Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors]

D'ANTIQUITÉS

130009

EGYPTIENNES,
ETRUSQUES, GRECQUES,

ROMAINES
ET GAULOISES

TOME QUATRIEME.

IN OMNE
VOLVBILIS
EVVM
hurata pilt lite

pie 172

[ocr errors]

A P A RIS,
Chez N. M. TILLIARD, Libraire , quai des Augustins, à Saint

Benoît.

M. DCC. L X I.
Ay IC APPROBATION ET PRIVILÉGE DU Rojo

VILLE DE LYON
Biblioth. du Palais des Arts

[ocr errors]

PREFACE.

E ne me suis jamais flatté que cet OuJ

vrage pât parvenir à une seconde Edition; quand même il auroit eu un suc

cès au-delà de mes espérances. Il est trop étendu & trop composé pour espérer de le voir réimprimer; les fautes de l'Edition, & principalement les miennes, ne pouvant jamais être corrigées , l’Errata des trois Volumes précédens, m'a paru la meilleure Préface dont je pouvois accompagner cette iy®. fuite. Je ne cherche point å m'excuser sur l'étendue de ce Recueil , & sur les éclaircissemens que l'expérience donne plus dans cette matiere que dans toute autre. Plusieurs personnes , que je ne puis trop remercier, averties de mon projet , m'ont indiqué des erreurs & des fautes : j'ai profité de leurs avis: je ne me suis point ménagé sur celles que j'ai apperçues. Enfin je proteste que les fautes qui, sans doute , subsistent encore, me sont échappées, ou que je n'ai pas mieux jugé les Monumens.

a iij

VILLE DE LYON Biblioth. du Palais des Arts

CORRECTIONS & ADDITIONS

pour le premier Volume.
Page 7. ligne 12. Planche LXXIII. lisez Planche LXXIX,
Page 9. lig. 3. Momies, lis. Mumies.
Page 12. lig. 17, J'ai eu tort d'affirmer que cette Figure étoit

celle d'Osiris ; on verra dans les autres Volumes les raisons
qui m'ont déterminé à suivre l'avis de ceux qui regardent cel-
les de cette espèce comme la représentation des Prêtres de
cette Divinité, & je leur fais excuse de ma décision. Il faut
donc retrancher toute la fin de cet article depuis quoi qu'il en

soit, &c, & je la défavoue. Page 12. J'ajouterois à l’Explication de ce Scarabée, n°. II. qu’on

pourroit en regarder la gravure comme une Inscription en

style sacré, c'est-à-dire, comme un hiéroglyphe absolu. Page 13. Je n'ai pas eu plus de raison dans cette Explication :

la Figure rapportée sous les aumeros I & II, n'est point un

Ofiris, mais un de ses Prêtres.
Page 19. lig. 9. Car toutes les têtes qui portent cet ornement

posent sur une pareille bâle, lis. Car toutes les têtes que

i'on voit chargées de cet ornement, portent une pareille base, Page 21. no. I, II & III. retranchez II & III. Page 22. d la fin de l'Explication du n°. I, après croyoit augmen

ter leur vertu: j'ajouterois : Au reste cette Figure ne porte au-
cune marque de dignité sur la tête : elle a la plante Perfea au
menton; elle n'est donc qu'une Prétresse d'Isis chargée de

quelques-uns de ses attributs.
Page 34. lig. 4. dont la tête, lif, dont la tête.
Page 35. d la fin : J'ai eu tort de dire sans restriction, que les
Égyptiens n'ont pas connu les masques. Ceux du théâtre

pouvoient leur être inconnus, ainsi que les Imitations particulieres; mais on verra dans la suite de ces Recueils & dans la Table Ifiaque, qu'on ne peut s'empêcher de regarder comme des Figures masquées , plusieurs représentations d'hommes introduites dans les cérémonies avec des têtes d'animaux : ces exemples font fréquens, & suffisent pour me démentir. H faut donc corriger à la ligne 26, & en ajoutant les mots écrits en caractères italiques. Ce que j'ai dit ailleurs sur les masques que

[ocr errors]
« AnteriorContinuar »