou qu'il ait été petit fils de l'Empereur Jultinien, comme d'autres ont avancé, sans faire attention

que cet Empereur , bien loin d'être de la famille des Aniciens , étoit au contraire Thrace de Nation, & sortoit de très bas lieu , comme remarque le Pere Dom Jean Mabillon, qui rejette aussi les titres de Comte de Nursi & de Marquise de Ferrare, que

Thriteme a donné au pere & à la mere de ce faint Fondateur, le titre de Comte n'étant pour lors qu'un titre d'office qui n'étoit pas féodal ni hereditaire, & celui de Marquis n'étant pas encore connu. Il est vrai que les parens de notre saint Fondateur étoient nobles , selon le témoignage même de saint Gregoire, qui a le premier écrit sa vie. Son pere se nommoit Eutrope & Ta mere Abondance, & ce saint Pape dit que le nom de Benoît lui fut donné pour marquer mysterieusement les benedictions celestes dont il devoit être comblé.

Ses parens l'aïant envoïé à Rome pour y étudier, il apprehenda que le mauvais exemple de ceux qui y faisoient leurs études ne fît quelque impression sur son coeur,& quoi qu'il ne fît

ne fît que d'entrer dans le monde, il resolut de s'en retirer de peur d'être infecté de ses fausses maximes. Il fortit donc de Rome sans avoir fait aucun progrès dans les études, & prit le chemin du Désert. Sa nourrice qui s'appelloit Cyrille, le suivit seule jusques à un lieu nommé Asile, où elle lui donna occasion de faire son premier miracle, en réünissant les parties d'un crible qu'elle avoit cassé: mais notre Saint la quitta secrettement, & continuant

son chemin, alla se cacher dans un Desert appellé Sublac. Il rencontra un Religieux nommé Romain qui lui demanda où il alloit: le Saint le decouvrit à lui, & Romain aïant approuvé sa resolution , lui garda le secret & l'aida à executer fon dessein. Il lui donna même l'habit de Religion & lui rendit depuis tous les bons VIE DE S. offices & toutes les altistances qui furent en son pouvoir. Be- Benoit. noît choisit pour sa retraite une grotte fort petite & fort basse, presque inaccessible à tous les hommes, que la nature avoie taillée dans l'enfoncement d'un rocher : c'est ce que l'on appelle presentement la sainte Grotte , où l'on voit encore l'endroit par

où saint Romain lui descendoit de tems en tems par une corde quelques morceaux de pain qu'il se retranchoit à lui-même, lorsqu'il prenoit ses repas, y attachant une clochette pour avertir le Saint de les venir prendre. Mais l'ennemi commun ne pouvant supporter l'austerité de l'un,ni la charité de l'autre ; voïant un jour que Romain descendoit la corde avec le pain qui y étoit lié, cassa d'un coup de pierre cette petite clochette , que l'on montre encore aujourd'hui , liée tout au tour avec des cercles d'or,dans le Trésor du Monastere que l'on a bâti en ce lieu. La malice du demon n'empêcha pourtant pas Romain de continuer à secourir le Saint par des voïes plus commodes &plus seures ,jusques à ce qu'il plûr à Dieu de descouvrir au monde la sainteté de fon serviteur.

Un jour de Pâques qu'il souffroit une faim extrême, Dieu revela'à un saint Prêtrele besoin de son serviteur, & lui infpira de l'aller secourir. Quelque tems après des Bergers l'apperçurent de loin & en eurent même de la fraseur, ne pouvant pas s'imaginer qu'un homme pût faire fa demeure dans ces rochers. Comme il étoit vêtu de peaux , ils crurent d'abord

que

c'étoit une bête;mais ils reconnurent bienc'étoit un serviteur de Dieu. Plusieurs en furent si touchés qu'ils se convertirent, & au lieu qu'auparavant ils ne vivoient eux-mêmes que comme des bêtes, ils commencerent à devenir des personnes spirituelles. Tout caché qu'il étoit dans ce Désert, il fut neanmoins attaqué par la tentation. La pensée d'une femme qu'il avoit veuë à Rome,s’imprima fi vivement dans son esprit & le sollicita si fortement au peché,que pour s'en defendre il fur contraint de se rouller tout nud dans des épines que l'on voit encore dans cette Solitude,& sur lesquelles faint François,allant visiter ce fainc lieu par un esprio de devotion, greffa des rofiers qui donnent encore tous les ans de très belles roses. L'éclat de la sainteté qui commençoit à se repandreau de

tôt que

« AnteriorContinuar »