Imágenes de páginas
PDF
EPUB

;

nedict. T.I.

REGLES dre une penitence fans ordre de l'Abbeffe. Mais ces fortes de confeffions n'étoient pas des confeffions facramentelles & la Regle de ces Religieufes ne prétendoit fans doute les obliger qu'à découvrir à leur Superieure leur interieur, ou à la perfonne qu'elle commettoit pour cela, felon ce qui se pratique encore prefentement dans quelques Ordres. En effet, quoique Jonas,dans la Vie de fainte Fare, Abbeffe de Faremoutier, dife que les Religieufes de ce Monastere étoient auffi obligées de confeffer à l'Abbeffe les pechés, même les plus griefs, qu'elles avoient commis dans le monde, & qu'il ne faffe pas mention du Prêtre ; neanmoins le miniftere du Prêtre n'étoit pas pour cela exclus, comme reMabillon, marque le Pere Mabillon; puifque faint Colomban, dont Annal. Be- l'Inftitut étoit obfervé dans ce Monaftere de fainte Fare, pag. 357. après avoir marqué dans le Chapitre premier de fon Penitentiel, que l'on fe confefferoit & que l'on découvriroit sa confcience avant que de fe mettre à table, & avant que de fe coucher, ordonne dans le Chapitre XXIX. que l'on declarera fes fautes à un Prêtre. Il s'eft neanmoins trouvé des Abbeffes tant en Orient qu'en Occident, qui ont eu affez de temerité pour croire qu'elles pouvoient entendre Balfam Ju-les confeffions de leurs Religieufes. Balfamon rapporte ris Gracolat. l'exemple de quelques Abbeffes parmi les Grecs qui deinterr. 34. manderent au Patriarche d'Antioche la permiffion d'entendre les confeffions des Religieufes qui leur étoient foûmifes: ce que ce Prelat ne voulut pas accorder,avec raison, difant que ce pouvoir ne devoit être donné qu'aux Prêtres. Nous parlerons dans la fuite de cette Hiftoire d'une Abbesse du Monaftere de la Huelgas, de l'Ordre de Cîteaux en Efpagne, qui prétendant avoir le même pouvoir que les Abbés de l'Ordre, & que tout ce qui leur étoit permis, lui étoitauffi permis, beniffoit les Novices, expliquoit l'Evangile, montoit en Chaire pour prêcher, & entendoit les confeffions de fes Religieufes.

D'UN CER-
TAIN PIRE

Il y a eu auffi une Regle fous le nom de faint Eugippe, 'Abbé de faint Severin de Naples, dont on n'a plus de connoiffance. Il s'en trouve encore une dans le Code des Regles des faints Abbés Paul & Etienne, que quelquesuns ont cru avoir été Solitaires d'Egypte. Holftenius a donné celle de faint Aëlrede, Abbé de Rival en Ecoffe,

qui contient de inftructions qu'il donne à fa fœur, qui s'é- REGLES PE

toit retirée dans un Monaftere: mais ce Saint vivoit encore DIFFER BNTES PER dans le XIII. fiécle. Hæftenius fait encore mention de SONNES. quelques anciennes Regles, dont on n'a plus de connoiffance.

Enfin il y a eu encore en France la Regle des Grignans, qui eft auffi prefentement inconnue. Elle étoit obfervée par une Congregation de Moines,qui étoient au nombre de quatre cens dans differens Monasteres, dont le principal étoit celui de Grigny, qui avoit donné fon nom à la Congregation, & étoit bâti hors des murs de Vienne en Dauphine, sur le bord du Rhône.

Voiez Hæftenius, Difquifit. Monaft. Bulteau, Hiftoire de l'ordre de faint Benoît. D. Jean Mabillon, Annal. Benedict. Tom. I. Luc Holftenius, Cod. Regul. & le P. Le Mege, Pref. fur la Regle de faint Benoit.

CHAPITRE

V.

De l'ancienne Congregation du Mont-Caffin, appellée auffi de la Grotte de faint Benoît.

Ο

ΜΟΝΤ

UOIQUE dès les premieres années de l'établiffement CONGRE de l'Ordre de faint Benoît, il femble qu'il ait été di- GATION DU vifé en plufieurs Congrégations,elles ne formoient pas nean- CASSIN. moins de corps diftincts & feparés. La premiere qui ait,pour ainfi-dire, formé un Ordre nouveau forti de la tige de celui de faint Benoît, eft celle de Cluny, qui ne fut fondée que l'an 910. La plus ancienne de ces Congrégations eft celle du Mont-Caffin,ainfi appellée du nom de ce celebre Monaftere, Chef de tout l'Ordre de faint Benoît. On lui a donné auffi le nom de la fainte Grotte, à cause du Monaftere qui a été bâti où étoit la Grotte ou Caverne, qui fervit de premiere demeure à faint Benoît, lorfqu'il fe retira à Subiago: quelques-uns ont auffi donné à cette Congrégation le nom de faint Benoît, Patriarche de cet Ordre. Il ne fe paffa rien de confiderable fous le gouvernement de l'Abbé Conftantin, qui fucceda à faint Benoît. Simplicius qui prit la place de Conftantin,contribua beaucoup à la propagation de cet Ordre, aïant publié la Regle du saint Fondateur,qui n'étoit

CONGRE- gueres connuë que dans les Monasteres qui avoient été fon-
GATION DU dés de fon vivant, & il excita les autres Communautés Re-
CASSIN. ligieufes à la recevoir & à s'en fervir pour perfectionner

ΜΟΝΤ.

leurs Obfervances.

par

Vital & Bonit furent Abbés du Mont-Caffin après Simplicius; mais le gouvernement de Bonit ne fut pas tranquille. Ce fut de fon tems que la prédiction de faint Benoît s'accomplit. Ce Saint avoit averti fes Difciples que tous les édifices du Mont-Caffin feroient renverfés par les Lombards. Il n'avoit pu détourner ce malheur, ni par fes prieres, ni fes larmes ; il avoit feulement obtenu de Dieu que tous les Religieux échapperoient des mains de ces Barbares. La chofe arriva comme il l'avoit prédite l'an 580. les Lombards conduits par un de leurs Chefs, attaquerent de nuit les Monafteres & s'en rendirent les maîtres. L'Abbé Bonit & fes Religieux ne laifferent pas de fe fauver, emportant avec eux quelques meubles & quelques Livres, entre lefquels étoit l'Autographe de la Regle & le poids du pain,avec la mesure du vin qu'elle prefcrit pour le repas. Ils vinrent à Rome,où ils furent favorablement reçus du Pape Pelage II. qui leur permit de bâtir près le Palais de Latran, un Monaftere, fous le titre de faint Jean-Baptifte, de faint Jean-l'Evangeliste & de faint Pancrace.

Il y avoit près de cent quarante ans que les Benedictins demeuroient dans ce Monaftere,aïant prefque perdu l'esperance de retourner à celui du Mont-Caffin, qui felon toutes les apparences, devoit demeurer enseveli fous fes ruines. Il avoit fervi pendant un tems de retraite aux bêtes fauvages; mais quelques Solitaires & Anachorettes y avoient établi leur demeure l'an 720. lorfque le Pape Gregoire II. qui appliquoit tous les foins à faire fleurir l'état Monaftique après avoir non feulement fait rétablir à Rome plufieurs Monasteres ruinés, en avoir fondé de nouveaux,& changé même sa maison en un Monaftere, fongea à relever les bâtimens de celui du Mont-Caffin.Petronax,qui fut l'inftrument dont il fe fervit pour executer fon deffein, étant venu à Rome pour y vifiter les faints lieux, avoit peut être eu desfein de fonder quelque Monaftere: mais le Pape Gregoire lui perfuada d'aller au Mont-Caffin, & l'engagea de travailler au rétablissement de ce Monaftere. On ne fçait s'il étoit

[ocr errors][merged small][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors]

GATION DU

déja engagé dans la profeffion Monaftique : il eft feur au CONGRE moins qu'il étoit originaire de Breffe,& qu'il joignoit à une MONTnoble extraction beaucoup de pieté. Il alla donc au Mont- CASSIN. Caffin l'an 720. il commença à le rebâtir, & forma une nouvelle Communauté,qui fut compofée de quelques Religieux qu'il avoit amenés de Rome, & de la plus grande partie de ces Solitaires qu'il y trouva,il gouverna cette Communauté en qualité d'Abbé: il y bâtit deux Monafteres, le principal fur la montagne, à l'endroit même où il étoit du tems de faint Benoît, l'autre fous le titre de faint Sauveur proche le Château de Caffin, au pied de la montagne, aux environs duquel l'on a bâti depuis la ville de faint Germain. Il reftoit de l'ancien Monaftere une tour que l'on voit encore aujourd'hui, &, où, felon un ancien manufcrit, à certaine Fête de l'année ( peut-être étoit ce celle de faint Benoît ) les Grecs & les Latins faifoient l'Office : ce qui fait douter fi l'Abbé Petronax inftitua des Moines Grecs dans le Monaftere de faint Sauveur, ou s'il avoit établi des Moines Grecs & des Latins dans celui d'en haut, ou fi les Grecs ne venoient point d'un certain Monaftere voifin pour celebrer l'Office dans celui du Mont-Caffin. Mais comme Leon d'Oftie dit que les Moines des deux Monafteres de Caffin fe trouvoient le Mardi de Pâques dans l'Eglife Paroiffiale de faint Pierre dans la ville de faint Germain, que l'on appelloit pour lors de faint Pierre, où ils celebroient la Meffe avec un chant mêlé de Grec & de Latin jufqu'à la fin de l'Evangile; & que cette folemnité fubfiftoit encore du tems de l'Abbé Theodemare, comme il paroît par fes Lettres à l'Empereur Charlemagne ; il se peut faire que cette folemnité ait été inftituée par l'Abbé Petronax.

Dieu donna une grande benediction à fes travaux, & fa Communauté devint fort nombreufe en peu de tems: il y eut même des Princes qui voulurent être de fes Difciples, comme Carloman Duc & Prince des François, fils du fameux Charles-Martel Maire du Palais. Ce Prince qui avoit eu en partage l'Allemagne & la Thuringe, après avoir foû mis par la force de fes armes, avec le fecours de Pepin fon frere, ces peuples qui s'étoient revoltés en plufieurs rencontres, renonça à fes Etats & vint à Rome,où il reçut l'an 747. la tonfure Clericale & l'habit Monaftique des mains du Pape

[ocr errors]

Zacharie. Il fe retira enfuite fur le Mont-Soracte, où il joignit á une Eglife de faint Silvestre qui y étoit déja, un Monaftere qu'il fit bâtir, & où il demeura quelque tems: mais s'y trouvant trop importuné de vifite, il alla au Mont-Caffin pour y vivre fous l'obéïffance de l'Abbé Petronax. Trois ans après, l'an 750. Rachis, qui étant Duc de Frioul, fuc choifi par les Lombards, pour fucceder à leur Roi Luitprand, conçut tant de mépris des chofes du monde, que fuivant l'exemple de Carloman, il alla trouver à Rome le Pape Zacharie, dont il reçut la tonfure Clericale & l'habit Monaftique. Tafie fa femme, & la fille Retrude,prirent auffi l'habit de Religion, & le Pape les envoïa tous au Monaftere du Mont-Caffin où Rachis se foûmit aux observances Regulieres: Tafis & Ratrude bâtirent à quatre milles du Mont-Čaffin le Monaftere de Piombarole où elles fe retirerent & vêcurent dans l'obfervance d'une exacte Difcipline. La réputation de l'Abbé Petronax s'étoit repandue dans les païs éloignés. Saint Boniface Archevêque de Mayence, aïant fait bâtir la celebre Abbaïe de Fulde en Allemagne dont le Prieur Carloman fut Fondateur, puifqu'il donna le lieu fur lequel elle fût bâtie, defigna pour premier Abbé de ce Monaftere faint Sturme. Mais voulant que la Regle de faint Benoît y fut exactement obfervée, il envoïa ce nouvel Abbé au Mont-Caffin pour y remarquer foigneufement & les obfervances & les ufages, afin de les faire pratiquer enfuite à Fulde. Gifulfe Duc de Benevent édifié de l'exacte obfervance des Religieux du Mont-Caffin leur donna le ter ritoire d'alentour. La Ducheffe Seauniperge fa femme, voulant imiter fa pieté, convertit en une Eglife qui fut dediée en l'honneur de l'Apôtre faint Pierre, un Temple qui fe trouvoit dans le Château de Caflin, & qui y avoit été bâti par les Païens pour y honorer leurs fauffes divinités. Un des fujets du Duc de Benevent, offrit auffi au Monaftere de faint Benoît une Eglife de faint Caffien qu'il avoit fait bâtir á. Cingle,avec les terres qui en dependoient : ce que ce Prince confirma, & l'Abbé Petronax, de fon confentement, fit bâtir au même lieu un Monaftere pour des Religienfes. Le Pape Zacharie pour temoigner auffi l'eftime qu'il faifoit de cet Abbé & de ces Religieux, les protegeoit en toutes fortes de rencontres. Il leur envoïa la Regle écrite de la main de

CONGRE-
GATION DU
MONT-
CASSIN.

« AnteriorContinuar »