Imágenes de páginas
PDF
EPUB

GATION DU

CONGRE fut fi irrité qu'il le fit enlever, & l'aïant fait couvrir d'une MONT- peau d'ours, il l'expofa à des chiens pour fervir de fpectacle CASSIN. au peuple. Mais le Prince de Capoue voulant venger l'affront fait à Aligerne, commanda à Adenulphe de le venir trouver. Ce Comte aima mieux fe révolter contre fon Prince que d'obéir: ce qui obligea Landulphe de venir à Aquinoavec des troupes. Adenulphe s'y voïant affiegé, & ne pouvant éviter de tomber entre les mains de fon Seigneur, fe mit une corde au col, & fe fit enfuite conduire par fa femme en la préfence du Prince pour implorer fa clemence; mais Landulphe le livra ainfi lié entre les mains de l'Abbé Aligerne, & lui fit reftituer tous les biens qu'il avoit pris à fon

Abbaïe.

Il y a de l'apparence que l'Obfervance Reguliere, qui avoit été rétablie au Mont-Caffin par l'Abbé Aligerne,souffrit quelque atteinte fous le gouvernement de Manfon, qui lui fucceda l'an 986. & qui bien loin de fuivre fes traces, mena au contraire une vie toute oppofée, qui reffentoit plus celle d'un Seculier addonné à fes plaifirs, que celle d'un fucceffeur de faint Benoît. Il fe faifoit fuivre ordinairement par un grand nombre de Domestiques vêtus de foïe: il avoit de grands équipages, & frequentoit fouvent la Cour de l'Empereur. L'envie de dominer lui fit commencer une Fortereffe, où faint Thomas d'Aquin a pris naiffance dans la fuite: ce qui donna de la jaloufie aux Princes de Capouë, qui appréhendoient qu'il ne voulût se rendre maî tre de toute la Province. Alberic Evêque de Marfico, qui avoit envie de s'emparer de l'Abbaie du Mont-Caffin pour la donner à un fils qu'il avoit eu d'une Concubine, profitant de la jaloufie des Princes de Capouë, convint d'une fomme d'argent avec quelques Bourgeois de Capouë, & quelques méchans Moines,pour fe faifir de l'Abbé, & lui crever les yeux: ceux-ci aïant executé leur promeffe l'an 996. mirent les yeux de cet Abbé dans un linge pour les porter à cet indigne Prélat, afin de recevoir de lui la récompenfe de leur crime; mais par un jufte jugement de Dieu, ce mé→ chant Evêque mourut à la même heure que Manfon avoit été privé de la vûë.

Comme il eft plus aifé de tomber dans le relâchement que de s'en relever, il eft à croire que les Religieux du Mont

1

:

GATION DU

Caffin ne profiterent point, ni des avis, ni de l'exemple que CONGRE
leur donna leur Abbe Jean II. fucceffeur de Manfon, qui MONT
étoit un très faint homme, & que ce fut ce qui l'obligea à CASSIN.
renoncer à cette Dignité, pour fe retirer dans une folitude
avec cinq ou fix Religieux, qui voulurent apparemment
éviter le relâchement. Ceux qui refterent au Mont-Caf-
fin ne profiterent pas davantage des inftructions que leur
donna Jean III. qui fut élû après la démission volontaire de
Jean II. Cet Abbé fit paroître beaucoup de conftance &
de grandeur d'ame dans toutes les adverfités qui lui arrive-
rent pendant les douze années de fon gouvernement: car
pendant qu'il ne fongeoit qu'à embellir l'Eglife, à faire de
nouveaux bâtimens & à augmenter le nombre des Monaste-
res de fa dépendance, un grand tremblement de terre qui
dura pendant quinze jours, endommagea notablement l'E-
glife. D'un autre côté les Princes voifins par les vexations
qu'ils lui firent, l'obligerent de fe retirer à Capoue ; & fes
Moines pendant fon abfence lui aïant fufcité une perfecu-
tion domestique, le dépoferent & élûrent en fa place un au-
tre Abbé. Mais le Schifme ne dura que fept mois, & les'
troubles aïant été appaifés, l'Abbé retourna au Mont-
Caffin, où il mourut l'an 1010. Ce que l'on pourroit con-
damner dans la conduite de cet Abbé, c'eft d'avoir de fon
vivant, fait reconnoître pour fon fucceffeur par une partie
de fes Religieux, un de fes parens qui n'étoit encore que
Novice, ce qui caufa un nouveau Schifme.

Il y eut un troifiéme Schifme en 1116. & un quatriéme
Pan 1138. & de tems en tems le Monaftere fe trouvoit vexé
par la tyrannie des Seigneurs voifins. L'an 1030. Pandulphe
Prince de Capouë, s'empara prefque de tous les bourgs &
villages qui lui appartenoient, dont il mit en poffeffion les
Normans, qui fuivoient fon parti, & qui étoient pour lors
répandus dans l'Italie. Il enleva les vafes facrés & les orne-
mens, & donna le Gouvernement de la ville de faint Ger-
main & du Monaftere du Mont-Caffin, à Todin, l'un des
Serviteurs de cette Abbaïe, qui traita les Moines avec tant
de dureté, qu'il fit manger les Serviteurs dans le Refectoire,
où jufqu'alors aucun Laïque n'avoit été admis, & qu'un
jour de l'Affomption de la Vierge, ils ne purent pas avoir de
vin pour
dire la Messe.

CONGRE- Richer qui fut Abbé en 1037. fut obligé de lever des SATION DU Troupes pour recouvrer les terres qui avoient été ufurpées. CASSIN. 11 difputa le paffage du Garillan aux Comtes d'Aquino & aux Normans qui étoient avec eux; mais aïant été forcé, il fut fait prifonnier, & pendant quinze jours tout le Territoire de Caffin fut en proïe à l'ennemi. L'Abbé aïant été mis en liberté, alla en Allemagne, d'où il ramena des troupes avec le fecours defquelles il contraignit les Normans qui occupoient les terres de l'Abbaïe, de lui prêter ferment de fidelité:mais ils le violerent peu de tems après;car fe voïant en grand nombre, ils bâtirent le château de faint André pour leur fervir de place d'armes & de retraite, fans avoir égard aux défenfes de l'Abbé, qui eut recours alors aux armes fpirituelles de la priere; & qui par le fecours de faint Benoît fit plus qu'il n'auroit fait avec des troupes reglées car les Normans étant venus au Mont-Caffin fous la conduite de Rodolphe, fous pretexte de traiter de paix mais en effet dans le deffein de faire prifonnier l'Abbé ou de le tuer, ils entrerent dans l'Eglife comme pour faire leurs prieres, aïant laiffé leurs armes à la porte, fuivant la coûtume de ce tems là, auquel il n'étoit pas permis d'entrer dans l'Eglife avec des armes. Les ferviteurs de l'Abbaïe s'en étant apperçus > fe faifirent des armes & des chevaux des Normans, fonnerent le tocfin pour faire prendre les armes aux habitans des lieux circonvoifins, & fe jetterent fur les ennemis, dont ils en tuerent plufieurs & firent prifonnier Rodolphe leur Chef avec plufieurs autres, de forte qu'en un feul jour les Moines du Mont-Caffin recouvrerent tous les lieux qui avoient été ufurpés, à la referve des Châteaux de faint Victor & de faint André, dont ils chafferent aufi quelques jours après les Normans: après quoi l'Abbé ne fe fiant plus à leur ferment, fit entourer de murs tous les Châteaux qui dépendoient de l'Abbaïe & y mit garnison.

Le Monaftere du Mont-Caffin prit un nouveau luftre fous le gouvernement de l'Abbé Didier,depuis Pape, fous le nom de Victor III. qui eft regardé comme un des Reftaurateurs de cette celebre Abbaïe. Il fit abbattre l'ancienne Eglife l'an 1066. & en fit rebâtir une autre avec toute la magnificence poffible, aïant fait venir de Rome avec

beaucoup

GATION DU

beaucoup de depense, des marbres, des colomnes, des CONGR2bafes & autres materiaux. Il envoïa mefme jufqu'à Con- MONTftantinople pour faire venir d'habiles Architectes. L'Eglife CASSINS fut achevée au bout de cinq ans, & la Dedicace s'en fit avec beaucoup de folemnité & un grand concours de Prelats: car il y eut dix Archevêques & quarante trois Evêques qui y affifterent avec Richard Prince de Capoue, fon fils & fon frere, Gifulphe Prince de Salerne, & LandulphePrince de Benevent, & plufieurs autres Seigneurs. L'Abbé Didier ne fe contenta pas d'avoir fait rebâtir l'Eglife, il ajoûta encore plufieurs édifices au Monaftere, dont les richeffes augmenterent dans la fuite par les grandes donations qui lui furent faites..

Le Schifme qui arriva dans l'Eglife l'an 1130. après la mort du Pape Honorius II. penfa caufer encore la ruine de ce Monaftere. Le même jour qu'Innocent II. fut élu cano niquement pour fucceffeur d'Honorius, le Cardinal Pierre de Leon aïant une puiffante faction dans Rome, fe fit auffi proclamer Pape fous le nom d'Anaclet II. La France, l'Allemagne, & l'Angleterre reconnoiffoient Innocent. L'Italie fuivit le parti d'Anaclet, qui pour y attirer Roger Duc de la Poüille, & fe le rendre plus favorable, érigea fes Etatsen Roïaume fous le nom de Sicile. L'Empereur Lothaire étant venu en Italie pour rétablir le Pape Innocent fur fon Siége, fe fit couronner par ce Pontife dans le Palais de Latran, & fa prefence pacifia tous les troubles.. Mais à peine ce Prince fut-il parti, que Roger s'étant mis en campagne avec une armée, s'empara de prefque toutes les terres du faint Siége. L'Empereur qui n'avoit rien diminué de: fon affection pour l'Eglife, retourna en Italie avec une puiffante armée. Pendant qu'il étoit en chemin, Guarin Chancelier de Roger voulut contraindre les Moines du Mont-Caffin d'abandonner leur Monaftere entre les mains. de fes gens pour s'oppofer à l'Empereur : mais ils n'y vou lurent pas confentir,& déclarerent qu'ils combattroient jus-qu'à la mort, & qu'ils fouffriroient plûtôt d'être reduits à manger la chair des chevaux, des chiens & des rats, que de confentir que leur Monaftere tombât entre les mains des Seculiers. Seniorect qui étoit pour lors Abbé, croïant flé chir l'efprit du Chancelier, lui envoïa douze de fes plus

N

Tome V..

G

GATION DU
MONT-

CONGRE anciens Religieux nuds pieds, pour le prier de leur accor der du tems, afin de convoquer le Chapitre general, pour CASSIN. prendre l'avis des Religieux qui demeuroient dans les Monafteres de la dépendance du Mont-Callin. La Communauté conduifit ces douze Religieux à la porte du Monaftere fondant tous en larmes : ils rentrerent enfuite dans l'Eglife en frappant leur tête contre le pavé: ils imploroient la mifericorde de Dieu & le fecours de faint Benoît. Ils firent des Proceffions, où ils porterent, entre autres Reliques, du Bois de la Vraïe-Croix, un bras de l'Apôtre faint Matthieu & un bras de faint Maur: ce qui aïant irrité davantage le Chancelier, il menaça de faire couper le nez & les levres à tous les Religieux, & leurs habits jusqu'à la moitié

des cuiffes.

L'Abbé Seniorect voïant qu'il n'y avoit plus d'efperance de le flechir, mit fon Monaftere sous la protection de Landulphe de faint Jean qui tenoit le parti de l'Empereur. Ily envoïa des foldats & y vint lui-même peu de tems après. Mais dans le tems que le Chancelier de Roger menaçoit de venir ruiner le Monaftere, il mourut fubitement. L'Abbé Seniorect étant mort auffi l'an 1137. il y eut quelque divifion entre les Religieux de cette Abbaïe au fujet de l'élection d'un nouvel Abbé. Raynaud de Tofcane, felon ce que M. Ange de la Noce, fut élu tumultuairement, & reconnut d'abord l'Antipape Anaclet. 11 fe foûmit cependant à l'obéïffance d'Innocent II. par l'entremife de l'Empereur Lothaire, & fut enfin dépofé, aprés que le Pape eut fait examiner fon élection qui ne fe trouva pas canonique.

dit

Les évenemens les plus remarquables qui arriverent dans la fuite dans cette Abbaïe regardent le gouvernement fpirituel. Lorsque faint Celeftin fut élevé fur la Chaire de faint Pierre l'an 1294. il vint au Mont-Caffin, & voulant l'unir à la Congregation qu'il avoit fondée & qui a porté fon nom, il perfuada aux Religieux de quitter leur habit pour prendre celui de faCongregation qui étoit gris & d'une étoffe très groliere. Il y envoïa près de cinquante Religieux de cette Congregation nouvelle, & y nomma pour Abbé Angelar qui étoit de la même Congregation, & qui ne gouverna que cinq mois car le Pape faint Celeftin aïant renoncé cette même année au Pontificat, Boniface VIII. qui lui fucceda, caffa

« AnteriorContinuar »