Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

AVERTISSEMENT.

APRÈS

PRÈS plufieurs années d'une correspondance établie & entretenue, par la permiffion du Roi, avec les Miffionnaires en Chine, l'Art Militaire des Chinois fut imprimé en 1772, comme le premier fruit de cette correspondance. L'année suivante, le nombre des Mémoires envoyés par les Miffionnaires, augmentant confidérablement, on fe détermina à les raffembler · dans un Recueil, dont on a jusqu'ici donné fix volumes.

L'Edition de l'Art Militaire des Chinois étant épuisée, on a cru le rendre à fa véritable destination, en le faifant réimprimer comme partie du Recueil général des Mémoires Chinois; cela même à femblé d'autant plus convenable, qu'on trouvera dans le volume VIIIe. de cette collection, un Supplément à ce même Art Militaire.

Peu de temps après que cet ouvrage fut mis au jour, il en parut une analyse critique, fous le titre d'Etat actuel de l'Art & de la Science Militaire à la Chine ( 1 ). Cette analyse renferme des remarques qui tendent à éclaircir ou à rectifier divers endroits du Livre qu'on fait aujourd'hui reparoître. On a pensé qu'il feroit utile de recueillir les plus importantes, & d'en enrichir l'Edition nouvelle qu'on publie; mais le Libraire a eu l'attention de tirer à part un certain nombre d'exemplaires de ces remarques, pour que les perfonnes qui ont déjà la premiere Edition, puiffent fe les procurer, fans être obligés d'acheter la feconde.

Les premieres pages de l'analyse qui contient les remarques dont il s'agit, font de feu M. le Colonel de S. Leu de S. Mau

(1) A Paris 1773, in-12 : il s'en trouve des exemplaires chez le

|

Libraire qui imprime ces Mémoires.

rice; le reste est de M. le Marquis de Puy-Ségur, LieutenantGénéral des armées du Roi, qui a permis de le nommer. Le nom de cet Officier, qui n'est pas moins distingué par ses connoiffances & fes talens pour la guerre que par sa naissance, fa fuffit pour justifier auprès des Lecteurs, le foin qu'on prend de remettre fous leurs yeux fes obfervations fur la traduction des Livres les plus eftimés de la Tactique chinoise.

J

[merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][merged small][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small]

Planches XVII.
XVIII.
XIX.

XX. .
XXI.

326

327

329

330

331

332

Yu, Empereur, 246. Son Gouver-
nement, 253.

Yu-leao-tfe, Auteur, 305.
Yue, Royaume, 89, 137.

[ocr errors][ocr errors]

RELIEUR

Planches I. vis-à-vis de la page.

II. N. B.

III.

IV.

V.

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

VI.

VII. .

VIII.

IX.

X.

XI.

XII. .

XIII.

XIV.
XV..
XVI.

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

361.

365

373

[ocr errors]

377

383

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

Toutes ces Planches doivent être collées fur des onglets, en obfervant de mettre du côté de l'onglet le bas des Planches gravées en longueur.

[ocr errors]

337

338

340

341

343

344

345

346

N. B. Le Relieur fera attention que la planche II ci-deffus doit être renversée, afin que la tente du Général fe trouve en bas.

347

348

349

350

351

352

357 359

Les onglets de ces cinq Planches doivent être des carrés de papier, afin qu'on puiffe les tirer hors du Livre; le Relieur aura foin de ne point les pliffer, & de placer du papier ferpente devant chaque planche, pour conferver les couleurss

[ocr errors][ocr errors]

J'ai lu, par ordre de Monfeigneur le Chancelier, le Manuscrit qui a
J'AI
pour titre L'Art Militaire des Chinois, & je n'y ai rien trouvé qui puiffe
en empêcher l'impreffion. A Paris, ce 11 Avril 1771.

GAILLARD.

PRIVILEGE DU ROI.

LOUIS, par

la grace de Dieu, Roi de France & de Navarre: A nos
amés & féaux Confeillers, les gens tenants nos Cours de Parlement
Maîtres des Requêtes ordinaires de notre Hôtel, Grand-Confeil, Prévôt
de Paris, Baillifs, Sénéchaux, leurs Lieutenants Civils, & autres nos
Jufticiers qu'il appartiendra : SALUT. Notre amé le Sieur JACQUES LA-
COMBE, Libraire, Nous a fait expofer qu'il defireroit faire imprimer & don-
ner au Public l'Art Militaire des Chinois, traduit par le P. AMIOT, s'il Nous
plaifoit lui accorder nos Lettres de permiffion pour ce néceffaires. A CES
CAUSES, voulant favorablement traiter l'Expofant, Nous lui avons permis
& permettons par ces Préfentes, de faire imprimer ledit Ouvrage autant de
fois
que
bon lui femblera, & de le faire vendre & débiter par tout notre
Royaume pendant le temps de trois années confécutives, à compter du
jour de la date des Préfentes. Faifons défenses à tous Imprimeurs, Li-
braires, & autres perfonnes, de quelque qualité & condition qu'elles
foient, d'en introduire d'impreffion étrangere dans aucun lieu de notre
obéiffance. A la charge que ces Préfentes feront enregistrées tout au long
fur le Registre de la Communauté des Imprimeurs & Libraires de Paris,
dans trois mois de la date d'icelles; que l'impreffion dudit Ouvrage fera
faite dans notre Royaume, & non ailleurs, en bon papier & beaux carac-
teres; que l'Impétrant fe conformera en tout aux Réglements de la Li-
brairie, & notamment à celui du 10 Avril 1725, à peine de déchéance de
la préfente Permiffion; qu'avant de l'expofer en vente, le manufcrit qui
aura fervi de copie à l'impreffion dudit Ouvrage, fera remis, dans le même
état où l'approbation y aura été donnée, ès mains de notre très cher &
féal Chevalier, Chancelier, Garde des Sceaux de France, le Sieur DE
MAUPEOU; qu'il en fera enfuite remis deux exemplaires dans notre Biblio-
theque publique, un dans celle de notre Château du Louvre, & un dans
celle dudit Sieur DE MAUPEOU; le tout à peine de nullité des Préfentes.
Du contenu defquelles vous mandons & enjoignons de faire jouir ledit
Expofant & fes ayants caufe, pleinement & paifiblement, fans fouffrir
qu'il leur foit fait aucun trouble ou empêchement. Voulons qu'à la copie
des Préfentes, qui fera imprimée tout au long au commencement ou à la
fin dudit Ouvrage, foi foit ajoutée comme à l'original. Commandons au
premier notre Huiffier ou Sergent fur ce requis, de faire pour l'exécution

[ocr errors][ocr errors]
« AnteriorContinuar »